X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tremblement de terre [Groupe 3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mar 3 Juil - 1:59

Macha était géomorphe. Elle l'avait senti bien avant que le sol ne se mette à trembler. C'était difficile à expliquer concrètement, mais elle avait eu comme une espèce de pressentiment déjà deux ou trois heures auparavant, comme si ses pieds captaient déjà les vibrations qui émanaient des profondeurs terrestres. Une nervosité sourde qui lui avait serré le ventre toute la matinée.
Elle avait eu un type à voir dans un bar mal famé dans Hell's Kitchen assez tard dans la nuit, puis elle avait fait un crochet par le Bronx, ce qui avait fait qu'elle n'était pas repassée par la Confrérie depuis la veille au soir. Elle connaissait deux-trois piaules dans le coin, ce n'était pas un problème pour elle. La jeune femme était débrouillarde, ce n'était pas le genre de personne qui était facilement prise au dépourvu par un imprévu ou une situation dangereuse. Et ce matin-là, en revenant sur Manhattan, elle avait su qu'il se passerait quelque chose, elle le
sentait au plus profond d'elle-même. Elle était suffisamment à l'aise avec son pouvoir pour pouvoir pressentir l'arrivée d'un tremblement de terre "naturel", après tout elle pouvait sentir le mouvement des plaques tectoniques qui étaient à l'origine de ces tremblements.

Ce samedi-là, elle avait encore deux ou trois petites choses à faire avant de retourner enfin aux locaux de la Confrérie. Enfin on lui donnait des choses concrètes à faire, elle sentait tellement plus utile même si ces missions prises isolément les unes des autres paraissaient assez... simples, insignifiantes. Mais elle savait que chaque personne qu'elle allait voir, chaque renseignement ou objet qu'elle allait récupérer ou voler serviraient à quelque chose à un moment ou à un autre. Enfin elle respirait à nouveau. Pourtant, elle était nerveuse lorsqu'elle remontait sur Manhattan et tentait de ressentir à quel moment cela allait exploser. Elle marchait sans trop regarder où elle allait, les yeux rivés sur le sol, zigzaguant entre les passants sans se soucier de ceux qu'elle pouvait bousculer. C'était bien la première fois qu'elle éprouvait une chose pareille depuis qu'elle avait son pouvoir. Généralement, lorsqu'elle ressentait les vibrations du sol, c'était quand elle se concentrait et surtout quand la terre était calme. Là, elle n'usait même pas de son pouvoir, c'était lui qui lui indiquait de lui-même ce qui se passait là dessous. Elle ne faisait attention à rien d'autre autour d'elle, une espèce de bourdonnement sourd lui prenant la tête et embrouillant ses sens. Seul son pouvoir la rattachait au sol, au monde physique.

Brusquement, elle s'immobilisa au milieu de la rue bondée et se maintint à une barrière qui était à portée de main. Plus loin, de l'autre côté de la rue se dressait un immense building vitré flambant neuf, dont la construction avait pris un bout de temps. C'était pour maintenant, elle n'en doutait pas. Et voilà que les secousses ébranlèrent la ville, doucement d'abord, puis plus fort. Ce n'était pas un séisme de grande amplitude, mais suffisamment pour effrayer un peu. Les buildings et leur architecture étaient bien étudiés pour tenir debout dans ce genre de situations, mais manifestement ce ne fut pas le cas de ce nouveau building de verre. Avec horreur, elle le vit s'effondrer sur ses structures et s'écrouler en plein sur la rue dans une explosion de verre, de poussière et de béton assourdissante. Elle était suffisamment loin pour ne pas être prise sous les gravats. C'était la panique totale. Les secousses n'avaient duré qu'une quinzaine de secondes, mais des centaines de personnes couraient dans tous les sens en hurlant, une épaisse fumée de poussière s'élevant de la carcasse de l'immeuble dont Macha ne pouvait détacher les yeux. Le choc passé et se sentant beaucoup mieux, comme après avoir vomi lorsqu'on avait un terrible haut-le-cœur, son esprit de Confrériste reprit le dessus.

Il y avait quoi dans cet immeuble ? Une grande surface au rez-de-chaussée et des bureaux installés sur les étages supérieurs. C'était bien ce qu'il lui semblait, et qui disait bureaux, disait matériel informatique qu'on pouvait revendre au black, la Confrérie ne cracherait pas sur l'argent, qu'il soit obtenue légalement ou non. Sans aucun scrupule et une pensée éphémère pour les potentielles victimes alors qu'elle était plus qu'en mesure de leur venir en aide vu la nature de son pouvoir, elle se dirigea d'un pas ferme mais rapide vers les ruines, prenant garde de ne pas se faire repérer. Elle était tout de même connue des X-Men, et, les connaissant, elle ne doutait pas qu'ils pouvaient se mettre dans la tête qu'elle pouvait y être pour quelque chose dans ce tremblement de terre. Alors qu'elle n'y était strictement pour rien, Juré. Elle se faufila par l'une des entrées principales complètement détruites. L'épais nuage de poussière ne s'était pas encore dissipé, ce qui la dissimula facilement à la vue de quelques employés qui cherchaient la sortie à tâtons, apeurés. La jeune femme usait de son don pour déplacer béton et plâtre pour se dégager un passage, bien qu'elle ne soit pas encore très à l'aise avec ces matières dérivées de la terre. Elles étaient déjà travaillées, modifiées et cela rendait son influence sur elles plus complexe, moins aisée. Elle parvint au premier étage, encore debout. Tendant les mains devant elle, elle dissipa légèrement le nuage de poussière, qui retomba au sol. Elle était entièrement seule, mais n'était pas effrayée pour autant. L'esprit d'initiative, ça avait du bon. Ainsi que l'opportunisme. Après tout, pourquoi ne pas en profiter ? Du matos flambant neuf, c'était difficile d'y résister...


- Bien, alors qu'est-ce qu'on a là ?

Mmh, elle ferait sans doute mieux de lancer un coup de fil à Kath, ça l’intéresserait sans doute... Et au loin, troublant le silence d'outre-tombe qui régnait dans ces ruines, arrivèrent les premières sirènes des ambulances et des pompiers.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.




Dernière édition par Macha O'Toole le Mar 3 Juil - 21:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Connors
Commissaire
avatar

Nombre de messages : 96
Localisation : Là où l'on a besoin de moi
Pouvoirs : aucun
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mar 3 Juil - 11:19

Ce samedi là était de permanence pour James. N'ayant pas de famille, pour lui jour de semaine ou de weekend, c'était du pareil au même. Il échangeait volontiers son tour avec des collègues qui, eux, avaient besoin de leur samedi pour un mariage ou tout autre raison personnelle. Et c'était le cas ce jour-là. Il n'aurait pas dû être là, mais il s'en fichait. Il avait son métier dans la peau, comme s'il était né pour faire regner l'ordre et protéger ses concitoyens, et il était aussi bien là que devant sa télévision. D'ailleurs, la journée était calme, pour le moment. Mais le commissaire ne s'y fiait pas. Il faisait chaud dehors, tout le monde était de sortie, les jeunes comme les plus âgés, les hauts quartiers et les plus modestes se mélangeaient en cette belle journée. James savait qu'il pouvait y avoir des bagares, des esprits chauffés par le soleil et l'alcool, et il se tenait prêt. Mais jamais, jamais il n'aurait pensé à ce qui allait vivre ce jour-là ! Si on le lui avait dit, il ne l'aurait même pas cru.

C'était donc l'après-midi, le ventilateur tournait paresseusement sur son bureau et James Connors en profitait pour terminer de la paperasse en retard (un des aspects de son métier qu'il n'aimait pas du tout, par contre), lorsqu'il sentit la terre trembler. Par reflexe, et parce que c'est ce qu'on apprend depuis tout petit à l'école, il se glissa sous son bureau, et attendit, calmement. Soudain, alors que tout semblait terminé, il entendit un alarme retentir. Celle de la caserne de pompiers la plus proche. Aussitôt, dans un reflexe, il leva la tête et écouta, le coeur battant. Ca ne s'arrêtait pas, c'était grave ! Très grave ! Au même moment, la sonnerie de son téléphone se déclencha, le faisant sursauter. Il se jeta sur l'appareil plutôt qu'il ne décrocha, et écouta avec horreur les informations que son correspondant lui donnait. Un immeuble récent, tout juste terminé, venait de s'écrouler en plein New-York ! Impensable ! Les immeubles modernes étaient construits selon les normes en vigueur ! On ne savait pas encore s'il y avait dres victimes. Mais James savait que cet immeuble renfermait au rez-de chaussée une grande surface. Il y avait forcément du monde à cette heure-là ! Glacé de peur, le commissaire enclencha le plan secours qui rappelerait automatiquement sur leurs portables des collègues en congé, et enregistra l'annonce à leur intention. Precis, calme, clea ne servait à rien de paniquer. Ceux qui étaient encore dans la ville viendraient en renfort.

Ensuite il vérifia son arme, la glissa dans son holster et partit en direction du centre-ville, s'efforçant de respirer calmement. A l'approche du lieu de sinistre, il dû utiliser la sirène pour s'approcher au maximum au milieu des gens qui hurlaient et courraient. Enfin, il pû s'arrêter à quelques mètres et voir.


-" Bordel de merde " ne put-il s'empêcher de siffler entre ses dents.

Des camions de pompiers étaient déjà là, s'organisant. Et deux voitures de Police, celles qui étaient en ronde à ce moment-là. Il s'approcha des policiers et leur donna ses ordres. Dans un premier temps, tendre le cordon jaune et noir pour empêcher les curieux d'entrer. Les curieus et les autres, d'ailleurs. Puis il entra lui-même, éspérant pouvoir aider. Etrangement, le rez-dechaussée et le premier étage avaient l'air de tenir debout, mais ils étaient difficiles d'accès à cause des gravas et morceaux de verre qui s'étaient écroulés tout autour. Il souffla. Il devait y avoir des gens à sauver, là-dessous. En s'approchant, James s'apperçu qu'une espèce de chemin avait été traçé au mileur du chaos. Cela ne semblait pas bien stable, mais il pouvait avancer plus profond. Il le suivit donc, et écouta le silence de mort, avec au loin les sirènes. Il espérait entrendre un cri, un râle...

Il lui sembla entendre quelque chose, et commeça à retirer des énormes blocs. James s'apperçut qu'il s'était aventuré trop loin. Personne ne pouvait l'entendre, et son portable ne passait pas. Il était seul. Enfin presque, plus loin il vit quelqu'un bouger. Certainement celui qui avait fait ce chemin, un pompier arrivé le premier, sans aucun doute.


-" Hey, venez m'aider, je crois qu'il y a quelqu'un ici. Ho ! Je suis là, venez, vite ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azélyne Breker

avatar

Nombre de messages : 324
Age : 24
Pouvoirs : Télékinésie et bouclier d'énergie (= champ de force).
Date d'inscription : 12/07/2010

MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mer 18 Juil - 22:06

C'était une belle journée, un beau samedi ensoleillé comme Azélyne les aimait. Heureusement pour elle, quelques jours plus tôt, elle avait eu l'idée de demander une autorisation de sortie. Elle était majeur et pouvait donc en théorie sortir à sa guise mais la jeune française préférait tout de même avoir un avis
favorable des responsables de l’Institut avant de s’aventurer hors des murs de l'école. Et puis au moins quelques personnes savaient où elle se trouvait au cas où. Ce "au cas où" justement allait ce jour là devenir réalité ...

Jamais Azélyne n'aurait ne serais-ce qu'imaginer ce qui allait se produire. Elle marchait tranquillement dans les rues de New-York, découvrant une culture assez différente de la sienne mais non moins agréable, quand elle décida d'aller faire un peu de lèche vitrine comme les jeunes filles de son âge. Elle pris alors la direction d'un grand building qui était constitué d'une grande surface et d'une galerie marchande au rez-de chaussée. En dépassant les portes électriques elle reçue une fine brise fraiche sur le visage due à la climatisation et entra dans une boutiques de bijoux. Azélyne n'était pas une fille particulièrement coquète mais elle affectionnait tout particulièrement les bracelets et autres colliers.

Se délectant de ce moment de liberté et de bien être son esprit vagua à ses souvenirs les plus heureux, se souciant de ne pas rappeler les périodes noirs de son enfance. Son regard passant devant un petit bracelet pouvant recueillir des breloques, la jeune fille reprit ses esprit. Il n'était pas très cher et demanda gentiment
à une vendeuse si elle pouvait l'essayer. Ni une ni deux le fin bijoux argenté se retrouva sur son poignet, sa longueur épousant parfaitement le tour de poignet d'Azélyne. Décidant de se faire plaisir avec le peu d'argent qu'elle avait elle passa en caisse afin d'acheter le précieux bijoux avant de sortir de la boutique et de se diriger vers un autre magasin une petite boutique de souvenirs plutôt chaleureuse.

La vendeuse aillant l'air d'être occupée dans l'arrière boutique Azélyne fit doucement le tour de la boutique. Elle recommençait doucement à papillonner lorsqu'un léger tremblement la parcourue. Quelque chose n'allait pas elle le sentait. Un rapide coup d’œil de droite à gauche contredisait pourtant son pressentiment. Azélyne n'était pas rassurée mais elle mit ses angoisse sur le compte de la fatigue. Ces derniers temps elle ne dormait pas beaucoup et elle avait tendance à ne plus contrôler ses émotions. Son pouvoir lui en pâtissait évidemment ...
Manquant un peu d'air elle s'avança vers la sortie, retourner dans la rue lui ferait peut-être du bien. Elle s'imaginait déjà se reposer dans un petit parc, la nature toute proche, des arbres et de la verdure.
Comme au parc de l'Institut !

Malheureusement aujourd'hui elle ne pourrait pas rejoindre ce coin de paradis. A quelques mètres de la sortie de la boutique de souvenirs, le sol se mit à trembler. Doucement d'abord puis un violent tremblement suivit. Serrant les poings la jeune française eu le temps de se cacher le visage avec ses bras, tombant à terre de tout son poids. Elle activa son pouvoir afin de se protéger mais le bâtiment s'effondra sur elle. Le choc fut si violent qu'elle fut plaquée au sol avec une telle force qu'Azélyne perdit connaissance.

Des bruits de pas. Une sirène retentissant au loin. Une atmosphère étouffante. De la poussière. Une sensation de compression ...

Azélyne réalisa ce qui venait de se passer. Un énorme tremblement de terre avait produit l’effondrement du bâtiment, et elle était maintenant coincée sous les décombres. Prises de panique la jeune fille essaya de bouger et de se dégager des gravas. Malheureusement elle n'avait même pas la force de soulever son bras, coincé lui aussi. Totalement accablée mais en même temps très contrariée de ne pas pouvoir s'en sortir seule, encore une fois Azélyne tenta le tout pour le tout. Elle activa son pouvoir avec les dernières forces qu'il lui restaient. Poussant un cri de douleur elle réussit à bouger une pierre et sortit sa main de sous les décombres.

"S'il vous plait, aidez-moi ! Sortez moi d'ici, je n'y arrive pas, s'il vous plait ..." tenta-t-elle, le tout pour le tout.

Sa voix s'atténuait petit à petit. Après tout qui pouvait l'entendre ? Elle était presque aux deuxième étage du bâtiment et personne n'avait pu selon elle parvenir jusqu'ici. Même les secours ...
Des larmes coulèrent sur ses joues, se mélangeant avec la poussières environnante. Il fallait qu'elle sorte de là, elle ne voulait pas que cela se termine comme ça, pas maintenant qu'elle avait un chez soi, qu'elle n'était plus sous la
poigne de Gérode et qu'elle s'était des "amis" à l'Institut !

[HRP : Vraiment, mais alors vraiment désolée pour ce retard ... J'espère que ce que j'ai mis vous ira Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isobel Walker

avatar

Nombre de messages : 139
Age : 25
Pouvoirs : Géomorphe capable de contrôler les phénomènes sismiques afin de créer des tremblements de terre localisés, de mouvoir la roche selon sa volonté et de la restructurer, pouvant ainsi la transformer en diamant.
Date d'inscription : 08/12/2009

MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mar 14 Aoû - 21:45

En ce samedi après-midi Isobel se sentait dépaysée, ici tout était différent, très différent de son Alaska natal qui lui manquait tant. À cette époque de l'année et dans son village ses pieds se seraient rapidement enfoncés dans la neige fraîchement tombée mais là si ses pieds devaient s'enfoncer quelque part ça serait bel et bien dans le bitume New-Yorkais.

New-York et ses immeubles de luxe, de gigantesques building composés de verre et d'acier, voilà le paysage qui se dressait sous les yeux de la jeune femme depuis plusieurs heures installée derrière la vitrine d'un petit pub irlandais. Un paysage bien différent des sapins majestueux, des immenses montagnes et des campagnes enneigées de sa tendre enfance.

Comme beaucoup d'élèves du manoir elle avait profité de ce week-end ensoleillé pour s'évader dans les rues de la « Big Apple » et arpenté de nombreuses petites boutiques afin d'y déniché un cadeau pour les 18 ans de son frère, son anniversaire approchant à grands pas.
Cela faisait un moment que notre géomorphe ne l'avait pas revue ainsi que le reste de sa famille et tous lui manquait énormément.

C'est donc à l'Irish Leipreachán que la jolie blonde décida de faire une halte dans sa course effrénée. Elle avait terriblement besoin de remettre de l'ordre dans ses idées et était sûre d'avoir choisi le bon endroit pour ce faire. En effet quoi de mieux qu'une bonne chope de bière et d'une ambiance mystique Irlandaise pour ce décontracter. L'Irlande et ses paysages à vous couper le souffle, son folklore, ses leprechauns et aussi il faut le dire ses beaux garçons passionnait au plus au point la jeune femme depuis son enfance. Une passion transmise par sa mère elle aussi passionnée par le folklore Irlandais mais aussi par les plus grandes mythologies.

Assise sur sa chaise elle commença à se plonger dans un livre acheté il y a peu. En général, elle préférait lire des romans médiévaux et fantastiques mais là, elle n'avait pu s'empêcher de dévorer un ouvrage sur la menace mutante, un sujet bien d'actualité.


Elle était ainsi confortablement installée quand un jeune homme vint la heurté par accident. Elle était profondément absorbé par son livre et se croyant presque seule elle avait exclu que l'on puisse venir la déranger. Le jeune homme s'excusa puis continua sa route jusqu'à la table suivante, Isobel en profita pour jeter un rapide coup d'œil en direction de la grande avenue. En quelques secondes à peine elle vit passer sous ses yeux plusieurs élèves de l'institut, notamment Azélyne et Deaglann qu'elle reconnue de suite.

La jeune femme fut étonnée, non pas de croiser deux de ses camarades dans une ville de plus de 8 millions d'habitants mais de les voir tous deux pénétrer dans le même bâtiment, un centre commercial inauguré il y a peu.


*Je trouverais peut-être le cadeau de Josh là-bas !* Pensa-t-elle tout en finissant sa chope de bière.

La mutante se leva, remballa ses affaires et paya sa consommation puis jeta un dernier coup d'œil en direction du jeune homme qui l'avait précédemment bousculé car il fallait l'avoué, il ne l'avait pas laissé indifférente. Prête à franchir le seuil de la porte Isobel sentit que quelque chose n'allait pas, elle ne pouvait pas l'expliquer mais tout ses sens était en alerte, puis elle ressentit les prémices d'une secousse sismique. Un tremblement de terre était imminent et son sang ne fit qu'un tour pour protéger les clients du pub.

- "Tout le monde à terre ! Couchez-vous ! Protégez-vous sous les tables !" Hurla-t-elle dans tout l'établissement.

À peine avait-elle terminé sa réplique héroïque que le sol se mit à trembler, quelques minutes seulement, mais des minutes incroyablement longues pour tous. Les néons tombaient, les verres et les bouteilles se fracassaient, les étagères s'effondraient sur le sol, les gens hurlaient et c'est dans ce vacarme infernal que la géomorphe tenta de se concentrer afin de limiter les dégâts.

Peu à peu les secousses disparurent et le sol retrouva son immobilité, Isobel s'appuya sur une table pour se remettre sur ses deux jambes, par chance personne n'avait été blessé dans le séisme, un séisme de faible magnitude mais qui avait du faire beaucoup de dégâts dans les bâtiments les plus vétustes de la ville. Tout semblait terminé, seul le silence se faisait entendre jusqu'à ce que dernier fut brisé par les sirènes des secours. Isobel souffla un peu, elle venait d'éviter le pire, enfin c'est ce qu'elle croyait avant d'entendre d'étranges grincements métalliques venant du bâtiment d'en face, le fameux centre commercial, et dans un boucan d'enfer ce dernier s'écroula étage après étage, les uns derrière les autres tel un château de cartes. La violence du choc fut-elle que la vitrine déjà fragilisé par le séisme explosa laissant pénétrer le souffle de gravats, de pierres et de poussière dans le pub, projetant tout son passage.

Isobel fut projetée au sol et se retrouva coincée sous une table. Fort heureusement le mystérieux inconnu qui l'avait bousculé l'aida à s'extirper de là tout en lui demandant si elle n'avait rien de cassé. La mutante le front écorché par des débris de verre remercia son secouriste d'un jour.


- "Merci... Je vais bien, je saigne un peu mais je devrais survivre ne vous inquiétez pas, je sais pas si c'est le choc qui me fait cette effet là mais vous très mignon, moi c'est Isobel et là j'ai pas le temps de vous parlez plus que ça mais.... Isobel ramassa son livre qui se trouvait non loin de là et le tendis en direction du bel irlandais avant de reprendre. Ça c'est mon livre il y a mes coordonnées sur le marque page alors si on survit tous les deux à cette histoire et que l'envie vous en prend ben... appelez-moi."

Isobel quitta le pub laissant son « bel amant » en plan puis se précipita dans les décombres du centre commercial à la recherche de ses camarades mais aussi pour prêter main forte aux secouriste grâce à ses pouvoirs de géomorphe.

Une fois à l'intérieur Isobel pu vite se rendre compte des dégâts, le bâtiment n'était sans doute pas aux normes et tout la structure principale c'était effondrée. La blonde aux yeux azur avança tant bien que mal, se frayant un chemin en utilisant ses pouvoirs pour déplacer les blocs de ciment gênant son passage en faisant très attention de ne pas aggraver la situation en provoquant un nouvel effondrement. On y voyait rien, la poussière avait envahit tout le building, enfin ce qu'il en restait.

Soudain Isobel entendit une petite voix résonner sur les parois de l'édifice, une voix peu inaudible mais dont elle compris que cette dernière avait besoin d'aide.


- "N'ayez pas peur, je vais venir vous aider !" Dit-elle avec une intime conviction.

N'écoutant que son courage, Isobel déplaça pierre après pierre pour retrouver la personne ayant émis cet appel à l'aide, mais l'air commençait à devenir de plus en plus irrespirable et ses efforts semblaient rester vain. Elle s'arrêta quelques instants, découragée, puis repensant à cette voix qui résonnait désormais dans sa tête, la demoiselle repris espoir et continua sa percée dans l'immeuble.

Une pierre après l'autre elle continua encore et encore, sans s'arrêter jusqu'à ce qu'enfin elle toucha le but ultime. La personne ensevelie sous les gravats n'était autre que sa camarade Azéline, elle était là étendue sur le sol, ne bougeant plus. Prise de panique, Isobel se précipita auprès de la jeune femme afin de l'extirper de là.


- "Azèlyne, c'est moi, c'est Isobel, tu m'entends, je vais te sortir de là !"

Pleine de bonne volonté Isobel déplaça les décombres qui se trouvaient sur Azélyne, puis se rapprocha d'elle à nouveau.

- "Écoute moi, on ne peut pas rester là, tout peut s'effondrer d'un instant à l'autre. Est-ce que tu peux te relever ? Si tu t'appuies sur moi tu pourras marcher ?"

Isobel était très inquiète en vue de l'état de son amie, il fallait sortir d'ici et vite avant qu'une autre catastrophe ne vienne de nouveau les frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mer 26 Sep - 19:04

Macha était on ne peut plus satisfaite. Ce tremblement de terre inattendu était une véritable aubaine pour une opportuniste comme elle. C'était trop beau pour ne pas en profiter et son esprit d'initiative très prononcé n'aurait jamais pu y résister. Étonnement, sa conscience semblait ne pas tenir à protester, la jeune femme était tout de même en passe de commettre un acte illégal et cela ne posait manifestement aucun souci à sa conscience. Si elle prêtait attention à la petite voix dans sa tête, Macha fut presque étonnée de l'entendre l'exhorter à aller plus loin et de trouver le plus joli magot possible. Après tout, cela ne ferait pas mal à la Confrérie et si elle pouvait trouver une bijouterie, une banque... N'importe quelle boutique où elle pourrait trouver de la marchandise à revendre au black.

Dans le silence qui régnait dans le chaos qui l'entourait, digne d'un film catastrophe hollywoodien, la jeune femme usait de son pouvoir pour se frayer un chemin parmi les gravats et se protéger un même temps des chutes de plâtre, de métal ou de verre. Elle avait un certain contrôle sur ces matières, vu qu'elles provenaient de matières venant tout droit de la terre, mais elle sentait que ce n'était pas pareil qu'avec de la terre ou de la roche pure. Elle avait la sensation que la manipulation de ces matières était plus grossière, bien moins précise, et savait que son entrainement à la Confrérie devrait sans doute porter sur cet aspect-là de son pouvoir, en plus de pousser plus loin la manipulation de la terre, de la roche et des séismes.
Avec le bois, ça allait encore, car c'était de la matière naturelle pure, non modifiée par l'homme. La manipulation du plâtre et du béton se limitaient généralement à la lévitation, elle peinait à modifier leur forme, surtout lorsque la quantité était importante. Quant au métal, il était évident qu'elle ne serait jamais Magnéto, son pouvoir n'était fondamentalement pas fait pour manipuler du métal. Il lui était une ou deux fois arrivé de tordre une fourchette sous un coup de colère, et lorsqu'elle avait tenté de le refaire, au calme, mais elle n'y était pas parvenue. Elle avait senti tout au fond d'elle-même que quelque chose aurait pu se produire, mais que son pouvoir n'était pas encore suffisamment développé pour qu'une telle manipulation soit possible. Elle n'avait que vingt et un ans, après tout. Son pouvoir aurait encore parfaitement le temps de se développer et de s'affiner. Soudainement, son téléphone portable vibra dans sa poche, ce qui fit sursauter Macha. Elle sortit l'engin et vit le nom de Kath sur l'écran. Elle décrocha et entendit la voix de sa coéquipière lui demander si tout allait bien. Elle-même était avec Toynbee, non lieu du lieu du sinistre, et ils allaient en profiter pour chaparder deux-trois choses.

- Tout va bien pour moi, ne t'en fais pas, assura l'intrépide Irlandaise, en parlant à mi-voix, histoire de ne pas trop se faire repérer. C'est marrant, j'avais la même idée... Y a pas de raison à ce qu'on se prive, hein ?

Sur ces mots, l'électrokinésiste l'avertit de faire attention à elle et de ne pas faire preuve de trop de zèle, et qu'au moindre souci, elle devrait quitter les lieux illico presto. Vu qu'elle était seule, il valait mieux être sur ses gardes et de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre. Et elle était tout à fait d'accord avec ça.
L'Irlandaise se frayait un chemin au milieu des ruines, sans croiser personne ni entendre le moindre bruit. Une fine couche de poussière blanchâtre recouvrait le sol , tout autour d'elle était détruit. Elle avait sous les yeux un aperçu des dégâts que pouvait causer son pouvoir, et encore la secousse n'avait pas été trop forte, comparé à d'autres catastrophes. Elle ne perdait pas de temps, les pompiers et les flics devaient sans doute déjà être dans les parages. Ses yeux perçants regardaient attentivement dans tous les recoins, jusqu'à ce qu'ils rencontrent l'enseigne d'une boutique de montres. Et pas n'importe quelles montres. Des marques de luxe. Sans hésiter une seule seconde, elle fonça dans le magasin de sport juste à côté et embarqua un sac à dos noir. Juste avant d'en sortir, elle remarqua que le tiroir-caisse de la caisse enregistreuse était ouvert, alors elle ne se priva pas de se servir de quelques billets qu'elle fourra dans la poche de son jeans. Elle ne prit pas tout, mais embarqua tout de même quelques briques. Ensuite, elle fonça à côté et dévalisa tranquillement la boutique. Elle n'embarqua pas toutes les montres et ne vida pas non plus complètement le tiroir caisse. Macha ne sut pas trop pourquoi elle faisait cela, mais instinctivement elle sut que tout embarquer serait éminemment suspect alors que si cela ne sautait pas aux yeux tout de suite, les flics ne se lanceraient pas immédiatement sur le vol.
La jeune femme restait sur ses gardes. Les caméras de surveillances avaient plus que certainement été détruites dans l'effondrement de l'immeuble mais elle prenait soin de garder le visage baissé, caché derrière le rideau de ses longs cheveux couleur aile de corbeau. Les sirènes des voitures de secours résonnaient et déchiraient le silence macabre. Macha s'immobilisa un instant, se demandant ce qui était le mieux à faire. Avait-elle encore le temps de visiter une autre boutique ? Ou ferait-elle mieux de s'en aller avant qu'il ne soit trop tard ? Elle hésita un instant, puis elle pénétra aussi silencieusement qu'un félin dans un magasin de vêtements, se trouvant en face de la boutique de montres. Là encore, elle vida une partie de la caisse. Elle jeta l'argent dans le sac à dos, puis se prépara à sortir. Puis, soudain, la jeune femme s’immobilisa à nouveau avant de retourner sur ses pas. Elle prit deux T-shirts et un jean posés sur leurs cintres, arracha les étiquettes, puis fourra les vêtements dans le sac, par dessus le butin. Histoire de dissimuler un peu la chose.

Voilà, peut-être valait-il mieux d'y aller, maintenant. Si la Confrérie aimait les coups forts, il y avait parfois du bon de faire dans le discret, de rester dans l'ombre.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Connors
Commissaire
avatar

Nombre de messages : 96
Localisation : Là où l'on a besoin de moi
Pouvoirs : aucun
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   Mar 6 Nov - 1:10

(hj : Macha, c'est ton chemin que James a utilisé, et toi qu'il a vu bouger au loin. Il ne sait pas que tu es de la confrérie, il espèrait donc un peu d'aide ^^)

L'ombre que James avait vue bouger ne l'avait pas entendu, et continuait de s'enfoncer dans le bâtiment. L'homme se sentait seul, et inutile. Est-ce que ça valait encore la peine de continuer ? Y avait-il encore quelqu'un à sauver ? Dans un moment de découragement, il s'assit sur un énorme morceau de mur et se prit la tête entre les mains. Quoi faire ? Revenir à la surface ? Non, c'était hors de question. Si il y avait ne serait -ce qu'une chance sur 1 million de sauver une vie, il devait la tenter.

James se rapprocha donc de l'endroit où il avait entedu du bruit, et appela le plus fort qu'il put, puis écouta avec attention. Plus un bruit. Rien que le silence pesant, et la désagréable impression des oreilles qui bourdonnent. Et de temps en temps, des grincements inquiétants. Soit il avait rêvé tout à l'heure, soit il était trop tard pour la personne qu'il avait entendue. Aussi se leva-t-il, décidé à trouver une personne vivante dans tout ce désastre. Il continua de suivre le trajet ouvert par celui qui le précédait et qu'il avait entrevu tout à l'heure, en se demandant comment il avait fait pour déplacer aussi vite les gravas. Ce pompier devait être sacrément aguerri !

Arrivant dans une zone qui devait être une boutique, James rattrappa enfin celle qu'il suivait depuis le début. Il ne s'agissait en réalité pas d'un pompier, et encore moins d'une bonne âme ! Là, à quelques mètres devant lui, une jeune femme remplissait un sac à dos de vêtements neufs. Le commissaire était dégouté. Comment pouvait-on penser à faire du profit devant une telle catastrophe humaine ? Il sortir son arme en faisant les sommations d'usage :


-" Ne bougez pas, police. Posez lentement ce sac par terre, et mettez vos mains au dessus de votre tête " dit-il assez fort pour se faire enfin remarquer de Macha.

Mais au même moment, sur sa droite, il entendit une phrase qu'il espérait tant :


- "Écoute moi, on ne peut pas rester là, tout peut s'effondrer d'un instant à l'autre. Est-ce que tu peux te relever ? Si tu t'appuies sur moi tu pourras marcher ?"

James se retrouvait devant un choix cornélien. S'occuper de la voleuse, ou la laisser s'échapper pour aider deux personnes en danger ? Sans compter que l'autre pouvait en profiter pour se jeter sur eux. James prit quelques secondes pour reflechir, le temps de la surprise pour Macha, puis décida de reculer doucement, gardant un oeil sur la jeune femme, pour se mettre plsu prêt des voix qu'il entendait.

-" Il y a quelqu'un ? Est-ce que vous pouvez bouger ? Il y a un chemin emprutable par ici "

Puis s'adressant à la voleuse :


-" J'ai vu ce que vous avez fait. Je devrais vous ramener à la surface, pour que vous y soyez arrêtée et jugée pour votre forfait. Mais il y a là apparement deux personnes qui ont besoin d'aide. Nous pouvons les sauver. Je suis certain qu'on peut le faire. Alors vous êtes avez moi ou vous préférez ne penser qu'à votre personne ? Pourrez-vous vivre avec l'idée que vous n'aurez rien fait ? "

La respiration de James devenait difficile. L'air se faisait de plus en plus rare, mauvais, et le stress l'opressait d'autant plus.

(hj : il ne sait pas qu'il a affaire à des mutants, je précise)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tremblement de terre [Groupe 3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tremblement de terre [Groupe 3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TREMBLEMENT DE TERRE
» Tremblement de terre au Québec
» Tremblement de terre et Tsunami au Japon
» le plus grand tremblement de terre au Japon depuis 140 ans
» Tsunami et tremblement de terre au japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: En ville (New York) :: Les rues-
Sauter vers: