X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Chassés, croisées [Avec Deaglann]

Aller en bas 
AuteurMessage
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Dim 1 Aoû - 18:36

Il faisait beau aujourd'hui … Azélyne avait décidé de sortir un peu et de s'aérer l'esprit. Elle en avait assez. Assez de se cacher, assez de fuir et de sans cesse devoir changer de coin, et de cachette par la même occasion. Elle avait donc commencé à marcher, tout droit, sans se préoccuper de sa destination. Seulement marcher … Marcher et penser. A quoi au juste ? A sa vie d'avant, sa famille, son « frère » Kentin, sa mère et les amis qu'elle avait rencontré. Mais aussi à son père qui l'avait rejetée, elle et sa mère, alors qu'elle n'était qu'une enfant, à ceux qui avait essayé de profiter de son « don » comme sa mère l'avait appelé, mais Azélyne ne pensait pas la même chose. Son pouvoir ne lui avait apporté que des ennuis depuis qu'elle l'avait utilisé pour la première fois, et nombre de personnes étaient mortes sans qu'elle puisse faire quoi que se soit …

- Raaah mais arrête de penser à tout ça bon sang ! Dit-elle pour elle même.

Remuer le couteau dans la plaie, en effet, ne servait à rien. Elle avait une nouvelle vie à présent et il faillait qu'elle s'y accommode. Elle n'avait pas le choix de toute façon.
Elle se ressaisit et décida d'aller se balader dans les rues du centre ville. Là-bas, elle pourrait traîner devant les boutiques sans être obligée de subir les bousculades de la foule des centres commerciaux. Elle détestait ça, le vacarme des discussions, les coups de coudes, les gens qui finissaient toujours par la dévisager … Toujours cette sensation de mal être, de ne pas être à sa place et surtout : de ne pas être normal. Pas étonnant, dans chaque ville qu'elle avait visitée, elle avait eu cette impression. Mais elle continuait à avancer, lentement et difficilement, seule et renfermée dans la carapace qu'elle s'était forgée …
Azélyne passa devant un magasin de livres et observa la vitrine attentivement. Des livres plus ou moins anciens, des étagères entièrement remplies. Elle ressentit soudain un pincement au cœur. Elle adorait lire mais elle n'en avait presque plus l'occasion. Depuis quand elle ne s'était pas acheté un livre ? La jeune fille ne s'en souvenait même plus. Elle entra dans la boutique et la petite cloche au dessus de la porte tinta. Un son doux et mélodieux en sortit, elle s'avança dans la pièce et commença à parcourir les différents rayons qui s'offraient maintenant à elle. Elle prit un livre et en caressa la couverture du bout des doigts puis l'ouvrit et commença à lire les premières pages. L'odeur du papier, mêlée à celle de l'encre étira un sourire timide et mélancolique sur ses lèvres.
Mais elle reprit vite ses esprits, reposa le bouquin et sortit de la librairie. Elle allait reprendre tranquillement son chemin quand un frisson parcourut l'échine de son dos. Azélyne sentit la chair de poule venir sur ses bras et les poils de sa nuque se hérissèrent. Cette sensation, elle ne la connaissait que trop bien, elle l'avait ressentit maintes et maintes fois …

-Non ce n'est pas possible … C'est c'est … Il ne peut pas … Murmura-t-elle.

Elle se retourna et se mit à chercher ce qu'elle pensait être la cause de tout ça. Tout avait l'air normal, mais après quelques minutes elle le vit enfin. Il était là de l'autre côté de la rue, à seulement une trentaine de mètres d'elle. Malgré la distance, elle put voir son sourire sadique et son regard mauvais pointé sur elle. Il l'avait retrouvée. Elle ne savait pas comment, mais il était là, il la prenait en chasse, encore. Et cette fois Azélyne n'était pas sûre de pouvoir s'en sortir, elle lui avait bien échappé une fois mais Gérode ne faisait jamais deux fois la même erreur.
Elle recommença à marcher, essayant de se faufiler à travers le peu de monde qui se trouvait là.
L'adrénaline montait, elle accéléra le pas. Il fallait qu'elle lui échappe ou tout serait peine perdue. La jeune fille avait traversé la moitié du centre ville sans même sans rendre compte. Et à chaque fois qu'elle regardait en arrière, elle le voyait se rapprocher. De plus en plus … Elle tourna à la première intersection sur sa gauche.
Mince ! Un cul de sac, il fallait faire demi-tour avant qu'il ne la rattrape. Trop tard …

- Hey ! Ma chère Azélyne comment ça va depuis le temps ? Dit-il sur un ton à la limite du machiavélisme. Je m'inquiétais pour toi tu sais, comme tu es partie sans rien dire je me suis dit que j'allais te rejoindre au cas où tu aurais besoin de moi.
- Fallait pas ! Tenta d'ironiser la jeune mutante. Je m'en sors beaucoup mieux sans toi si tu veux tout savoir !
- Je sais et c'est bien ce qui me chiffonne si tu vois ce que je veux dire.

Il avait changé d'attitude, Azélyne reconnaissait bien là l'air méchant qu'il prenait à chaque fois avant de lui portait un coup. Il allait recommencer…

- Ne t'approche pas de moi ! Cria-t-elle.
- Et si j'approche, qu'est ce que tu vas faire hein ? Demanda-t-il malicieusement.

Il s'avançait de plus en plus, Azélyne commençait à avoir peur et utilisa son pouvoir. Elle fit des gestes brusques en direction de son ravisseur et plusieurs couvercles de poubelles et autres objets en métal se soulevèrent du sol pour aller s'écraser sur Gérode. Rien n'y faisait, malgré les blessures qu'elle lui infligeait, il continuait à avancer, encore … Puis il arriva à sa hauteur, la prit par le cou et la souleva du sol en la plaquant contre le mur.
Tu perds ton temps ma chère ! Je serais toujours plus fort que toi, tu ne m’échapperas plus ! Dit-il en rigolant.
Azélyne était piégée, elle ne pouvait plus rien faire. Elle sentait les doigts se resserraient autour de son cou. Elle avait du mal à respirer et ses yeux commençaient à voir trouble. Elle avait besoin d'aide et vite …


( HRP : Je précise que Gérode est un mutan "arachnéen" il peut doc contrôler ses horribles bestioles que sont les araignées et peux sécréter le même fil qu'elles. C'est en partie à cause de Gérode qu'Azélyne est "arachnophobe".)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 2 Aoû - 14:47

Deaglann s'était levé depuis peu et regardait le ciel : c'était vrai, il faisait beau aujourd'hui, un ciel bleu parsemés de quelques nuages blancs … il avait l'impression d'avoir un tableau au dessus de lui. Assis sur le rebord de sa fenêtre, il pensait à s'aérer, le temps s'y prêtait, l'air et le vent lui soufflait de sortir se promener. Cela faisait à peine un mois qu'il était dans cet Institut, et il n'avait pas fait grand chose, si ce n'est quelques rencontres le jour de son arrivée. Mais il y avait quand même quelque chose qui avait changé ici, et qui le faisait rester, c'était qu'ils était entouré de ses semblables, il n'avait pas à se cacher. Si l'envie lui prenait d'ouvrir une fenêtre dans la cuisine tout en restant à manger à table, personne ne s'en étonnait, et il se sentait … oui il n'osait pas se l'avouer tellement il avait oublié cette sensation, mais il se sentait plutôt bien. Bien sûr, il n'avait noué aucune amitié et restait seul la plupart du temps, à se promener un peu partout, surtout dehors, ou s'amusait dans sa chambre ou depuis le rebord de sa fenêtre à utiliser ses pouvoirs. Il s'ouvrait petit à petit de l'intérieur, il commençait à s'accepter lui-même. Il n'en était évidemment pas au point de s'ouvrir au autres, mais sa propre présence, ce qu'il éprouvait, était plus supportable. Quand il pensait à son frère à présent, c'était avec mélancolie, tristesse, de la déprime de temps en temps, mais il n'y avait plus cette rage haineuse et cette esprit de vengeance dont il ne s'était même pas débarrassé en vengeant son frère lorsqu'il habitait encore en Irlande. Deaglann sentait qu'il changeait, ou plutôt qu'il redevenait lui-même, comme s'il sortait d'une longue torpeur. Il n'avait pas pensé en venant ici, qu'il se retrouverait, qu'il se réveillerait. Ce n'était pas un changement, il devenait juste la personne qu'il aurait été s'il avait vécu une vie normale. Et ça, c'était inestimable. Il ne pouvait pas l'être complètement, il avait été bien trop marqué, mais c'était un progrès. Et puis, le beau temps jouait sur ses émotions, parce qu'il faisait beau, il se sentait bien, c'était simple mais c'était comme ça.
Il attendit midi pour manger rapidement, puis sans demander la permission à personne (il lui semblait logique qu'ici ils étaient libres et qu'il n'avait pas à demander pour sortir en ville), il se dirigea vers les grilles de l'Institut en marchant le long de l'allée centrale, puis sortis et se dirigea vers le centre-ville. Cela faisait un mois qu'il tournait en rond dans l'Institut, il pensait avoir déjà tout vu aussi bien à l'intérieur que dehors, et comme il n'était jamais allé à New York, si ce n'était lorsqu'il y était passé en taxi le jour de son arrivé en avion pour aller à l'Institut, il avait décidé de passer l'après-midi en ville. Pour s'y rendre rapidement, il était monté dans un tramway, et s'amusait avec sa télépathie. A l'Institut, il l'utilisait, mais le faisait très prudemment, il pouvait se faire repérer par un autre télépathe et il tenait à garder ce secret pour lui. Mais dans ce transport en commun, entouré d'humain qui faisaient tout leur possible pour éviter les autres, en regardant dans le vague, tous silencieux, serrés comme des sardines, Deaglann pouvait s'immiscer dans leur esprit et tester un peu ce qu'il pouvait faire. L'air de rien, il y avait quand même de fortes personnalités dans ce tram, et même s'il ne savait pas si cela jouait ou pas, il préféra se concentrer sur une femme d'une quarantaine d'année, anxieuse par rapport à son travail, ses enfants, son mari, et étant d'une nature plutôt timide, soumise. Il ne la regarda pas, mais se concentra sur elle. Sans que personne ne se doute de quoi que ce soit, et surtout pas elle, la jeune femme se replaça une mèche derrière l'oreille, puis se gratta l'oreille, le nez, le menton, puis d'un seul coup elle se mit à chantonner en battant la mesure de son pieds. Deaglann se retint de rire grâce à son sang froid habituel et fit comme si de rien n'était, mais il était très fier. Même si ce qu'il avait fait faire à cette femme étaient des gestes simples contre lesquels elle n'avait pas lutté et dont elle ne s'était même pas rendu compte étant donné qu'ils étaient sans importance, Deaglann n'avait pensé que ç'aurait été si facile de la manipuler. Il voulait continuer mais se rendit compte qu'il devait descendre et laissa la femme tranquille.

Au milieu de la foule, Deaglann gardait son habitude de sonder rapidement les gens autours de lui, mais aucun individu dangereux ne l'entourait. Il se promena ainsi en ville, visita quelques boutiques, quand soudain, en laissant son esprit vagabonder de gens en gens, il fut surpris et son attention se détourna instantanément de tout ce qui l'entourait.

°° L'attraper, il faut que j'attrape cette sale mutante … cours, cours autant que tu peux ma chère Azélyne, je finirai par te rattraper °°

Deaglann sortit aussitôt du magasin qu'il visitait en se focalisant sur l'esprit de cette homme. Il eut le temps de l'apercevoir, mais ne vit pas ce qu'il poursuivait. Tout en courant après lui, sans savoir pourquoi d'ailleurs puisqu'après tout, aider les autres, ce n'était pas sa plus grande qualité, Deaglann sonda rapidement l'homme : Gérode, et c'était un mutant; il poursuivait une autre mutante, Azélyne, et il pensait qu'elle lui appartenait, il voulait la récupérer. Cependant, le télépathe n'arrivait pas à en savoir plus, car devant courir après l'homme, il ne pouvait pas se concentrer aussi bien que d'habitude. Heureusement, il le rattrapait rapidement, la fille qu'il poursuivait ouvrait un peu la voie car les passants s'écartaient devant elle, il faisait un bond en voyant Gérode et s'écartaient encore plus, et Deaglann n'avait plus qu'à courir le plus vite possible pour les rattraper. Mais au détour d'une rue, il perdit le mutant qu'il poursuivait. Heureusement, il restait concentré sur lui, et en reprenant son souffle, Deaglann le repéra. Les deux mutants, Gérode et Azélyne, étaient dans une impasse déserte, et avaient déjà finit leur discussion : la mutante, acculée par son agresseur, avait utilisé son pouvoir pour projeter des objets contre lui. Deaglann, à travers l'esprit de Gérode, découvrit alors que la jeune fille avait le même pouvoir que lui. Mais le mutant adulte était plus puissant, et Deaglann devait absolument trouver le bon chemin pour venir aider Azélyne. Il ne trouvait pas le cul-de-sac dans lequel ils étaient et il sentait que Gérode venait d'attraper celle qu'il poursuivait. Enfin, Deaglann trouva la bonne impasse, mais se retrouva dépourvu : que devait-il faire ? Il n'avait pas le temps de réfléchir sinon Azélyne en subirait les conséquences et il se mit à les héler :


" - Hé ! "

Rien qu'avec ça, sous l'effet de surprise, et sachant qu'il faisait quelque chose de mal, Gérode lâcha la jeune fille et se retourna, l'air menaçant. Mais il eut l'air rassuré en voyant que celui qui venait d'intervenir n'était qu'un adolescent.

" - Laissez la partir ou j'appelle la police. " fit Deaglann en approchant.

Gérode allait sûrement l'attaquer, et comme il était certainement plus fort que le jeune irlandais, le télépathe se rappela de son trajet dans le bus et tenta de faire des insinuations dans l'esprit du mutant :

°° Je pourrais l'écraser facilement ce gamin … mais si la police s'en mêle, ça pourrait être dangereux ...°°

Deaglann reprit espoir en voyant le mutant hésiter, il n'avait qu'à avancer une idée dans l'esprit de son adversaire et lui faire croire qu'elle venait de lui. Maintenant il allait falloir la renforcer pour que Gérode fasse ce que Deaglann voulait qu'il fasse. Tout en sortant son téléphone portable, Deaglann continua son manège :

°° … ça pourrait être dangereux pour moi et je vais surtout perdre Azélyne, il faut que je me casse, tant pis ce sera pour une autre fois °°

Gérode s'avança finalement, laissant Azélyne contre le mur. Deaglann s'approcha d'elle lentement, pendant que l'autre mutant s'éloignait et enfin, les quittait.


" - Ça va ? Qu'est-ce qu'il te voulait ? Tout va bien ? " fit Deaglann en se penchant vers Azélyne, se disant qu'il ne l'avait jamais vu à l'Institut. Une petite exploration dans son esprit lui apprit qu'elle n'y était pas.

Il la laissa reprendre son souffle et ses esprits, tout en faisant attention. Ce Gérode pouvait toujours revenir, car s'il n'était pas trop bête et qu'il réfléchissait à nouveau, Deaglann ne serrait plus là pour l'influencer pendant ses choix et le mutant se rendrait compte qu'il avait été stupide de partir par peur pour la police, alors qu'il aurait très bien pu vaincre une jeune mutante et un humain. Au moins, s'il revenait, il aurait la surprise de faire face à un deuxième mutant …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 2 Aoû - 20:11

Azélyne commençait à suffoquer, Gérode était vraiment décidé à lui infliger la correction qu'elle méritait pour s'être enfuie et si elle voyait juste, il ferait tout pour que cela ne se reproduise plus. Elle ne voulait pas retourner avec lui, elle savait qu'elle ne survivrait pas ou du moins qu'elle s'y laisserait mourir à petit feu. Pendant que Gérode serrait encore un peu plus sa main autour de son cou, Azélyne se souvenait de ce qu'il lui avait fait subir … D'abord des travaux forcés, puis quand cela ne lui avait plus suffit, il avait commencer à lui infliger des tortures plus cruelles les unes que les autres. Mais elle n'eut pas le temps de penser à ses souvenirs plus longtemps, une personne qu'elle ne distinguait pas venait de crier à l'entrée de la petite ruelle :

- Hé ! S'écria la voix.

C'était un garçon. Surprit Gérode la lâcha et la laissa tomber sur le sol. Elle pouvait enfin respirer - du moins mieux que les dernières minutes passées – mais le ravisseur se retourna face au fauteur de trouble. Azélyne se pencha pour l'apercevoir. C'était un adolescent, ils devaient avoir le même âge mais, de là où elle se trouvait, elle pensa qu'il devait être plus grand qu'elle. Malgré ça elle fut très surprise. Un adolescent – humain à première vue – s'opposant à un adulte ! Déjà qu'elle trouvait ça inégal mais Gérode étant un mutant, il le serait encore davantage. Certes le jeune garçon ne le savait pas mais rien qu'en regardant la tête de l'homme, on pouvait facilement deviner qu'il ne voulait pas parler chiffon avec vous. Cependant il ne paraissait pas intimidé …

- Laissez là partir ou j'appelle la police ! Continua-t-il en avançant.

Alors là c'était la meilleur. S'il croyait que cela allait freiner Gérode, il se mettait le doigt dans l'œil ! Azélyne lui aurait sortit une phrase de ce genre qu'il lui aurait rit au nez. C'était sûr et certain le garçon n'avait plus aucune chance face à lui. Il allait l'attaquer et le réduire en bouillie, devant elle, à cause d'elle … Contre toute attente, il ne fit rien, il semblait réfléchir. La jeune fille fut d'ailleurs surprise, il est vrai que le mutant était plutôt intelligent – enfin côté stratégie parce que sinon il avait à peu près le même niveau mental qu'un collégien – et qu'il étudiait toujours une situation avant d'intervenir. Mais là, il n'avait strictement aucune stratégie à établir ! A moins que … Non ce n'était pas possible, pas ici.
Ses pensées furent interrompues quand l'adolescent sortit son téléphone portable. La réaction de Gérode se fit attendre, puis il bougeât enfin et s'avança vers son propriétaire. Cette fois c'était finit, il allait le tuer et Azélyne serait de nouveau seule face à ce monstre. Ses larmes redoublèrent. Une fois de plus, une personne allait mourir à cause d'elle. Elle se détestait encore plus qu'avant. Le jeune garçon n'avait rien fait et rien demandé, il avait juste voulu lui venir en aide …
Gérode arriva enfin à sa hauteur mais contrairement à ce que pensait la jeune fille, il continua son chemin et sortit de l'impasse. La jeune mutante ne comprenait plus rien, c'était la première fois que cet infâme mutant fuyait. C'en était d'autant plus curieux devant un simple adolescent humain. Tergiversant sur les plus plausibles explications qui lui venaient à l'esprit, Azélyne n'avait pas vu le jeune homme venir vers elle, il était à présent à sa hauteur.
Elle eut soudain un réflexe et essaya de reculer davantage mais le mur contre son dos l'en empêcha. Son cœur se mit à battre encore plus fort quand il se pencha vers elle et qu'il lui adressa la parole :

- Ça va ? Qu'est-ce qu'il te voulait ? Tout va bien ? Lui demanda-t-il.

Elle eut une vague impression d'être étudiée. Elle ne savait pas qui il était et elle aurait du être plus méfiante qu'elle ne l'était d'habitude mais pourtant elle avait le sentiment d'être en sécurité. Après tout, c'est lui qui était venu à son secours, il ne lui voulait peut-être aucun mal. Peut-être …
Azélyne ne put s'empêcher de le détailler. Il était effectivement plus grand qu'elle, d'une dizaine de centimètres, les cheveux bruns presque noirs un peu en bataille et un visage assez allongé, plutôt avenant. Il semblait calme, posé, et avait pourtant l'air un peu rebelle. Son regard trahissait une certaine inquiétude … Ses yeux étaient d'ailleurs ce qui captait le plus l'attention d'Azélyne, colorés d'un violet profond et pour le moins étrange. En somme un garçon assez mignon.
Voyant qu'il attendait une réponse elle lui répondit enfin :

- Euh … Oui je … Je crois que ça va, merci sans toi je … Bah je serais plus là je crois … balbutia-t-elle. Gérode … Enfin cette homme, il voulait me forcer à retourner avec lui, je … Comment tu as fait ? Il ne recule devant rien normalement.

Azélyne tenta de se relever mais elle eut un vertige et dû se tenir contre le mur pour éviter une chute. Gérode l'avait blessée au delà des blessures physiques, il avait gravé une nouvelle marque dans son esprit, tout en en faisant ressurgir de bien plus anciennes …

- On ferait mieux de sortir de cette ruelle, Gérode pourrait …

Elle avait croisé une nouvelle fois le regard du garçon et s'était tue instantanément. Ses yeux étaient vraiment étranges, peu courants, pour ne pas dire totalement irréalistes. Elle n'en avait encore jamais vu de pareille couleur, bien sûr elle en avait vu des bizarres : des jaunes, des oranges etc. Même les siens étaient peu communs. Mais la totalité de leurs « propriétaires » étaient des …
Elle eut un grand mouvement de recul et la peur l'envahit de nouveau. Les mutants qu'elle avaient rencontrés n'avaient fait que profiter d'elle, mise à part quelques uns qui étaient morts ou qu'elle avait perdu de vue depuis un moment déjà. Dans la précipitation elle retomba au sol et se cala contre le mur dans une position défensive. Si c'était un mutant il devait être puissant pour avoir terrorisé l'arachnéen.

- Ne t'approche pas de moi ! Qui es-tu ? Un mutant ? s'exclama-t-elle, paniquée.

La peur et la colère mélangées déclenchèrent une nouvelle fois son pouvoir. Un bouclier d'énergie se créa autour d'elle, empêchant le jeune homme d'approcher …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 3 Aoû - 12:38

[ HRPG : looool attention, attention, ce post est la révélation de Deaglann, je pensais pas que ça arriverait si vite mais j'ai envie de le faire changer un peu, de le transformer =) Enfin, c'est toujours le même télépathe indiscret, mais il va changer maintenant qu'il prend conscience des choses grâce à toi Azélyne lol Tu accélères les choses pour le mettre sur la bonne voie ^^]

Alors qu'il s'était penché sur elle, il sentit qu'Azelyne le détaillait, et il se dit qu'il devait avoir un problème pour ne pas faire pareil. Les personnes qu'il rencontrait l'observait souvent au début, et lui, bien qu'il jetait parfois un coup d'oeil à l'apparence des gens avec qui il faisait connaissance, il les observait surtout de l'intérieur. La seule chose qui l'intéressait dans le physique d'une personne qu'il découvrait, c'était les yeux, le regard. Il avait l'impression que, même sans sa télépathie, il pouvait continuer à lire les pensées des autres rien qu'en fixant leurs yeux.
D'ailleurs, il avait déjà les réponses à ses questions mais attendait qu'Azélyne les lui donne de manière officielle, ou les garde pour elle. Elle avait l'air d'aller bien, et Gérode voulait la reprendre, mais Deaglann ne saisissait pas pourquoi. Étrangement, il lui semblait que certaines informations, importantes ou que la personne tenait à garder secrètes, étaient difficile à trouver ou à atteindre. En tout cas, en ayant saisit qu'Azélyne allait se méfier de lui étant donné que Gérode avait réagit étrangement selon elle, il prépara rapidement une petite réponse simple, car il ne fallait pas broder, les choses les plus simples étaient les plus crédibles. Quoique … parfois, plus c'était gros et plus on y croyait étrangement, et cela pour beaucoup de monde … Mais cela n'était pas vrai pour Azélyne. Elle lui répondit enfin qu'elle allait bien, sans lui expliquer réellement ce que Gérode voulait faire d'elle et le questionna. Il garda un air honnête, et de toute façon, dans cette situation, c'était encore plus facile que d'habitude. Il se prenait au jeu, et après être venu en aide à Azélyne, réalisant qu'il l'avait sauvé sans voir plus loin, sans calculer autre chose que la sauver, il se dit qu'il avait fait une bonne chose. Il répondit alors avec son naturel et sa franchise imités mais si bien joués, en haussant les épaules :


– Oh, tu sais, parfois il suffit que l'agresseur soit surpris, prit en flagrant délit, qu'il y ait des témoins, et alors là si on prononce le nom de police … Dit-il avec un sourire complice.

- On ferait mieux de sortir de cette ruelle, Gérode pourrait …

Soudain elle se coupa dans sa phrase et le fixa d'un regard complètement nouveau : à cause de la couleur de ses yeux, elle venait de comprendre qui il était. Et apparemment, au contraire de Deaglann avant qu'il ne rentre dans l'Institut, elle avait déjà rencontré des mutants. C'était bizarre, le jeune télépathe pensait qu'entre mutants, les gens s'aidaient, mais vu l'opinion que cette fille avait de ses semblables, cela ne devait pas être tout à fait vrai ...

- Ne t'approche pas de moi ! Qui es-tu ? Un mutant ?

Allez … c'était pas possible ça, si elle se mettait à paniquer sans réfléchir Deaglann n'allait pas pouvoir la convaincre. Mais la convaincre de quoi d'ailleurs ? Alors qu'elle créait soudain un bouclier autour d'elle, ce qui était sûrement un mécanisme de défense, sûrement une réaction naturelle qu'elle avait développé sans s'en rendre compte, Deaglann recula d'un pas en prenant un air attristé.

– Je ne te veux aucun mal, c'est plutôt le contraire même. Et tu as raison, je suis un mutant, comme toi visiblement, seul un autre mutant aurait pu se rendre compte de ce que j'étais … Je ne sais pas ce que tu as pu subir, si des mutants t'ont fait du mal, mais je suis là pour t'aider. Quand je t'ai vu poursuivie, je me suis contenté de vouloir t'aider, pensant que tu étais humaine. Maintenant que tu es mutante, je veux encore plus t'aider.

Il avait dit ça d'un ton insistant, en la fixant d'un regard qu'il voulait transparent, lui donner l'impression qu'il ne lui cachait rien, mais en la regardant également avec détermination, qu'il ne plaisantait pas, qu'il était réellement sincère. Le genre de regard que vous lance le gentil héro dans les films, lorsqu'il veut vous sauver de la destruction totale de la terre et qu'il faut que vous lui fassiez confiance. Ce moment est généralement suivit d'un gros moment de suspens, avec des gros plan sur ce regard, où tout le monde hésite, attend, alors que tout est en train de s'effondrer autour de vous et qu'on vous tend la main par exemple. Mais c'est vrai que c'est le bon moment pour hésiter ... Deaglann avait toujours trouvé ce genre de moment risible au cinéma, et très peu crédible, tellement il lui paraissait impensable de ne pas saisir la main et de se casser vite fait de la destruction. Cependant, il se rendait compte que ce n'était pas si illogique que ça : la preuve, par le passé, Azélyne avait souffert, et alors qu'il lui apportait son aide, elle hésitait à la saisir, elle hésitait à lui accorder sa confiance malgré qu'il soit intervenu pour la sauver. Et lui-même … Deaglann réalisa alors que s'il était à sa place, s'il était là ou tout s'écroule, et que quelqu'un vienne lui tendre la main pour le sortir de là, il hésiterait aussi. Parce qu'il ne pouvait pas faire confiance, et il ne savait pas s'il préfèrerait tomber avec les ruines ou accepter de saisir la main. Cette image de lui au milieu de ruines, ce qui pouvaient être une métaphore de son mal être et de ce qu'il ressentait en lui de temps en temps, lui plaisait beaucoup. Saisirait-il la main de son salvateur ? Suspens suspens. De toute façon personne ne lui tendait la main alors il pouvait choisir de rester au milieu de ses ruines personnelles et ça lui allait très bien. Mais peut être s'en était-il sorti en acceptant la main que lui avait tendu Bobby, l'invitation de rejoindre l'Institut pou mutants, peut être que sans qu'il s'en rendre compte, on l'avait sorti de ses ruines intérieures, pour l'amener sur un grand terrain où il allait pouvoir tout reconstruire, et il ne serait pas seul, il y aurait d'autres personnes pour l'aider. Et à présent, il était dans la même situation, mais c'était lui qui venait sauver Azélyne, qui venait se sauver lui-même en quelque sorte, Azélyne était un peu comme un miroir, elle représentait tout ce qu'il avait contrôlé pendant très longtemps. Il s'était trop retenu, en s'entourant de barrières et d'armures, il s'était fermé à lui-même et à ses sensations, ses émotions, mais au fond, il y avait quelques années, quelques mois à peine même, il était aussi perdu que l'était Azélyne. Et maintenant, c'était à son tour de l'aider.
Un grand silence s'était installé à présent, et Deaglann se demandait s'il était la bonne personne. Il n'avait jamais pensé à quelqu'un d'autre que lui-même, il n'était pas prêt à se mettre au service de la communauté mutante. Mais le fait d'avoir cette impression de déjà vu, et toutes ces ressemblances le poussèrent. Se tournant vers les couvercles de poubelles qu'Azélyne avait projetés tout à l'heure contre Gérode, il les fit léviter et les remis en place, lentement, calmement, comme s'il rangeait ce qu'avait dérangé Azélyne. Puis il se tourna vers elle, et lui fit :


– Tu connais les X-men ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 3 Aoû - 16:07

[HRP : Oh j'arrive à "transformer" Deaglann Very Happy bah sur la bonne voie ^^ disons que lui aussi le fait vu qu'il "vient à mon secours" et dans tout les sens du terme Razz]

Le jeune garçon recula d'un pas. Azélyne s'aperçut alors que son bouclier s'était déclenché, surement par auto-défense comme cela lui arrivait souvent. Même cet aspect de son don lui échappait, elle n'arrivait pas à le contrôler. Sa télékinésie, elle, était plus facile à gérer même si parfois tout partait de travers. Elle n'était définitivement pas douée.
De nouveau elle tourna son regard sur le jeune homme qui avait à présent l'air étrangement triste puis il pris la parole :

- Je ne te veux aucun mal, c'est plutôt le contraire même. Et tu as raison, je suis un mutant, comme toi visiblement, seul un autre mutant aurait pu se rendre compte de ce que j'étais … Je ne sais pas ce que tu as pu subir, si des mutants t'ont fait du mal, mais je suis là pour t'aider. Quand je t'ai vu poursuivie, je me suis contenté de vouloir t'aider, pensant que tu étais humaine. Maintenant que tu es mutante, je veux encore plus t'aider.

C'était bien un mutant elle ne s'était pas trompée, mais en mettant à jour la nature du garçon elle n'avait pas pensé que la sienne aussi serait découverte …
Cependant, il disait qu'il voulait l'aider et elle voyait dans ses yeux – du moins c'est ce qu'elle ressentait – qu'il était le plus sérieux possible …

* Ils ont tous dit ça avant de s'en prendre à moi ! pensa-t-elle perplexe *

Mais la suite de sa phrase l'intrigua … « Maintenant que tu es mutante, je veux encore plus t'aider. » Azélyne ne comprenait pas, pourquoi le fait d'être une mutante le poussait à lui venir encore plus en aide ? Il l'avait déjà enlevée aux griffes de Gérode et ce, elle devait bien se l'avouer, avec courage. Avec une inconscience non mesurée, certes, mais avec courage … Aucun mutant auparavant n'avait montré ou fait un geste en sa faveur, pour l'aider ou le plus simplement du monde : pour être gentil avec elle. C'était la première fois et cela lui faisait bizarre.
Elle le regarda longuement. Il semblait réfléchir. A quoi ? Elle n'en avait aucune idée. Il avait paru sincère et Azélyne était presque convaincue qu'il ne lui ferait pas de mal. Après tout il avait pensé qu'elle était une simple humaine, en découvrant une mutante il avait peut-être même était … Content ?

* Baah qu'est ce que ça peut lui faire de toute façon … soupira-t-elle dans sa tête.*


Il n'avait pas bougé. Azélyne s'était calmée, elle n'avait plus peur de lui, avec précaution et en se concentrant elle fit disparaître le champ d'énergie protecteur l'encerclant. En quelque sorte, il lui tendait la main … Pourquoi ne la prendrait-elle pas ? Après tout, elle n'avait rien à perdre, si ce n'est peut-être un peu plus d'elle même … Elle pris enfin la parole et tenta une approche :

- Je … Tu me promet que tu ne me feras rien ? lui demanda-t-elle timidement. Je … Je suis désolée je pensais que tu … Elle s'arrêta.

* Que tu voulais me faire du mal, comme tout les autres. Comme d'habitude … *


Elle ne voulait pas qu'il entende ses paroles. Pas celles-ci sinon il saurait qu'elle pouvait être à sa merci s'il le désirait.
Il se tourna vers les couvercles en métal qu'Azélyne avait balancés à la tête de son agresseur quelques instants plus tôt. Les objets en question commencèrent à léviter dans les airs pour atterrir à leur emplacement initial. Elle n'en croyait pas ses yeux, un télékinésiste ! Il était comme elle, il avait le même pouvoir qu'elle. Ils étaient … Pareils !
Azélyne était heureuse. Elle n'était plus seule. Du moins elle l'espérait …
Le jeune garçon la regarda et reprit :

- Tu connais les x-men ?

Les x-men ? Bien sûr qu'elle connaissait. Quel mutant n'avait jamais entendu parler des x-men ? Gérode les détestait d'ailleurs il en avait même blessé quelques uns une fois alors qu'ils changeaient de cachette, ou plutôt, lorsque Gérode avait voulu changer de prison pour la jeune fille. Elle n'en avait par contre jamais rencontré personnellement. Pour elle ils représentaient une sorte de liberté, d'épanouissement, qu'elle ne connaitrait jamais …

- Euh … Oui j'en ai entendu parler mais … Je n'en ai jamais rencontré. Quel rapport ? Je ne comprend pas... lui répondit-elle interloquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 3 Aoû - 18:29

Deaglann sourit intérieurement, tout en gardant son sérieux. Il ne fallait pas qu'Azélyne pensa qu'il les moquait d'elle, surtout que ce n'était vraiment pas le cas. Il était juste fier de lui, d'avoir réussis à faire baisser la méfiance de la jeune fille et à lui faire comprendre qu'elle ne craignait rien avec lui. Ce n'était pas gagné d'avance étant donné que la peur ou toutes sortes d'émotions incontrôlables étaient difficilement surmontable, mais il avait de la chance, car grâce à sa télépathie, certes, il savait comment aborder Azélyne et quelle attitude adopter, mais c'était surtout son vécu à lui et sa légère ressemblance avec elle (tout le monde est unique ^^) qui lui avaient permis de gagner sa confiance. Tout comme il avait trouvé que certaines coïncidences le rapprochait d'Azélyne, cette dernière s'était elle-aussi sentie proche de lui. L'humain aussi bien que le mutant, dont la mutation est la seule différence entre les deux, est toujours fasciné lorsqu'on lui présente son miroir, et Azélyne était à présent intriguée par le jeune mutant. Le fait qu'ils aient tous les deux le même pouvoir était une chance, et, soudain, méfiant, Deaglann sonda à nouveau la jeune fille pour vérifier qu'elle ne soit pas télépathe. En faisant cette vérification, il eut la surprise de discerner une pensée de la jeune fille, qui évoquait en elle le souvenir d'un affront entre les x-men et Gérode, et se dit qu'il avait eut de la chance. Toujours orgueilleux et fier de lui, Deaglann avait été persuadé de triompher facilement de Gérode tout à l'heure, et avait réussis à le berner grâce à la télépathie, en finesse. Mais s'il avait du affronter l'homme capable de blesser les x-men, il ne s'en serait probablement pas sortit.
Comme à son habitude, il ne laissa cependant par son visage trahir sa surprise et écouta ce que lui répondait Azélyne avec intérêt. Elle avait déjà de bons à priori sur les x-men, ce qui était plutôt bien. Il reprit alors la parole pour lui expliquer, se doutant qu'elle serait sûrement contente de ce qu'il allait lui dire. Après avoir été seule si longtemps, livrée à elle-même et sans protection, elle serait peut être déconcertée, mais rejoindre l'Institut était la meilleure chose qui pouvait lui arriver, comme à tous les jeunes mutants qui découvraient leur vraie nature d'ailleurs.


– Et bien, commença Deaglann, il se trouve que la plupart des x-men vivent ici, à New York, tous ensemble. Il s'occupent, en tout cas pour la plupart je crois ... mais je n'ai assisté à aucun cours pour l'instant vu que c'est les vacances, à vrai dire j'ai à peine rencontré deux x-men depuis que je suis arrivé. Enfin bref, ils s'occupent de jeunes mutants, comme toi et moi. Eux, ils sont un groupe à part, et il y a nous, des étudiants mutants. On vit tous dans un Institut, c'est un peu comme un internat géant, mais pour mutants. C'est soit disant une école pour surdoués, c'est leur couverture je pense, mais on est pris en charge, on est avec des gens comme nous, on peut utiliser nos pouvoirs comme on veut, naturellement. Moi par exemple, c'est la télékinésie, et si j'ai envie d'attraper un objet comme ça, fit-il en faisant léviter son portable de sa poche jusqu'à sa main, ou de fermer la porte de ma chambre sans bouger de mon lit, c'est normal là bas.

A force de changer de sujet, Azélyne n'allait toujours pas comprendre ce qu'il voulait lu idire par là, car il ne lui avait toujours pas demandé de rejoindre l'Institut. Il tenait à l'oublier, et qu'elle lui demande, s'il sortait un grand discours en n'omettant rien, ça faisait trop propagande, avec le passé qu'elle avait, la mutante se méfierait peut être. Et puis, oublier un élément essentiel le ferait passer pour un tête en l'air lunatique, et donc sympathique. Il fit mine de réfléchir un instant, puisqu'il n'était pas censé savoir qu'Azélyne était une télékinésite comme lui étant donné qu'il avait eut cette information grâce à Gérode, et lui donna un exemple de ce qu'elle pourrait faire à l'Institut, comme s'il était évident qu'il l'invitait à les rejoindre, alors qu'il n'avait toujours rien dit à ce propos :

– Toi tu pourrais … ben avec ton bouclier, si quelqu'un t'embête, tu pourrais l'empêcher de t'approcher, ou … enfin je sais pas trop, t'as d'autres pouvoirs ? Parce qu'en théorie, je devrais être capable de faire des bouclier moi aussi, t'as peut être les même que moi sans le savoir. Enfin, je ne sais pas créer de champs de force avec ma TK, c'est un peu compliqué je suis à l'Institut depuis un moi à peine. C'est super que tu saches faire ce genre de choses, tu peux te protéger toi ou qui tu veux grâce à ça, c'est très … altruiste.

Deaglann parlait beaucoup, c'était quelque chose qu'il savait très bien faire, le garçon sympathique et bavard, et c'était plutôt pratique puisque ça pouvait distraire Azélyne et lui faire penser à autre chose que ses problèmes, et ça permettait surtout de parler des mutants. Beaucoup de jeunes mutants ne pouvaient pas parler de ses choses là, et c'était un peu tabou. Faire comme si c'était normal, en parler librement, ça devrait établir une proximité avec Azélyne et renforcer la confiance qu'elle pouvait mettre en lui. De toute façon, il ne comptait pas se servir d'elle, il voulait vraiment l'aider, c'était finalement aussi bien de faire ça. Deaglann s'était toujours ennuyé dans sa vie, il l'avait toujours trouvé sans sens, sans but, sans rien … vide. Mais à présent qu'il était à l'Institut, il avait beaucoup de choses à faire, et aider les autres mutants était peut être un but, quelque chose qui lui ferait passer le temps tant qu'il vivrait. C'était une manière de ne plus survivre, mais de vraiment faire quelque chose de sa vie. Avec tant de mutants et d'histoires autour de lui, il n'allait sûrement pas s'ennuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mer 4 Aoû - 17:19

[Désolée pour le retard ... Azélyne à comme qui dirait très mal dormis hier soir uu"mais bon elle est de nouveau prête pour continuer l'aventure Smile ]

La question de ce jeune garçon l'intriguait. Azélyne ne comprenait vraiment pas ce que les x-men avaient avoir avec ce qu'il venait de se passer. Il finit par lui expliquer :

- Et bien, commença Deaglann, il se trouve que la plupart des x-men vivent ici, à New York, tous ensemble. Il s'occupent, en tout cas pour la plupart je crois ... mais je n'ai assisté à aucun cours pour l'instant vu que c'est les vacances, à vrai dire j'ai à peine rencontré deux x-men depuis que je suis arrivé. Enfin bref, ils s'occupent de jeunes mutants, comme toi et moi. Eux, ils sont un groupe à part, et il y a nous, des étudiants mutants. On vit tous dans un Institut, c'est un peu comme un internat géant, mais pour mutants. C'est soit disant une école pour surdoués, c'est leur couverture je pense, mais on est pris en charge, on est avec des gens comme nous, on peut utiliser nos pouvoirs comme on veut, naturellement. Moi par exemple, c'est la télékinésie, et si j'ai envie d'attraper un objet comme ça, fit-il en faisant léviter son portable de sa poche jusqu'à sa main, ou de fermer la porte de ma chambre sans bouger de mon lit, c'est normal là bas.

Les x-men, ici, à New York ? Elle n'arrivait pas à croire que ce qu'il disait était vrai. Ce n'était pas possible …

*Il me fait marcher là ? Et il en aurait rencontré en plus ? Une école pour mutants … Cela paraît impossible, et puis leur couverture d'école pour surdoués, c'est … c'est … Pensa-t-elle alors que son esprit commençait à s'embrouiller*

Ce n'était tout bonnement pas possible, ça semblait irréel. Un endroit où elle ne serait plus obligée de se cacher, où elle serait entourée de gens comme elle, où elle pourrait librement utiliser son pouvoir et où on pourrait l'aider. Azélyne en avait tellement rêvé qu'elle n'y croyait plus …
Mais elle se retourna vers le jeune homme et le dévisagea de nouveau, comme si elle regardait dans le vide cette fois. Après tout il l'avait aidé, il l'avait rassuré, il lui avait parlé. La manière dont il s'était « occupé » d'elle durant ces quinze dernières minutes … Elle n'avait jamais ressentit ça, et ça lui avait fait du bien. Du calme et de la douceur pour une fois …
Il lui parlait de cet endroit, de cet « internat géant » - comme il l'avait appelé – avec tant d'entrain et de joie qu'il donnait presque envie de courir pour le visiter. Mais est ce qu'il l'invitait à rejoindre ce petit paradis ? Il ne lui avait pas proposé et Azélyne n'oserait jamais le faire. Elle ne le connaissait pas, ou très peu, et ne voulait pas s'immiscer dans la vie des gens sans y être conviée.
Le visage du brun se crispa, il avait l'air de réfléchir. Puis il repris :

- Toi tu pourrais … ben avec ton bouclier, si quelqu'un t'embête, tu pourrais l'empêcher de t'approcher, ou … enfin je sais pas trop, t'as d'autres pouvoirs ? Parce qu'en théorie, je devrais être capable de faire des bouclier moi aussi, t'as peut être les même que moi sans le savoir. Enfin, je ne sais pas créer de champs de force avec ma TK, c'est un peu compliqué je suis à l'Institut depuis un moi à peine. C'est super que tu saches faire ce genre de choses, tu peux te protéger toi ou qui tu veux grâce à ça, c'est très … altruiste.

C'est vrai qu'elle n'avait jamais pensé pouvoir se servir de son bouclier pour se protéger. Enfin elle s'en était servi bien sûr, mais elle ne le contrôlait pas, il se déclenchait tout seul quand elle était en mauvaise posture ou quand son subconscient pensait qu'elle était en danger. Il ne s'était jamais déclenché juste parce qu'elle le voulait … Sa télékinésie, elle, était plus simple à contrôler. Certes elle ne pouvait pas s'en servir comme bon lui semblait, mais si elle se concentrait bien et que ce n'était pas trop difficile, la plupart du temps elle arrivait à ses fins.
A présent, le jeune mutant semblait emballé par son bouclier. Il ne savait pas faire de champ de force, contrairement à elle, mais était en partie comme elle et puis, qui sait, elle pourrait peut-être l'aider à développer cet aspect de son pouvoir. Après ce qu'il venait de faire pour elle, elle lui devait bien quelque chose …
Elle ne se rendit compte du temps qu'elle mettait à répondre qu'une fois qu'elle vit le regard de son « sauveur » braqué sur elle, toujours aussi patient qu'au début …

- Euh … Oui c'est vrai que c'est pas mal quand on arrive à le contrôler et ça c'est pas aussi simple … Sinon je suis comme toi. Enfin je suis télékinésiste quoi, dit-elle en baissant les yeux.

Elle se mit machinalement à regarder ses pieds et jouer avec un caillou qu'elle faisait flotter d'une main à l'autre. Elle avait l'air d'une gamine timide, assise comme ça, à quelques pas seulement du brun.

* Bon sang mais lance toi ma grande ! Si tu ne lui demande pas tu resteras à moisir dans un coin pourri, seule, toujours toute seule … Elle se claqua mentalement *


- Je … Enfin … Elle ne savait pas par où commencer. Est ce que tu crois que …

Elle s'arrêta dans ses propos, respira un bon coup et sortit d'une traite pour ne pas à avoir à le dire deux fois de peur de paraître stupide :

- Est-ce que tu penses que je pourrais y aller un jour ? A l'Institut je veux dire. Je voudrais pas m'incruster … Mais je pensais que peut-être, si vous vouliez bien de moi … Je veux dire … Rah non laisse tomber tu veux, oublie ce que je viens de dire !

Elle n'osait plus le regarder. Elle ferma les yeux, ramena ses genoux contre sa poitrine et pausa son menton par-dessus …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Jeu 12 Aoû - 16:48

[HRP: désolé du petit rp ^^ j'avais pas beaucoup de temps, il faut que je parte à 16h ^^]

Deaglann fit mine d'être surpris quand elle lui dit qu'elle était une télékinésite tout comme lui et s'exclama, prenant un air réjouit qui illumina son visage comme s'il était réellement ravit de cette "surprenante" nouvelle :

" - Tu es télékinésite ? Comme moi ! C'est cool ça ! On pourra s'aider tous les deux "

Mais Azélyne restait crispée, hésitante, et Deaglann reprit son sérieux, faisant mine de ne pas comprendre et de s'interroger. Depuis tout à l'heure il attendait que la jeune mutante se jette à l'eau. Finalement, elle lui demanda enfin si elle pouvait les rejoindre à l'Institut, mais elle revint sur ses propos et se recroquevilla ensuite sur elle-même. Deaglann éclata alors de rire, naturellement, comme à la chute d'une blague à laquelle il ne s'attendait pas.

" - Mais enfin, c'est ce que je te propose, ne te tracasse pas. Il y aura forcément de la place pour toi, tu es sûre que je ne t'ai pas déjà proposé de venir à l'Institut ? C'était tellement évident, je pensais que tu avais compris. Je sais que tu as du traverser beaucoup d'épreuves, mais maintenant tu en vois le bout, c'est tranquille à l'institut en ce moment, et puis il y a pleins de chambres vides. "

Il se remit à rire, plus doucement cette fois, comme s'il était encore amusé par ce rebondissement, et se pencha vers Azélyne afin qu'elle se relève. Puis, il lui demanda simplement en souriant :

" - Au fait, comment tu t'appelles ? Depuis tout à l'heure on se parle et on ne s'est même pas présenté. Moi c'est Deaglann, et toi ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Jeu 19 Aoû - 23:27

[HRP : pas grave petit ou grand du moment que je RP moi sa me va Wink ]

Azélyne était toujours dans la même position attendant que le jeune homme la laisse tranquille. Elle ne voyait pas son visage mais pensait qu'il devait bien se moquer d'elle, après l'avoir sauvée elle lui demandait maintenant si elle pouvait le suivre. Il allait surement croire qu'elle n'était qu'une moins que rien qui n'était pas capable de se débrouiller toute seule. Pourtant ce n'était pas ce qu'elle souhaitait.
Elle décida de relever la tête pour affronter son regard, s'il le fallait vraiment elle le dissuaderait de se moquer d'elle en utilisant ses pouvoirs. Elle soutint son regard un moment mais devint vite perplexe lorsque le brun éclata de rire. Un rire étrangement naturel, il ne se moquait pas d'elle ou du moins c'est ce qu'Azélyne pensait, il riait presque de surprise. La jeune fille ne comprenait pas trop pourquoi d'ailleurs, puis il prit enfin la parole :

- Mais enfin, c'est ce que je te propose, ne te tracasse pas. Il y aura forcément de la place pour toi, tu es sûre que je ne t'ai pas déjà proposé de venir à l'Institut ? C'était tellement évident, je pensais que tu avais compris. Je sais que tu as du traverser beaucoup d'épreuves, mais maintenant tu en vois le bout, c'est tranquille à l'institut en ce moment, et puis il y a pleins de chambres vides.

Alors c'était bien ça, elle ne s'était pas trompée, il l'invitait bien à venir à l'Institut. On lui tendait la main et pour une fois cette main elle avait envie de la saisir et de s'y accrocher le plus fortement possible. Un sourire rayonnant apparut sur le visage de l'adolescente, elle sentit une vague de bonheur l'envahir, Azélyne se sentait à la fois paisible et heureuse.
Le jeune garçon se remit à rire mais cette fois plus doucement et se pencha vers elle pour l'aider à se relever. Elle saisit sa main, se remit sur ses pieds et le garçon lui demanda tout en souriant :

- Au fait, comment tu t'appelles ? Depuis tout à l'heure on se parle et on ne s'est même pas présenté. Moi c'est Deaglann, et toi ?

C'est vrai qu'ils parlaient depuis un moment et aucuns d'eux n'avaient encore dit son nom. Lui, venait de le faire le plus naturellement du monde. Deaglann … Elle savait à présent comment l'appeler.

*J'aime bien son prénom, il est original et puis il faut dire qu'il le porte bien, pensa-t-elle en souriant intérieurement*

- Oh oui pardon c'est vrai que je ne me suis pas présentée. Moi c'est Azélyne … Azélyne Breker, enchantée de te connaître Deaglann, ajouta-t-elle en lui sortant son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 30 Aoû - 14:23

Deaglann fut content de la réaction d'Azélyne lorsqu'il lui annonça qu'il l'invitait à rejoindre l'Institut, d'après ce qu'il lisait en elle et ce qu'elle faisait, il n'y avait presque aucune différence, elle était d'un ... pas naturel, mais d'une honnêteté étonnante, elle ne cherchait pas à jouer un rôle, et le jeune télépathe était plutôt content de voir qu'il n'y avait heureusement pas trop de gens comme lui. Il lui semblait que maintenant, tout le monde était trop méfiant, que de plus en plus de gens ayant un passé terrible (il savait très bien grâce à son pouvoir que les gens subissaient de plus en plus d'évènement traumatisants dans leur vie) avaient le même instinct farouche qui les rendaient méfiant par rapport aux autres. Azélyne pourtant, malgré sa propre histoire, n'était pas de ces gens, elle restait prudente, certes, mais n'avait pas hésité à faire confiance à Deaglann (qui lui, savait pertinemment que son extrême méfiance relevait plus de la paranoïa que d'une certaine prudence). Rencontrer quelqu'un comme Azélyne, de transparent, qui ne cachait pas ce qu'elle ressentait, c'était plutôt rare, ça se perdait ... C'était une rencontre étonnante, une fois de plus, et cela le remettait en question. Il avait croisé certains mutants dans l'Institut, et presque tous (ou en tout cas la majorité) avait beaucoup souffert dans leur passé. Et pourtant, ils n'étaient pas tous autant sur leurs gardes que lui, ils étaient bien mieux, ils ne se méfiaient pas de tout et n'importe quoi. Pourtant, Deaglann avait une assurance sur les gens qu'ils côtoyait grâce à sa télépathie, et paradoxalement, c'était lui le moins détendu, toujours en train de chercher si rien ne clochait. Alors que d'autres, n'ayant pas l'avantage de savoir les pensées des autres, n'avaient pas cette méfiance ... Deaglann avait à la fois l'impression qu'il s'était longtemps trompé, qu'il était temps de changer un peu, mais d'un autre côté, son orgueil lui soufflait que changer, même si c'était pour aller mieux, c'était se trahir lui-même. Et puis c'est dur d'admettre qu'on a tort, surtout quand on est aussi fier ...
Lorsqu'Azélyne lui répondit et qu'elle se présenta à son tour, il fit mine de découvrir son nom avec une surprise enjoué, et, souriant, il lui annonça qu'il aimait bien son prénom, mais de son côté, il ne comprenait toujours pas pourquoi il portait bien son prénom. Qu'est-ce que Deaglann pouvait bien évoquer à la jeune fille et en quoi, l'associant à lui, elle trouvait que cela lui allait bien ?[i]

" - Azélyne ? C'est très joli comme prénom, c'est ... aérien, j'aime beaucoup.[b] [i]répondit-il, et il pensait ce qu'il disait, puis il ajouta d'un air solennel
[b] Bon, tu es prête, en route pou l'Institut ? Tu as des affaires quelque part à prendre, ou on va directement là bas ? "

Il essayait de la presser un peu, afin qu'ils quittent cette ruelle. Gérode était parti parce que Deaglann l'avait fait paniquer, mais vu la personnalité du mutant, s'il y réfléchissait à deux fois, ce n'était pas son genre de se faire intimider par un "gosse" et il risquait d'être fâché en revenant. Deaglann ne sentait pas sa présence, mais il n'était pas capable de sonder tous les passants, ils étaient trop nombreux. Enfin, pour l'instant, il ne détectait rien d'alarmant, mais il restait toujours trop méfiant, trop parano. Même s'il ne lui semblait pas que Gérode était dans le coin, Deaglann ne méfiait des certitudes, et comme à son habitude, il restait sur ses gardes, sans pour autant le montrer à Azélyne. Après tout, en quittant cette ruelle et en partant dans l'instant, il ne devait pas y avoir de problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 30 Aoû - 15:34

[HRP : Un petit peu court désolée ... En tout cas contente que tu sois de retour Deaglann Smile]

Lorsqu'elle lui avait dit son prénom le garçon paraissait surpris :
- Azélyne ? C'est très joli comme prénom, c'est ... aérien, j'aime beaucoup. Répondit-il, et il pensait ce qu'il disait.

Deaglann trouvait son prénom « joli » … Azélyne n'avait pas l'habitude de recevoir des compliments et encore moins sur son prénom. On s'était toujours moqué d'elle à cause de celui-ci, certes elle l'aimait bien mais au fil du temps elle avait de plus en plus de mal à le porter, à l'accepter. Elle sourit timidement, le rouge lui montant au joues inutilement à son goût.
Sur ce compliment il ajouta solennellement :

- Bon, tu es prête, en route pour l'Institut ? Tu as des affaires quelque part à prendre, ou on va directement là bas ?

* Mince mes affaires ! Elle sont encore dans le vieux hangar … Il faut que j'aille les chercher, mais si il voit l'endroit miteux d'où je sort … Et puis mince Azé prends ton courage à deux mains pour une fois ! S'ordonna-t-elle. *

Azélyne n'était pas une fille peureuse avant. Elle était même très débrouillarde et n'avait pas peur de se mesurer à plus fort qu'elle. Elle était fière, fière de ce qu'elle était, un peu trop d'après certains, mais ça c'était avant … Avant que ce monstre n'apparaisse dans sa vie. Depuis elle avait des blocages et elle n'arrivait pas à s'en débarrasser.

- J'ai quelques affaires dans un sac pas très loin d'ici. Je peux y aller seule si tu veux tu n'aura qu'à m'attendre ici.

Elle s'était avancée dans la ruelle, penchant sa tête derrière le mur pour apercevoir les passants. Gérode était peut être encore dans le coin et rien que l'idée de retomber nez à nez avec lui donnait la chair de poule à la jeune mutante. Elle regarda Deaglann et lui sourit.
Elle rattacha son sweat-shirt et sortit de la ruelle, les mains dans les poches, d'un pas assuré. Il y avait un peu plus de monde que d'habitude dans la rue. Surement un nouveau magasin ou des soldes de dernières minutes selon elle. Elle continua à marcher tout droit pendant environ 150 mètres et tourna à droite.
Elle se trouvait à présent dans une nouvelle ruelle, sombre et insalubre. Dans le fond un sorte de hangar en taules était installé grossièrement. L'hiver, la jeune fille avait énormément de mal à vivre sous cet abris de fortune, le froid lui mordait la peau et l'humidité inondait les environs. Elle n'avait pas d'autres choix donc elle s'était accrochée, elle devait tenir jusqu'au retour de l'été …
Les yeux d 'Azélyne commençait à lui piquer, elle sentait les larmes monter. Refusent l'idée de pleurer encore une fois elle secoua la tête essuya d'un revers de manche ses yeux si bizarre selon les autres. Elle entra dans le hangar et commença à chercher son sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 30 Aoû - 16:34

Deaglann ne fut pas trop étonné d'entendre Azélyne lui répondre qu'elle avait des affaires à prendre. Cependant il ne comprenait pas pourquoi la jeune fille ne voulait pas qu'il l'accompagne. En effet, depuis qu'il lui avait fait une remarque sur son prénom, il avait cessé de lire ses pensées, de contentant de sonder les environs de temps à autres. Deaglann, bien qu'il puisse paraître aux yeux de certains comme indiscret et irrespectueux de la vie privée d'autrui s'ils savaient comment il utilisait son pouvoir, lisait l'esprit des autres sans jamais juger ou critiquer ce qu'il voyait. Il observait, mais son regard était neutre, objectif, il se contentait seulement de faire ce qu'il savait faire. Mais à présent, il se disait qu'il n'avait plus aucune raison d'utiliser sa télépathie sur Azélyne, il s'efforçait de ne pas le faire, se disant que continuer serait vraiment pervers maintenant qu'il savait qu'il n'avait vraiment rien à craindre d'elle. Mais, alors que "fouiller" l'esprit des gens pour découvrir leur passé, ou alors le manipuler ou agir dessus lui demandait une grande concentration, "entendre" ou "écouter" les pensées des autres était une seconde nature, il était difficile pour lui ne se soustraire à cela. Aussi, il "sentit" que quelque chose clochait lorsque la jeune mutante lui demanda de l'attendre le temps qu'elle aille chercher ses affaires. Elle ne lui mentait pas, c'était sûr, quand quelqu'un lui mentait cela lui sautait aux yeux (ou en tout cas à l'esprit), mais elle ne voulait pas lui montrer quelque chose. Il lui fallu peu de temps pour découvrir qu'elle ne voulait juste pas qu'il voit le hangar où elle s'était installée à New York, et pour respecter son secret, il la laissa partir chercher ses affaires, en la suivant discrètement. Comme l'endroit où elle avait laissé ses affaires était presque désert, Deaglann se cala dans un coin en attendant qu'elle ait fini. Dès qu'il la verrait sortir, il retournerait dans la ruelle où ils s'étaient rencontrés et cette situation sera enfin finie. En attendant, il se concentra pour sonder le coin : le hangar, les rues désertes qui l'entouraient et quelques bâtiments délabrés étaient une zone assez étendue, il peina à se concentrer pour tout passer au peigne fin, mais ne découvrit la présence que de quelques clochards, et celle d'Azélyne. Gérode n'était pas là, et aucun individu dangereux non plus. Il restait tout de même sur ses gardes, et attendit qu'Azélyne ne sorte à son tour. Normalement, tout allait bien se passer et ils pourraient rejoindre tous les deux l'Institut. Il ne restait plus qu'à prévenir les x-men qu'Azélyne rejoignait l'établissement, mais Deaglann supposait qu'il n'y aurait pas de problème.

[lol, désolé, moi aussi ma réponse est courte, même très courte, mais absents depuis plus de trois semaines, il faut que je fasse pleins de trucs ^^ je te répondrai ce soir ou au pire demain =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Lun 30 Aoû - 22:20

Fouiller dans ce taudis était assez périlleux, en voulant soulever un morceau de fil barbelé (que la jeune fille ne se souvenait pas avoir mis là d'ailleurs), Azélyne réussit à se couper.

- Et merde ! Jura-t-elle en portant le doigt à sa bouche. Pas douée va, tu pourrais faire attention un peu ! Continua-t-elle pour elle même.

Mais elle rangea sa colère contre sa propre personne quand elle vit son sac, assez large et résistant, juste sous un carton servant à protéger le peu d'affaires qu'elle possédait. Elle l'attrapa d'une main, saisit un pansement qu'elle posa grossièrement sur l'entaille plutôt profonde qui piquait dorénavant son index et prit rapidement son sac à dos qu'elle porta à son épaule.
Elle allait enfin quitter cet endroit et franchement elle ne le regretterait pas, mais alors pas du tout. Plus de misère, plus de taule, plus de cartons, plus d'insalubrité, plus de drogués, plus d'alcooliques, plus personne pour abuser d'elle … Enfin c'est ce qu'elle espérait.
Mais elle était confiante. Maintenant il ne lui arriverait rien, elle ne serait plus seule, on la protègerait. Tout ça grâce à un garçon, à ce garçon en particulier. Elle ne savait pas pourquoi mais avec lui elle se sentait en sécurité. Elle se sentait comme apaisée. Sortant de ses pensées elle retourna à l'extérieur du hangar. Elle ne voulait pas trop tarder au risque que Deaglann s'impatiente et qu'au final il parte sans elle. Rien que d'effleurer l'idée que cela puisse arriver, Azélyne se sentait vide … Sans aucune énergie qui la pousserait à se garder en vie, à tenir le coup quoiqu'il arrive.

Après quelques pas dans la ruelle, elle se stoppa nette, tout ses sens en alerte. Elle était suivie elle en était sûr mais elle n'aurait su dire par qui. Cela ne pouvait pas être Gérode, ça elle en était certaine. Elle n'arrivait jamais à le sentir lorsqu'il la traquait or là, elle sentait bien une présence. Elle fit mine de continuer chemin tout en épiant les recoins sombres de la petite ruelle. Avec le temps elle avait appris à reconnaître quand elle était suivit et malheureusement pour son assaillant, elle connaissait les moindres recoins de cette rue. Elle repéra un coin avec une ombre presque invisible, elle s'y approcha et par réflexe d'auto-défense son poing s'entoura d'un champ de force. Elle bondit alors sur la forme :

- Qui est tu et que fais-tu là ? Questionna-t-elle fermement et avec beaucoup de conviction Avant de se rendre compte de son erreur.

La forme qu'elle avait prit pour celle d'une tierce personne n'était autre que celle d'un simple clochard.

- Je … Pardon je suis désolée je t’ai pris pour quelqu'un d'autre, dit-elle précipitamment en reculant d'un pas, son champ de force se désactivant immédiatement à la vue du jeune homme. Encore pardon, ajouta-t-elle avant de partir d'un bon pas pour retrouver Deaglann.

Depuis quand les clochards se cachaient dans sa cachette ? C'était nouveau ça. Mais Azélyne se dit qu'au final elle n'en avait vraiment plus rien à faire, de toute façon elle s'en allait et pour de bon cette fois. Aucunes chances qu'elle ne retourne là-bas sauf bien entendu si elle n'avait pas le choix ...
Sur le chemin du retour elle avait courue et était du coup un peu essoufflée. Elle ne se l'avouerait jamais mais elle avait simplement peur que Deaglann en parte sans elle ... Elle était enfin devant cette même ruelle où l'attendait le jeune homme et fût soulagée de voir qu'il était encore là :

- Désolée si j'ai mis un peu de temps, s'excusa-t-elle dans un souffle, c'est bon je suis prête on peux y aller.

[HRP : MDR' je suis un boulet de nature ^^' encore désolée, j'ai édité Wink]


Dernière édition par Azélyne Breker le Mar 31 Aoû - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 31 Aoû - 1:15

[ HRP :XD lol c'est pas grave, mais ton post a été très bien rattrapé ^^ bon allez, à moi maintenant ]

Deaglann attendit patiemment qu'Azélyne trouve ses affaires, et lorsqu'elle eut fini, il se releva. Il savait qu'elle allait sortir, mais attendit tout de même de la voir partir du hangar, avec un gros sac avec elle. Très bien, il reprit le chemin du retour, sans se perdre. Bien que Deaglann soit incapable de suivre des indications ou de retenir un itinéraire, il avait un bon sens de l'orientation et surtout une très bonne mémoire visuelle. Il lui suffisait de faire un parcours une fois pour s'en souvenir et il revint sur ses pas pour retourner dans la petit ruelle où il avait rencontré Azélyne. Il gardait une bonne avance sur elle, afin qu'elle ne le voit pas en le suivant, bien qu'elle ne puisse pas savoir qu'elle le suivait, mais il gardait son esprit près d'elle pour s'assurer qu'elle ne croisait aucune mauvaise connaissance. Cependant, la jeune fille allait vite, elle se dépêchait, et Deaglann du presser le pas, mais n'ayant pas de sac à porter, il pouvait la devancer facilement. Il espérait qu'il n'y aurait aucun problème durant le trajet. Et en effet, heureusement, tout se passa sans problème, et, s'adossant contre le mur, les bras croisé et le regard dans le vague, il n'eut à attendre qu'une petite minutes avant de voir Azélyne arriver. Elle était essoufflée par sa marche et s'en excusa.

" - Désolée si j'ai mis un peu de temps. C'est bon je suis prête on peux y aller. "

Deaglann n'avait pas envie de lambiner pour retourner à l'Institut, et même s'il était venu en ville pour se promener, visiter la ville, il trouvait beaucoup plus intéressant d'aider et de s'occuper d'Azélyne. Il lui ferait visiter l'Institut et tout le reste, mais en attendant, la marche qui allait les amener jusque là bas l'ennuyait d'avance. Il décida d'aider Azélyne, ce qui lui donnait une occasion de plus pour faire usage de ses pouvoirs pour s'exercer. Il avait envie que cela devienne une habitude, comme marcher ou parler. Il se concentra alors sur le sac d'Azélyne, et soutint la moitié du poids par télékinésie. La jeune fille du sûrement sentir ce changement, et il lui adressa un clin d'œil en annonçant :

" - Très bien, si tu es prête on va pouvoir y aller. Normalement il y a un tramway qui nous amènera à quelques mètres de l'Institut, donc on y sera assez vite. Au fait, si tu es fatiguée et que tu veux te reposer un peu, n'hésite pas à me le faire comprendre et je porterai complètement ton sac, comme ça tu pourras t'appuyer dessus en faisant semblant de le porter. "

Puis ils s'avancèrent en direction du tramway et attendirent qu'il arrive avant de monter dedans. A l'intérieur, une femme portait une plante dans un pot ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 31 Aoû - 17:01

Quand Azélyne était arrivée complètement crevée pour avoir couru avec ses affaires, Deaglann était tranquillement adossé contre le mur, les bras croisés et le regard dans le vague. Bizarrement elle vit son regard se tourner vers son sac. Il réfléchissait mais la jeune fille ne savait pas pourquoi. Puis sans qu'elle ne se doute de rien son sac devint bien moins lourds et paraissait comme flotter dans les airs.
Elle n'en croyait pas ses yeux et tourna son visage ébahit vers le jeune garçon. Deaglann lui adressa un clin d'œil. Alors c'était bien lui, il arrivait rien qu'en ce concentrant à se servir de la télékinésie et sur des objets relativement imposant.

- Très bien, si tu es prête on va pouvoir y aller. Normalement il y a un tramway qui nous amènera à quelques mètres de l'Institut, donc on y sera assez vite. Au fait, si tu es fatiguée et que tu veux te reposer un peu, n'hésite pas à me le faire comprendre et je porterai complètement ton sac, comme ça tu pourras t'appuyer dessus en faisant semblant de le porter.

Azélyne lui sourit. Il était vraiment gentil avec elle, et elle comme une gamine elle était contente. Peut être qu'à présent elle se sentirait mieux, qu'elle pourrait vraiment montrer son vrai visage à quelqu'un. Et puis elle pourrait apprendre à se servir pleinement de ses pouvoirs et ne plus créer de catastrophes avec, ce qui franchement serait une bonne chose selon elle.

- Merci pour le sac, c'est vrai que je suis un peu crevée mais ça devrait aller pour le reste ne t'inquiètes pas et puis je ne voudrais pas trop abuser, plaisanta-t-elle, tu en fait déjà beaucoup pour moi.

*Beaucoup plus que tu ne peux l'imaginer d'ailleurs, pensa-t-elle*

Ils se dirigèrent vers le tramway et attendirent tranquillement qu'il arrive pour pouvoir le prendre. A l'intérieur une jeune femme portait un pot de fleurs dans ses bras.

[HRP : Un peu court pour moi désolée mais vu que j'ai pas tout compris avec le femme au pot de fleur j'ai préféré ne pas trop développer pour pas faire de boulette ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 31 Aoû - 17:48

[ok bon ben je te donne le lien pour te rafraîchir la mémoire ^^ comme j'ai l'impression qu'on n'en parle pas beaucoup de cette histoire, il faut bien s'en occuper lol Bon, vu qu'on se revoit en cours juste après on va pas faire un truc trop marquant mais c'est histoire de faire débuter l'histoire, j'ai l'impression que personne ne s'en préoccupe ^^ http://x-men.actifforum.com/reglement-et-histoire-f1/nouvelle-histoire-t1737.htm ]

Deaglan et Azélyne montèrent donc dans le tramway et s'installèrent dans un coin. Azélyne posa donc son sac sur le sol et Deaglann n'eut plus besoin d'utiliser ses pouvoirs de télékinésie. Mais soudain, alors qu'ils n'étaient dans le tram que depuis quelques instants à peine, il se sentit ... mal. Pas fatigué, il ne l'était pas, mais comme un malaise en lui, il se mit à respirer plus fort en se demandant ce qui lui arrivait. Les voix des autres personnes, leurs pensées, qu'il entendait d'habitude distinctement et qui d'ailleurs le gênaient parfois, se firent plus basses, moins claire. Un peu inquiet, il se mit à vaciller et s'appuya contre la vitre du tramway pour garder son équilibre. Sa vision se mit à se troubler et des petits points noirs dansèrent devant lui, obscurcissant sa vue. Inquiet, il se tourna vers Azélyne et à travers le voile qui lui empêchait de voir clairement, il s'aperçut qu'elle aussi n'avait pas du tout l'air dans son assiette. Il tenta de sonder les autres passagers par télépathie, mais il ne sentait plus rien, c'était comme si on l'avait privé de ses pouvoirs. Il sentait qu'il était sur le point de s'évanouir lorsque le tramway marqua un arrêt et que des passagers descendirent. La femme et sa plante verte en pot sortirent elles aussi ... Deaglann, ne s'étant pas aperçu de qui était descendu, ne remarqua pas ce détail, et surtout pas dans son état, mais il sentit son état maladif se stabiliser. Il haletait, le visage empourpré, mais il ne tomba pas. Des passagers inquiets s'approchèrent de lui :

" - Tout va bien les enfants ? Demanda une voix d'homme, que Deaglann n'entr'apercevait qu'à moitié à travers sa vision troublée. Vous ne vous sentez pas bien ? "

" - Non, murmura le jeune mutant à voix basse, faiblement, j'ai besoin d'air ... vous pouvez ouvrir les fenêtres s'il vous plait ? "

Deaglann n'entendit pas la réponse de l'homme, mais il entendit que dans plusieurs claquements, on ouvrait les fenêtres du tramway pour aérer. S'approchant de la brise, il apprécia l'air frais et se sentit petit à petit mieux. Sans qu'il le sache, le peu de pollen de la plante qui s'était légèrement dispersé s'évacua par la fenêtre et les forces revinrent aux deux mutants. Malheureusement, la perte de contrôle de ses pouvoirs resta un moment, comme un effet secondaire. Il n'arrivait plus à gérer le flot de pensées qui l'entourait et des dizaines de pensées jaillirent en lui. Il ferma les yeux et se concentra. Il n'arrivait jamais à les repousser loin de lui, mais il connaissait un endroit ou aucune pensée ne pourrait l'atteindre : son esprit. Après des années de renfermements sur lui même, Deaglann s'était bâtit une forteresse derrière laquelle il pouvait se barricader pour se protéger des pensées des autres. Cela ne résolvait pas le problème mais il s'en débarrassait temporairement. Malheureusement, en se barricadant ainsi, il s'était bloqué à lui-même, mais il avait également bloqué sa télépathie. C'était vrai que c'était agréable ce silence, mais il se sentait démunie sans son pouvoir. Son autre pouvoir avait d'ailleurs décidé de faire des siennes, et celui là, il le contrôlait moins bien. Il n'avait pour l'instant jamais eut besoin de contrôler ce pouvoir, il lui répondait généralement assez bien, aussi il ne connaissait pas de technique pour le bloquer. Et son pouvoir, perturbé, mais heureusement affaiblit, fit écho à la crispation de Deaglann qui tentait de maîtriser ses pouvoirs. Une légère fissure craquela la vitre la plus proche sans que le jeune mutant ne s'en rende compte. Il ne contrôlait plus rien, mais heureusement ou malheureusement pour lui, ses pouvoirs étaient complètement affaiblit. Ouvrant à demi les yeux, et se souvenant qu'Azélyne était sûrement dans le même état que lui, il murmura son nom :

" - Azélyne ? Azélyne, tout va bien ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mer 1 Sep - 9:58

[HRP : Voilà posté comme promis Smile et puis j'ai essayé de faire un peu long du coup ^^ histoire que tu es de quoi lire avant que je me reconnecte cet aprèm Razz j'espère que ça va et que j'en ai pas fait trop :/]

Les deux jeunes mutants s'étaient installés dans un coin et Azélyne avait déposé son sac au sol pour que Deaglann ne s'épuise pas à la tâche et qu'il puisse lui aussi se reposer un peu pendant le trajet. Elle se demandait à quoi pouvait bien ressembler l'Institut, si c'était une sorte de manoir gigantesque, pleins de petites maisons côtes à côtes ou un simple bâtiment scolaire. Elle avait tellement hâte d'y être.
Le tramway avait démarré depuis seulement quelques minutes quand soudainement elle entendit Deaglann qui commençait à avoir du mal à respirer. Lorsqu'elle le vit vaciller pour s'appuyer contre la vitre du tramway Azélyne tendit un bras vers lui et voulut lui demander s'il allait bien mais aucun son ne sortit de sa bouche. Elle aussi avait maintenant du mal à respirer et commençait à sentir la fièvre monter. Un sifflement aigüe vrilla dans sa tête et le choc fut tel que la jeune fille s'écroula à terre, sur les genoux, les yeux fermés, la tête dans ses mains. Que pouvait-il bien lui arriver ? Ce n'est qu'une fois qu'elle ouvrit les yeux qu'elle comprit. Une sorte d'ectoplasme transparent c'était formé autour d'elle, Azélyne le savait son bouclier avait été déclenché par la soudaine douleur et elle commençait à perdre le contrôle.
Seul problème : ce bouclier elle le savait était invisible pour les humains (pas pour les mutants) et elle ne savait pas du tout comment il fonctionnait. Elle ne l'avait utilisé qu'une seule fois et contre son gré.
Elle était à l'époque en sortit scolaire dans une usine avec son frère ainé, et alors que des gars de sa classe commençaient à l'embêter son bouclier s'était activé tout seul. Sa colère mélangée à sa peur avait été dévastatrice … Les garçons qui n'avaient pas vu le bouclier s'était avancés d'un peu trop près et avait été projetés contre les murs en métal, seul son frère n'avait pas était touché et elle ne savait toujours pas pourquoi. Peut être parce qu'elle lui faisait confiance ou qu'elle n'avait pas peur de lui.
Une chose était sûr, ce jour là la jeune fille ne s'en souvenait que trop bien et elle n'avait nullement envie de le revivre. Elle n'avait pas envie d'imaginer ce que deviendrait les passagers du tramway des alentours vu dans quel état elle avait mis ses camarades la dernière fois : l'un deux avait faillit mourir … Et puis tout près d'elle il y avait aussi Deaglann. Si jamais elle lui faisait du mal elle ne se le pardonnerait jamais !
Toujours sur le sol et murmurant des petits « Non, non » elle s'assit, rapprocha ses genoux contre sa poitrine et lova ses mains sous son menton. Elle était brulante de fièvre, avait froid et sentait son corps parcourut de tremblements qu'elle jugeait trop voyant.
Le tramway marqua une pause et des passagers descendirent. Azélyne se sentit tout de suite mieux. Elle n'avait plus mal à la tête, la fièvre commençait à tomber. Elle avait toujours froid et ses mains tremblaient encore mais elle se dit que ce devait être la peur car son bouclier n'avait pas encore disparut. Elle entendit plusieurs voix :

- Tout va bien les enfants ? Dit un homme. Vous ne vous sentez pas bien ?
- Non, murmura Deaglann à voix basse, et faiblement, j'ai besoin d'air ... vous pouvez ouvrir les fenêtres s'il vous plait ?


Il avait dû s'exécuter car elle entendit des claquements. Elle entendit alors la voix de Deaglann,seule chose familière pour elle dans ce tramway, l'appeler et lui demander si elle allait bien. Elle se sentit apaisait et soulagée à la fois. Elle allait lui répondre quand une femme la remarqua par terre.

- Mademoiselle ça va ? Dit elle.

Elle tendait une main et allait là toucher. La jeune mutante totalement effrayée, non pas par la dame qui paraissait pour le moins sympathique mais plutôt sur ce qu'il pourrait se passer si elle venait à la toucher, recula rapidement en arrière les larmes commençant à lui monter au visage. Mais elle n'avait pas vu Deaglann en arrière et percuta ses jambes avec son dos. Elle se mordit la lèvre et quelques larmes tombèrent mais rien … Deaglann n'avait pas était projeté contre un mur et rien ne s'était produit. Mieux en regardant ses mains elle s'aperçut que son bouclier commençait à disparaître. Elle ne craignait plus rien et réussit à prendre la parole :

- Ça va aller maintenant merci madame, dit elle rapidement pour qu'elle la laisse tranquille. Oui je crois que ça va, je sais pas trop ce qui sais passé … Et toi ça va ? Je t'ai vu vaciller tout à l'heure, continua-t-elle maintenant debout à l'intention du jeune brun.


Dernière édition par Azélyne Breker le Mer 1 Sep - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mer 1 Sep - 12:01

[au fait, un tramway c'est pas un train =P Enfin ça ressemble à un wagon, mais c'est plutôt une sorte de bus sur rails ^^ ]

Après qu'il eut appelé Azélyne, il y eut un court moment de silence durant lequel il s'inquiéta en se demandant ce qui avait pu arriver à la jeune mutante, puis quelque chose heurta ses jambes, et il descendit son regard pour enfin trouver Azélyne. Quelque chose ne tournait pas rond, visiblement, eux deux seulement avaient subit cette crise aussi soudaine que violente. Est-ce que ce qui venait de se passer affectait uniquement les mutants ? Peut être qu'un autre mutant les avait attaqué, un mutant qui avait le pouvoir de provoquer ce genre d'état. Il se demandait vraiment ce qui se passait, et il y pensait encore lorsque Azélyne lui retourna sa question. Il ne regarda pas trop les gens autours de lui pour ne pas que cela fasse trop complot, mais il se pencha vers Azélyne et lui murmura :

" - Maintenant ça va mieux, mais on ne peut pas parler ici. Tu vois peut être de quoi je veux parler. "

Il se disait que la jeune fille ayant eut la même sorte de crise que lui, les effets avaient du être les mêmes. En tout cas, c'était clairement une histoire de mutant, ça Deaglann en était sûr. Si leurs pouvoirs de mutants étaient affectés, il n'y avait pas d'autre explication, surtout que les autres passagers, humains, n'avait rien subit. Deaglann se demandait si cela avait un rapport avec ce qui s'était passé l'année dernière, lorsqu'un jour, il s'était sentit d'un seul coup très mal, même cette fois là, la douleur qui lui avait vrillé la tête était tellement forte qu'il avait cru en mourir. D'ailleurs, lorsqu'il s'en était remit, et qu'après il s'était sentit mieux, toutes les autres personnes, les humains, s'étaient mis à se rouler par terre à leur tour. Il n'avait jamais compris ce qui s'était passé ce jour là, et il se demanda si cela avait un rapport avec la crise d'aujourd'hui. Mais pourtant, la douleur n'était pas la même, aujourd'hui ç'avait été juste une sorte de grand malaise, pas une douleur, et surtout, l'année dernière, il n'avait pas eut cette perte de pouvoir puis ce manque de contrôle. Il avait envie d'en parler avec Azélyne, mais la jeune fille n'en saurait pas plus que lui, et elle avait eut une journée assez éprouvante comme cela. Finalement, il tenterait de la ménager, et dès qu'il aurait l'occasion de parler à un x-men (les deux seuls qu'il connaissait étaient seulement Iceberg et Cyclope), il leur demanderait des informations. Ils étaient peut être au courant eux, après tout, les x-men étaient les plus au informés de tout ce qui arrivait au monde mutant.
La tramway continuait d'avancer et bientôt leur arrêt arriverait et ils devraient descendre. A présent il ne restait plus grand monde et Deaglann se dit qu'il pouvait parler avec Azélyne tant qu'il ne prononçait pas le mot "mutant".


" - Bon, on arrive bientôt, tu te sens comment à l'idée d'intégrer l'Institut ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mer 1 Sep - 22:51

[HRP : Oups j'avais mis train désolée petite erreur de ma part XD j'ai corrigé et je sais ce qu'est un tramway Deaglann x) y'en a pas vers chez moi mais à Lyon si Razz et puis j'ai corrigé toutes mes fautes ! Punaise mais c'est que j'en ai fait plein ce matin ! ><" écrire à 7H40 du matin ça me réussit vraiment pas ^^' il doit en rester encore mais j'ai enlevé le plus gros je crois. ]

Deaglann se pencha vers elle et pour lui murmurer quelque chose :

- Maintenant ça va mieux, mais on ne peut pas parler ici. Tu vois peut être de quoi je veux parler.

Elle voyait tout à fait pourquoi ils ne pouvaient en parler ici, beaucoup trop de monde associé à un sujet plus que tabou, ça risquait de mal tourner. En tout cas ils avaient l'air d'aller bien tout les deux c'était le principal. Cependant Azélyne se posait plein de questions. Leurs « malaise » avaient l'air d'être comme isolés, comme si quelque chose les avaient affectés mais uniquement eux. Pourquoi les autres passagers du tramway n'avaient-ils rien ressenties ? Et si ce quelque chose était néfaste seulement pour les mutants ? Après tout c'était tout à fait plausible bien que ce soit étrange …
En y repensant elle ne voyait vraiment que cette explication. Elle n'avait jamais eu aussi mal avant, bien sûr elle avait été malade ça lui arrivait même souvent d'être enrhumée ou un peu fiévreuse mais ça ne lui venait jamais comme ça d'un seul coup et puis ça n'avait jamais et heureusement pour elle provoqué une telle perte de contrôle aussi bien sur elle même que sur ses pouvoirs. En faisait bien voltiger quelque petits objets en toussant ou éternuant mais ça n'avait rien de dangereux. Or là elle avait presque frôlé la catastrophe … Enfin elle en reparlerait peu être avec Deaglann plus tard.
Un silence s'était installé depuis quelques minutes quand le jeune brun lui adressa de nouveau la parole :

- Bon, on arrive bientôt, tu te sens comment à l'idée d'intégrer l'Institut ?

Comment elle se sentait ? C'était une bonne question. Elle était excitée certes mais elle avait quelques appréhensions tout de même. Est-ce qu'elle allait réussir à s'intégrer ? Serait-elle acceptée ? Le « directeur » n'allait-il pas s'opposer à son arrivée ? Après tout Deaglann l'avait pris sous son « aile » mais peut être que ce serait mal vu arrivés là-bas … Pleins d'autres question auxquelles elle n'avait pas de réponses se bousculaient dans sa tête. Nerveuse elle ne pouvait s'empêcher de se tortiller les doigts mais décida de ne plus s'en faire pour tout ça. Elle verrait bien une fois sur place.

- Bah, excitée mais un peu nerveuse quand même, répondit-elle en souriant, mais bon je pense que tout va bien se passer, enfin j'espère … Mais qu'est ce qu'on fera une fois sur place ? Personne ne sait que je viens et puis je connais personne. Je vais devoir passer un examen ou un truc de ce genre ? Et si jamais ils ne veulent pas que je restent ?

Loupé. C'était plus fort qu'elle, elles avaient peur de se retrouver seule, encore.

- Désolée je crois qu'en fait je suis un peu plus nerveuse que ce que je ne pensais … Avoua-t-elle finalement. C'est nouveau pour moi va falloir que je m'y habitue.

Elle esquissa un sourire timide. Le tramway commençait de nouveau à ralentir. Un nouvel arrêt se rapprochait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Jeu 2 Sep - 17:17

Deaglann acquiesça en écoutant la réponse de la jeune fille, qui était plutôt logique. Après tout, il semblait normal de se ne pas se faire d'illusions, Azélyne craignait encore qu'on lui annonce qu'elle ne pouvait pas rejoindre l'Institut, mais de toute façon, Deaglann ne pensait pas qu'il faille passer un test, il n'en avait pas passé, et lorsqu'il avait rencontré Iceberg, il avait juste comprit que cet endroit était un abri pour les mutants prêts à faire des efforts pour s'en sortir et devenir des mutants "modèles". Ils étaient libres, ils pouvaient toujours retourner chez eux ou errer dans le monde, mais peu d'entre eux regrettaient d'avoir rejoint l'établissement du professeur Charles Xavier.

" - Désolée je crois qu'en fait je suis un peu plus nerveuse que ce que je ne pensais … C'est nouveau pour moi va falloir que je m'y habitue. "

Le tramway ralentit et ils en descendirent tous les deux, en emportant le sac d'Azélyne que Deaglann l'aida à sortir. A présent il leur suffisait de marcher un peu moins de cinq minutes pour se diriger vers les grandes grilles noires de l'Institut. Enfin seuls, Deaglann pu rassurer la jeune mutante qui l'accompagnait :


" - Tu sais, commença-t-il, c'est normal que tu sois nerveuse, mais ne t'inquiètes pas tu t'habitueras. Et il n'y a pas d'examen à passer, ajouta-t-il en souriant, à part si tu veux rejoindre l'équipe des x-men et risquer ta vie pour protéger les humains ingrats des autres mutants. Mais tu ne seras pas jugée, tu seras simplement acceptée. Tu pourras t'installer, et tu n'auras même pas l'impression qu'il y a des adultes ici. Je pense qu'on est bien encadrés, mais la plupart d'entre nous sommes autonomes, on nous fait plutôt confiance je trouve, je n'ai jamais rencontré le directeur de l'Institut, je ne l'ai même jamais aperçu."

Deaglann se tu un instant, comme s'il réfléchissait, puis il ajouta d'un ton neutre, ne sachant pas si ce qu'il allait dire à Azélyne allait l'inquiéter ou la rassurer :

" - A vrai dire, je n'ai jamais vu de profs, de surveillants ou une quelconque autorité ici, on ne se sent pas vraiment contraint. Et il n'y a pas d'interdiction par rapport aux pouvoirs, tu peux les utiliser comme bon te semble tant que ça ne gêne personne. A force ça devient une habitude. "

Le jeune télépathe trouvait qu'il parlait trop, mais voulant rassurer Azélyne, il continua à bavarder, telle une vraie pipelette.

" - Avant, quand j'habitais chez ma tante, je n'utilisais jamais mes pouvoirs devant elle, elle ne sait pas que je suis un mutant. J'utilisai parfois ma tk, enfin la télékinésie mais la plupart des mutants abrègent, il y a beaucoup de télékinésites, alors on s'économise, et puis comme ça on peut en parler en public sans que les autres ne comprennent. Enfin voilà, quand j'utilisai la tk, c'était juste quand j'étais seul dans ma chambre et j'avais du mal. Mais tu vas voir, sans même trop s'en rendre compte, on a beaucoup plus d'aisance à l'Institut avec nos pouvoirs, ça devient plus naturel, et on est surtout moins angoissés, on ne regarde pas partout avant de se demander si on peux faire quelque chose avec nos pouvoirs. Et comme nos émotions influent beaucoup sur le contrôle qu'on a de nos pouvoirs, en étant plus détendu, c'est plus naturel. "

Deaglann se tu enfin, marquant sa dernière phrase d'un ton enjoué, comme s'il concluait un long discours et fit mine de reprendre son souffle, haletant.

" - Alors, demanda-t-il avec ironie, tu es rassurée maintenant ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Jeu 2 Sep - 22:46

Ils étaient descendus du tramway et à présent ils marchaient tranquillement en direction de l'Institut. Elle admirait le paysage autour d'eux quand Deaglann pris la parole :

- Tu sais, commença-t-il, c'est normal que tu sois nerveuse, mais ne t'inquiètes pas tu t'habitueras. Et il n'y a pas d'examen à passer, ajouta-t-il en souriant, à part si tu veux rejoindre l'équipe des x-men et risquer ta vie pour protéger les humains ingrats des autres mutants. Mais tu ne seras pas jugée, tu seras simplement acceptée. Tu pourras t'installer, et tu n'auras même pas l'impression qu'il y a des adultes ici. Je pense qu'on est bien encadrés, mais la plupart d'entre nous sommes autonomes, on nous fait plutôt confiance je trouve, je n'ai jamais rencontré le directeur de l'Institut, je ne l'ai même jamais aperçu.

Azélyne sourit. Ne pas devoir passer d'examen la rassura, vu les difficultés qu'elle avait avec ses dons ça aurait été un vrai désastre. Le jeune homme parlait des x-mens, et même de peut être les rejoindre un jour. Ce serait une bonne chose selon elle, mais plus tard et si elle s'en sentait capable car après tout c'était quand même une lourde responsabilité. De plus il fallait être entrainé et maitriser ses dons un minimum.
Tout ce que Deaglann lui disait l'intéressait beaucoup et plus il lui parlait de l'institut plus elle avait envie d'y être. Cet endroit avait l'air génial !
Être autonome ? Aucun problème pour elle, elle savait tout à fait se prendre en main et s'occuper de ses affaires, enfin tant que Gérode n'était pas dans le coin évidemment … En y repensant elle se rendit compte que Deaglann ne l'avait vu que sous son « mauvais » jour et ça l'embêter un peu tout de même. Elle espérait sincèrement pouvoir lui prouver qu'elle avait du caractère et qu'elle savait se défendre. Elle détestait passer pour une fille dépendante et fragile …
Deaglann la sortit de ses pensées quand il repris :

- A vrai dire, je n'ai jamais vu de profs, de surveillants ou une quelconque autorité ici, on ne se sent pas vraiment contraint. Et il n'y a pas d'interdiction par rapport aux pouvoirs, tu peux les utiliser comme bon te semble tant que ça ne gêne personne. A force ça devient une habitude.

Alors ça ! Ça elle allait adorer ! Elle était toujours obligée de faire attention quand elle les utiliser et le stress de se faire prendre lui faisait généralement rater ce qu'elle souhaitait faire.
Deaglann parlait encore. On aurait dit une vraie fille qui discuter avec une de ses amies en parlant chiffons ou garçons. L'image de lui en fille s'imposa et elle rigola intérieurement.

*Deaglann en fille nan mais franchement je déraille là ! Trop mignon, en fille se serait vraiment du gâchis ! Pensa-t-elle*

Elle arrivait à rigoler de choses futiles. C'était bon signe, elle se comportait comme ça quand elle était en confiance et qu'elle se sentait sereine. Ce n'était pas du tout méchant bien au contraire. Et puis c'était gentil de sa part d'essayer de la rassurer.
Deaglann évoqua son passé avec sa grand mère et quand il était plus inexpérimenté. Azélyne avait l'impression qu'il lui disait quelque chose d'important pour lui, il lui confiait en quelque sorte un peu de lui et Azélyne en était consciente, elle arriverait peut être elle aussi à se confier à lui quand il se connaitraient mieux …
Il avait finit son petit discours l'air tout enjoué.

- Alors, demanda-t-il avec ironie, tu es rassurée maintenant ?

- Et bien je dois dire qu'avec toi on ne peut que l'être, plaisanta-t-elle. Un vrai discours d'agent immobilier avec une petite touche d'homme politicien. Je suis sûr qu'ils te donnent un pourcentage pour chaque nouvel élève que tu amène ! Ajouta-t-elle en rigolant.

Lorsqu'elle retourna son attention sur le chemin elle aperçu une sorte de manoir, gigantesque avec ce qui semblait être un grand parc tout autour. C'était vraiment magnifique ! Elle n'avait jamais vu une baraque aussi grande et aussi belle.

- Je sais que ce que je vais dire n'est pas très intelligent mais je vais le dire quand même … Wouaaaaaaaah ! S'exclama-t-elle. C'est ici l'Institut ? Non de non mais ça paraît immense, ajouta-t-elle en voyant la plaque gravée juste à côté d'un grand portail de fer. «  École pour surdoués, de Charles Xavier ». Et bah dis donc, ça doit être la belle vie là dedans …

Azélyne était ébahie. Elle n'avait qu'une envie rentrée dans l'enceinte de l'établissement et découvrir tout ce qu'elle renfermait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 25
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Ven 3 Sep - 1:26

Deaglann fut plutôt content en voyant qu'Azélyne était complètement décontractée et enthousiaste à présent, il espérait que c'était grâce à lui et qu'il avait réussis à la rassurer. D'ailleurs, lorsqu'ils arrivèrent devant la grille d'entrée, et qu'Azélyne aperçu l'Institut, le parc qui l'entourait et tout le reste, elle ne se retint pas pour exprimer sa surprise, époustouflée. Deaglann, pendant que la jeune fille lisait l'inscription dorée à côté des grilles, en profita pour voir ou en étaient ses pouvoirs. Il s'était toujours fermé aux pensées des autres, mais ils se dit qu'à présent, même s'il n'arrivait plus à gérer le flot de pensées, n'étant en compagnie que d'Azélyne seulement, ce ne serait pas trop dérangeant. Sa télékinésie semblait elle aussi affectée, il n'avait pas perdu sa concentration, ça non vu que cela ne faisait de ses pouvoirs, et grâce à cela, il retrouvait petit à petit, mais difficilement, la maîtrise de son don en essayant de soupeser une partie du poids du sac d'Azélyne. Mais, même s'il gardait son adresse, il sentait très bien qu'il était diminué, il avait plus de mal à porter quelque chose de lourd et cela l'inquiétait. Même s'il gardait son sourire pour faire bonne figure, il était tracassé à l'idée que l'effet soit permanent. Il savait très bien, il en était sûr, que quelque chose c'était passé et qu'à cause de cette "cause" inconnue, ses pouvoirs avaient été affectés, mais cela durerait-il ? Il préférait rester optimiste et se dire que le problème se résoudrait de lui-même, qu'il récupérait petit à petit et qu'il finirait par reprendre la totalité de ses pouvoirs, mais il espérait qu'il ne connaîtrait plus ce genre de crise. Il fallait vraiment qu'il parle à un x-men ou un professeur, et cela même malgré sa réticence à parler aux autres de choses qui le concernait, et encore moins quand c'était pour demander de l'aide en quelque sorte. Enfin, il aurait tout le temps de se préoccuper de ce genre de chose, pour l'instant il ne lui restait plus qu'à entrer avec Azélyne, il lui montrerait le hall, puis les chambres, et puis enfin il irait retrouver la sienne pour faire un peu le point et "réveiller" ses pouvoirs amorphes.

" - Azélyne ? Fit-il en composant le code pour ouvrir les grilles (je suppose quy'en a un, et si les admins sont pas d'accord et bé j'éditerai =P ), On entre ? Tu verras, tu t'habitueras vite à tout ça, même si c'est vrai que c'est très impressionnant. L'allée est un peu longue, commenta-t-il en s'engageant à l'intérieur alors que les grilles s'ouvraient doucement, mais après on arrivera dans le hall, tu peux apercevoir la porte un peu d'ici, et puis je t'amènerai directement aux chambres après ou tu pourras t'installer, tu en trouveras sûrement une de libre. Après, je suis désolé mais je crois que je vais te laisser, il faut que je me repose un peu, mais on se reverra, ça c'est sûr et certain. "

Les deux mutants marchèrent ainsi le long de l'allée jusqu'au hall, et Deaglann montra ensuite une chambre libre à Azélyne, avant de lui indiquer où était la sienne si jamais elle avait besoin de quelque chose. Il la salua avec un sourire, puis s'empressa d'aller dans sa chambre, ou il perdit enfin toute expression pour décompresser en s'étendant sur son lit, légèrement éprouvé par sa journée.

[HRP : pour ma part j'ai plus rien à rajouter, si tu veux conclure ce rp, je t'en pris va y ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   Mar 7 Sep - 0:29

Deaglann avait l'air d'aller mieux. Il supporter un peu le poids de son sac mais il avait apparemment un peu plus de mal que tout à l'heure selon la jeune fille. Elle espérait que ce n'était pas trop grave et qu'il se remettrait de son « malaise ». Elle aussi était un peu fatiguée, elle avait la désagréable impression de sentir un champs de force encore présent autour d'elle et elle n'aimait pas ça. Mais elle se dit qu'après un peu de repos cela devrait passer.

- Azélyne ? Fit-il en composant le code pour ouvrir les grilles, On entre ? Tu verras, tu t'habitueras vite à tout ça, même si c'est vrai que c'est très impressionnant. L'allée est un peu longue, commenta-t-il en s'engageant à l'intérieur alors que les grilles s'ouvraient doucement, mais après on arrivera dans le hall, tu peux apercevoir la porte un peu d'ici, et puis je t'amènerai directement aux chambres après ou tu pourras t'installer, tu en trouveras sûrement une de libre. Après, je suis désolé mais je crois que je vais te laisser, il faut que je me repose un peu, mais on se reverra, ça c'est sûr et certain.

- Je te suis alors, répondit-elle simplement. Et merci pour tout, j'espère aussi que l'on se reverra et que l'on pourra discuter pour faire plus ample connaissance. Repose toi bien en tout cas, moi aussi je suis un peu fatiguée je vais aller dormir je pense. Cette journée n'aura pas était de tout repos, ajouta-t-elle en lui faisant un clin d'œil.

Elle le suivit tranquillement, émerveillée par l'immensité du parc et du bâtiment devant elle. Enfin arrivés au bout de l'allée ils rentrèrent dans le hall et Deaglann l'amena à l'étage pour lui montrer une chambre libre qui serait dorénavant sa chambre - notion un peu étrange dans la tête de la jeune mutante qui n'avait plus eu de chambre pour elle depuis bien longtemps - ainsi que là sienne au cas où elle serait en difficultés.
Avant de partir il la salua d'un sourire, ce qu'elle lui rendit avec un petit signe de la main puis elle entra dans sa chambre. Un espace tranquille et rangé, composé d'un lit, d'un bureau et d'une armoire, tout ce qu'il y avait de plus basique. C'était parfait.
Épuisée, la jeune télékinésiste s'allongea sur son lit pour se reposer. Voyant qu'elle avait oublié de fermer la porte elle baissa machinalement le regard sur sa main. Après réflexions elle se décida enfin. D'un geste de la main elle utilisa sa « TK » et ferma sa porte de chambre. Face à sa réussite du jour elle sourit, contente d'elle même. Deaglann avait raison : ne plus se préoccuper de savoir si l'on pouvait utiliser ses pouvoirs et les utiliser à son bon vouloir était plaisant. Utiliser ses pouvoirs aller être une habitude elle le savait et elle s'en réjouissait d'avance.
Complètement vide d'énergie, Azélyne s'endormit sur son lit …

[RP bouclé Wink encore désolée du retard mais la terminale est déjà en train de me rendre folle x) En tout cas ravie d'avoir RP avec toi cher Deaglann Smile au plaisir de te revoir ailleurs (en dehors des cours évidemment ^^) Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chassés, croisées [Avec Deaglann]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chassés, croisées [Avec Deaglann]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plaque d'identité Infanterie fusil croisés - non réglementaire
» Cherche un welsh croisé arabe avec des parents disparus.
» Chassés-croisés du mois d'Août
» Filet avec muserolle croisée le retour xD.
» Chassé croisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: Hors Jeu :: Topics finis :: Ville-
Sauter vers: