X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le retour d'un télépathe perdu depuis longtemps

Aller en bas 
AuteurMessage
Deaglann McCoill

avatar

Nombre de messages : 555
Age : 26
Localisation : Insitut du Pr Xavier ... ou dans votre esprit
Pouvoirs : Télékinésie-Télépathie
Date d'inscription : 13/06/2010

MessageSujet: Le retour d'un télépathe perdu depuis longtemps   Ven 28 Oct - 12:51

[HRPG : Désolé pour mon absence, je reviens vers 17h et si jamais il faut que je fasse quelque chose au niveau de l'adminstration du forum dites le moi. Désolé de revenir comme ça alors que j'étais partis un peu vite sans trop expliquer (de toute façon je pourrais pas =P) mais j'aimais vraiment beaucoup ce forum et ça me fait plaisir de revenir. Maintenant que je suis plus tranquille je pourrais poster sans problèmes =) Si jamais y'a un truc qui va pas dites le moi mais c'est sûr que je m'absenterai pas comme j'ai pu le faire. J'espère que vous me reprenez quand même =S ]

C'était l'aurore, le soleil se levait doucement dans la fraicheur du matin, et dessinait sur le sol l'ombre gigantesque de l'Institut Xavier. Mais ce n'était pas la seule ombre ce matin là : au coin de la rue, une femme, la trentaine, s'avançait en poussant un landau dans lequel se trouvait probablement sa progéniture. Il était assez étrange de voir une telle promenade, déjà vu l'heure qu'il était, mais surtout en ces lieux. L’établissement était assez isolé, pour des raisons évidentes, et le plus troublant fut ce qui suivit. Arrivée devant les grilles de l'institut, la femme s'arrêta, tourna la poussette face au bâtiment qu'on apercevait au loin, puis se tînt droite et immobile devant les grilles. Quelques minutes s'écoulèrent, et la femme devint un peu plus nerveuse, commençait à jeter des coups d’œils un peu partout, se penchant au dessus du landau afin de vérifier quelque chose, se mettait à faire les cent pas devant les grilles quand soudain elle s'immobilisa. Elle soupira.

" - Il est toujours dedans, ils l'ont gardé ? ... Quel soulagement ! "

La femme respirait fort à présent, elle semblait émue, et elle ajouta d'un voix hésitante :

" - Ça n'a pas été facile cette histoire pour toi, c'était vraiment incroyable, ça fait plus d'un an et tu vas enfin t'en sortir. J'espère que tu n'auras pas de soucis et que ton Hayden sera toujours dans cette école. J'espère surtout que tout se passera bien ... ... J'ai été très contente de te connaître et de t'aider, reviens à la maison quand tu te sentiras en forme ... Bon courage. "

Elle attendit encore un peu, en silence devant les grilles, on l'aurait prise pour une folle si on l'avait vu parler ainsi, seule. Finalement, elle jeta un dernier coup d'oeil vers le bâtiment qu'elle voyait au loin, soupira encore une fois, puis revint sur ses pas et s'éloigna avec son landau qu'elle ne lâchait plus du regard.

Au même instant, dans une salle isolée de l'infirmerie, dans laquelle plus personne ne mettait et n'avait mis les pieds depuis un moment, un visage se crispa, comme victime d'un mauvais rêve, et un corps s'agita. Deaglann, revenu de loin, et dans le coma depuis déjà plus d'un an, se mit à bouger. Il murmura quelque chose d'insaisissable, puis fronça les sourcils et ouvrit ses yeux d’améthyste. A ce moment, il prit une profonde inspiration, comme s'il remontait à la surface, puis soupira, l'air un peu ahuri. Il ne bougeait plus, il n'osait même pas se redresser. Il se sentait étrange dans ce corps qu'il avait quitté par erreur l'année dernière, il avait peur de l'abimer maintenant qu'il l'avait récupéré. Il se demandait ce qui avait changé, comment il serait accueillit, les questions qu'on allait lui poser, est-ce qu'on allait pas être un peu gêné de le voir se réveiller alors qu'on l'avait mis dans cette salle où il ne dérangeait plus personne ? Quoique, ils avaient son corps, ils auraient pu l'envoyer à l’hôpital ou même le déclarer mort cliniquement ... Mais il s'en était sortit.
A présent, il osa remuer ses doigts, puis voyant que tout allait bien, il tenta de replier son bras vers lui, doucement. Tout ce passait bien, mais il ne savait pas pourquoi, il avait un peu peur. Il se demandait si cette histoire ne l'avait pas changé, il espérait qu'une fois qu'il se sentirait mieux, il se comporterait comme avant et qu'il serait un peu plus sûr de lui. Il n'en revenait toujours pas de cette histoire ... Il avait fait une sorte de crise lors de son premier cours, et en voulant élargir un peu trop loin son esprit, il avait perdu son corps et tous ses repères. Ils aurait pu ne jamais revenir, ou peut être que cela aurait été le contraire, peut être qu'il se serait retrouvé plus vite s'il n'avait pas réagit sans réfléchir à ce moment. Il se trouve qu'alors qu'il errait en tant qu'esprit, un enfant naissait au même moment près de lui. Dans un instinct de survie et sans réfléchir aux conséquences ni à la suite des évènements, Deaglann s'était accroché à ce corps presque libre, dans laquelle il restait beaucoup à construire et à développer, ce qui lui avait laissé beaucoup de place pour y rester. Il lui avait ensuite fallu des mois pour analyser petit à petit l'esprit des parents de l'enfant qu'il "parasitait" en quelque sorte, et afin de les habituer progressivement à sa présence, qu'il finit par révéler à la mère uniquement, la seule qui pouvait l'aider. Il la contacta par télépathie et contrôla la peur et la surprise de celle-ci tout en développant un grand sentiment d'altruisme et d'amour envers lui qui lui parlait à travers le bébé. La femme était dévouée à la base, et elle l'aurait peut être aidé sans toutes ses précautions, mais il ne pouvait pas prendre le risque. Surtout qu'il avait du aller très lentement, n'ayant pas la force nécessaire pour aller trop vite dans ce qu'il entreprenait. Il lui avait fallu plus d'un an pour se sentir près à regagner son corps, une année pendant laquelle il était prisonnier du corps qui l'avait sauvé.

Mais à présent, tout était fini ...

Au bout de dix minutes, il attrapa la sonnette qui pendait à côté de lui et appuya sur le bouton. Ainsi, quelqu'un serait au courant de son réveil, une infirmière où quelqu'un d'autre. Ensuite, il verrait bien comment les choses se dérouleraient ...

[HRPG : J'édite à partir d'ici =P Comme j'ai peur que plus personne ne me réponde on va dire que c'est un post d'explication vouaaalà. Pour pouvoir poster avec Macha il faudrait que j'arrive à bouger mes p'tites fesses atrophiées de mon lit de comateux vu qu'elle peux plus venir à l'Institut, donc tant pis si ça parait irréaliste que personne ne soit à l'Institut pour répondre, on va dire que si ^^]

Il attendit un peu, ou peut être plus longtemps, il n'avait pas trop la notion du temps. A présent qu'il avait récupéré son corps, il n'avait plus aucune raison de se presser, il était lui à nouveau, et il se sentait de mieux en mieux. Après avoir passé une année dans le corps d'un nouveau né, c'était un grand changement et il se sentait beaucoup plus fort, mais il savait que ce n'était qu'une impression : il avait sûrement du maigrir, son corps devait être immobile depuis trop longtemps pour qu'il envisage de se déplacer trop vite. Cependant il avait déjà été enfermé trop longtemps dans un corps qui n'était pas le sien, il n'allait pas être prisonnier du sien. Il constata avec soulagement qu'il n'avait pas eut besoin d'assistance respiratoire pendant tout ce temps, il aurait eut du mal à se "désintuber". Il avait également une électrode sur chaque tempe qu'il s'enleva sans trop de mal, ce qui fit réagir l'électroencéphalogramme qui se mit à bipper en continu avec insistance. Par contre il se demandait s'il pouvait s'enlever lui même la perfusion qu'on lui avait posé ... De toute façon il n'avait pas envie de rester là. Il se redressa doucement, et se sentait plutôt bien finalement, comparé au corps du bébé le sien, même après être sorti du coma, était plus résistant. Il aperçu des rangées d'étagères sur lesquelles s'empilaient médicaments, compresses, produits médicaux et autres matériel de soin. Il souffla doucement et tendis la main vers une boîte de compresses pour l'attirer à lui par télékinésie mais après s'être trainée difficilement sur l'étagère, la boîte tomba sur le sol et Deaglann s'arrêta. Il était trop tôt pour utiliser ses pouvoirs et le long bip aigu incessant du l'électroencéphalogramme à côté de lui n'aidait en rien à atténuer son mal de tête. Il se redressa alors encore un peu plus et s'assit au bord de son lit, ses pieds touchant le sol. Il étendit le bras et appuya sur un bouton on/off pour éteindre la machine qui faisait trop de bruit. Il se mit debout, ne s'éloignant pas trop du lit, et finalement se rassit. Ses jambes ne flanchaient pas, mais sa tête lui tournait beaucoup ... Il avait l'impression d'aller au ralenti, il voulait se dépêcher, mais il se rappela qu'il avait le temps, qu'il n'était plus pressé, et il prit patience ...

Après une heure à réfléchir, à se lever, se rasseoir, se relever, faire quelques pas, rester assit une dizaine de minutes, son mal de tête lui passa. Mais il se sentait encore un peu dans les vappes. Il se demandait ce qu'on lui injectait à travers la perfusion et puis, finalement, se disant que s'il ne le faisait pas d'un coup sans réfléchir, il ne le ferait jamais. Il enleva le pansement qui protégeait l'aiguille de sa perfusion en l'empêchant de bouger, prit un bout de drap, appuya avec sur l'endroit ou l'aiguille le piquait, puis la retira lentement. Ce n'était pas si terrible finalement. Mais une goutte de sang se mit à perler et il glissa le long du lit pour aller tout au bout, lâcha le drap, puis finalement se leva et arriva là où la boite de compresse était tombée et s'assit à côté sur le sol. Il en sortit une, essuya le sang qui perlait, puis la mit à là où se trouvait la perfusion juste avant. Ensuite il se releva et attrapa une boîte de pansement, l'ouvrit d'une main et bloqua la compresse en posant un pansement dessus. Maintenant, il fallait qu'il regagne sa chambre, qu'il trouve de quoi s'habiller à la place de sa chemise de nuit de patient d’hôpital, en évitant les quelques matinaux qui trainaient peut être dans les couloirs à cette heure (et encore, ce n'était pas sûr). Il faudrait qu'il mange aussi, il n'avait pas vraiment faim mais il savait qu'il devait.

Cela faisait beaucoup de choses depuis qu'il venait de se réveiller, mais malgré ses jambes qui tremblaient un peu à présent, et son mal de tête qui n'était pas passé complètement, il avait envie de continuer à faire des choses. Il s'appuya contre le mur, ouvrit la porte, et sortit de cette chambre d'infirmerie. Après un dernier coup d’œil vers son lit défait, il partit, pieds nu et en petite chemise de nuit, s'appuyant d'une main contre les murs des couloirs pour avancer, mais déterminé à regagner sa chambre et à se ressaisir. Il était réveillé, il était temps qu'il reprenne le cours de sa vie.



[ HRPG : Vouaaala, si vous êtes pas content et qu c'est pas réaliste de se lever si vite après un coma et bé tant pis mwahaha ! N'oublions pas que nous avons affaire à un jeune mutant et que voilà, personne dira rien vu quy'a personne sur ce forum ... Si y'avait des gens j'irai pas voir Macha si vite pour avoir quelqu'un avec qui rp =P ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le retour d'un télépathe perdu depuis longtemps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» déboires en chaine, SAV, Colis perdu...
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange
» [RESOLU] Restauration ROM Officielle et retour SAV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: L'institut : Intérieur :: Les sous-sols :: L'infirmerie-
Sauter vers: