X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Quand deux mondes se mêlent [Paige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Dim 24 Juil - 18:06

Macha se sentait beaucoup plus libre désormais. Libre de faire ce qu'elle voulait et d'aller où bon lui semblait. Plus de X-Men pour la ramener à l'ordre même si elle savait que les Confréristes n'aimeraient pas plus des écarts de conduite. Ils n'avaient simplement pas la même vision de la chose et il était appréciable pour elle de ne pas avoir sans cesse une Tornade ou un Cyclope collé à ses basques, qui bondirait à chaque fois qu'elle prendrait la liberté d'agir comme elle le sentait. Elle avait pris sa décision d'elle-même et tant pis si ça ne plaisait à certains. On pouvait encore choisir son camp comme on l'entendait, non ? À quoi cela aurait-il servi qu'elle reste auprès des X-Men, si c'était pour les suivre de mauvaise grâce ?

Désormais, elle vivait dans une petite chambre d'hôtel de Manhattan, en plein Harlem. Un hôtel très simple, mais il n'en fallait pas plus à la jeune femme, qui ne s'était jamais considérée comme une personne matérialiste. Un hôtel simple qui contrastait avec les immeubles et les résidences plus chics qui composaient l'Upper West Side un peu plus loin. C'était provisoire, dans l'attente de sa rencontre avec les dirigeants de la Confrérie.
En attendant des nouvelles de Katharina, Macha en profitait pour traîner dans Central Park, de jour comme de nuit. La Confrériste lui avait recommandé de ne pas s'éloigner et elle saurait où la trouver. Dans la merveilleuse étendue verte au beau milieu de Manhattan, substitut pour la jeune Irlandaise du parc de l'Institut. Bien sûr, elle devait se montrer prudente et prenait ses précautions avec beaucoup de sérieux. Elle ne venait qu'en fin de journée, au crépuscule. En plein milieu de journée, il y avait bien trop de monde, c'était prendre des risques pour rien. Mais Macha avait besoin d'être contact avec pierres et verdure et le soir venu, elle sortait se planquer au milieu d'arbres et de buissons pour respirer un peu d'air et faire mumuse avec son pouvoir.

Un soir, alors que le soleil déclinait lentement et que le ciel se colorait de nuances violacées, Macha sortit de sa petite chambre d'hôtel et se fondit dans la foule qui affluait constamment dans Manhattan. Elle acheta un hot-dog au stand de Manny, deux rues plus loin, et qui la saluait à chaque fois qu'elle passait devant son échoppe. Elle était prise d'une affection nouvelle pour la ville, sans doute parce qu'elle était bien plus indépendante qu'au temps où elle vivait encore avec sa famille ou encore à l'Institut. New York n'avait rien à voir avec Nenagh, petite ville au centre de l'Irlande; et même si Macha espérait revoir sa ville natale un jour, la mégapole américaine était tellement plus vivante, tellement plus incroyable !
La jeune femme mangea son hot-dog en marchant et parvint très vite aux abords du célèbre parc. Elle le connaissait désormais sur le bout des doigts, ayant largement eu le temps de l'explorer. Elle savait que parfois, quelques junkies venaient se poser tranquillement derrière un arbre mais heureusement, on n'en voyait pas beaucoup. Même s'il allait bientôt faire nuit noire, elle ne craignait pas de se faire agresser par un malade. Elle était géokinésiste, elle était parfaitement en mesure de se défendre et dans le noir, on ne verrait pas terre et pierres agir au bon vouloir de l'Irlandaise. Elle s'installa donc entre quelques arbres, non loin de Harlem Meer, l'une des étendues d'eau du parc. Même si le quartier de Harlem n'avait pas très bonne réputation, il s'était bien arrangé et Macha adorait y traîner, au contraire.

Pourtant, au bout d'un moment, une impression bizarre s'insinua en elle. Pourquoi avait le sentiment qu'on l'observait. Elle sentait qu'il y avait quelqu'un non loin d'elle et gardait ses sens en alerte. Elle tenta de penser à autre chose mais l'impression d'être surveillée n'allait pas en s'arrangeant. En regardant bien, elle crut voir une silhouette sombre bouger entre les arbres en face d'elle mais cela ne dura qu'une seconde et ç'aurait très pu n'être qu'une branche d'arbre secouée par le vent. Mais il n'y avait pas de vent. Macha n'était pas inquiète mais elle n'aimait pas être observée. Elle se décida à se lever et à ce moment précis, quelque chose tomba entre les deux troncs d'arbres, là où elle avait cru voir quelqu'un. S'approchant doucement, sa première pensée fut que ce n'était qu'une branche qui était tombée. S'immobilisant alors, Macha tendit une main devant elle et l'objet tournoya un instant à quelques centimètres du sol avant de retomber dans l'herbe. C'était effectivement du bois, car elle avait pu avoir un contrôle dessus. La jeune femme pouvait agir sur le bois dans une mesure très limitée et ne pouvait en faire suffisamment usage pour que ce soit pris comme une extension de son pouvoir. Et de toute façon, elle n'aimait pas tellement utiliser le bois.
Macha alla donc ramasser l'objet qui se révéla être une mince baguette de bois, mais avant qu'elle ait pu se demander ce que c'était, elle aperçut une lueur dansante, un peu à la manière d'une flamme, à une centaine de mètres devant elle, entre d'autres troncs d'arbres.


- Qui est là ? héla-t-elle alors, sans crainte aucune, se doutant de la présence d'un pyrokinésiste dans le coin.

Il n'y avait de lampadaire au milieu de ces arbres et la lueur était trop importante pour provenir de la flamme d'un briquet ou d'une allumette.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Dewitt
Chef Modo
Chef Modo
avatar

Nombre de messages : 511
Age : 25
Pouvoirs : Pouvoir géothermique
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Lun 25 Juil - 22:54

Paige venait de subir une fois de plus une journée bien éprouvante. Levée aux aurores pour un entraînement avec le professeur Summers durant lequel la jeune femme s'était donné corps et âme pour prouver à tous et notamment à Scott qu'elle n'était plus la gamine inconsciente et inexpérimenté comme lors de son arrivée à l'institut quelques années plus tôt. Une fois l'entraînement terminé, une douche bien méritée et un petit-déjeuner vite englouti, elle enchaîna avec un cours de mécanique retrouvant ainsi le professeur Summers. Les cours de mécanique de Cyclope, les garçons adoraient, les filles bien au contraire détestaient cela, sauf Paige qui trouvait ces cours intéressants et captivant. En effet cela lui rappelait son enfant, l'époque où son père et son oncle bichonnaient les véhicules de la famille, l'époque où elle était une petite fille normale. Cela faisait plusieurs années que Paige était arrivé à l'institut et qu'elle n'avait plus revue ses parents, son père là considérant comme un monstre et ayant honte d'elle.

La jeune femme se lassait de tout cela et se sentait bien seule dans sa prison dorée, elle avait peu d'amis au sein de l'école, pas de petit copain, ses seules distractions étaient la lecture et le cinéma. Paige avait besoin de s'évader et décida de bouquiner sur un des nombreux bancs de Cenral Park. Une fois le seuil de l'institut franchi, 3 stations de métro bondées traversées la jeune femme arriva enfin dans la 8ème avenue, avenue traversée par des centaines de personnes arrivant de nulle part et de partout à la fois. Une fois engagée dans la rue, Paige commença à aérer perdue dans ses pensées tout en regardant divers produits dans les vitrines des magasins. Les heures défilaient et Paige flânait toujours dans la grande rue dans laquelle un bruit étrange sortit du brouas environnant là fît sortir de ses pensées. Des petits jappements accompagnés de légers coups contre une vitrine voilà ce que Paige entendit, et se tournant vers la vitrine, la jeune femme vit apparaître une bande de petits chiots, une joyeuse bande de labradors dont le regard laissait paraître un « adopter-moi ». La vue de ces petites boules de poils attendrissantes rappelèrent à notre jeune mutante son enfermement ainsi que sa grande solitude au sein de l'institut, ce qui l'attristait énormément.

Paige ne resta que quelques instants devant la vitrine de l'animalerie, puis elle continua son chemin passant par un fast food afin d'y prendre une salade à emportée. La nuit tombait sur New-York quand la jeune femme franchit enfin le seuil de Central Park. Les sentiers étaient éclairés un clair de lune des plus splendide, et au bout de quelques pas Paige trouva son petit coin de paradis. Finalement ce ne serait pas sur un banc qu'elle bouquinerait mais bel et bien sûr l'herbe fraîche à la seule lueur de la lune.

Paige dévorait page après page son roman, tout en ayant un oeil sur les alentours, en effet la jeune femme était seule et pourrait être la proie de n'importe quel détraqué passant par là. L'idée de se faire agresser ne l'effrayer pas plus que ça, quiconque oserait s'en prendre à elle, notre mutante aurait de quoi l'en dissuader. Quelques pages plus tard, Paige se décida de grignoter sa salade fraîchement achetée quelques heures auparavant et c'est avec appétit qu'elle commença son fabuleux festin. Le parc était paisible à cette heure, seule la faune se faisait entendre, New-York, la ville vivante s'endormait peu à peu. Mais la jeune femme se fit surprendre par quelque chose d'inattendue, une chouette hulotte passant par là, se posa tout en finesse près d'elle puis repartit tout aussi vite non loin de là dans son nid avec le roman de l'étudiante entre ses serfs. Ni une ni deux Paige se releva et commença escalader l'arbre afin de récupérer son bien, en vain. Elle allait laisser tomber l'affaire quand elle aperçue de l'autre côté des arbres une jeune femme qui ne lui était pas inconnue. C'était Macha, l'une des géokinésiste de l'institut, enfin elle l'était encore il y a peu, avant qu'elle ne le quitte. En effet Macha ne se retrouvant plus dans les valeurs de la célèbre école de Xavier avait été approché par les confréristes afin qu'elle rejoigne leur rang, enfin c'est ce que les ragots disaient d'elle à l'institut.

Paige l'observa un long moment caché derrière les arbres jusqu'à la chouette ne viennent une fois de plus la déranger. Esquivant l'animal, Paige fit craquelé quelques brindilles sous ses pas, ce qui alarma l'ancienne élève de l'institut qui se rapprocha du bosquet. Macha était-elle déjà du côté des confréristes ? Comment allait-elle réagir en voyant voyant notre mutante ? C'est ce que Paige se demander en son fort intérieur, elle ne pouvait donc ne prendre aucun risque, Macha l'avait repéré, laissant comme seule solution à la mutante de se protéger. Ni une ni deux le corps de Paige se métamorphosa ne laissant désormais paraître qu'une forme humanoïde recouverte de lave en fusion. Elle était prête à agir si cela se montrerait nécessaire, le tout à l'abri des regards... Quand soudain une voix se fît entendre. « Qui est là ? » demanda Macha. Paige ne savait pas quoi répondre, et après un laps de temps, elle finie par répondre.


- C'est Paige, de l'institut, on était en cours ensemble. Dit-elle avant de reprendre. 

- Une chouette m'a volé mon livre et c'est alors que je t'ai reconnue, mais ne crois pas que je t'observais cela est juste une conïcidence. Énnonça-t-elle d'un ton sûr.

Paige voulait en savoir un peu plus sur la décision de la jeune femme, et n'hésita pas à lui poser des questions.

- Il se dit à l'institut que tu ne reviendra pas, est-ce vrai ? Je ne te juge pas, loin de là, je veux juste savoir où tu en es avec tout ça... Dit-elle d'une voix amicale tout en restant sur ses gardes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Mar 9 Aoû - 18:36

Macha rêvait-elle ? En s'approchant un peu plus en écartant les branches, elle devinait que la flamme rougeoyante avait forme humaine. En plein Central Park, c'était insensé ! Même en pleine nuit, il y avait toujours du monde dans le parc, pourquoi prendre un tel risque ? Encore que le petit manège de Macha usant de son don pouvait passer inaperçu dans l'obscurité, cette... chose était tout de même plus inhabituelle, même pour New York et l'Irlandaise savait à quel point on pouvait voir des choses étranges dans cette fichue ville. Elle se demanda rapidement comment elle pourrait combattre un tel être si confrontation il y aurait. Quelle chance aurait la terre face au feu ? Il valait mieux se calmer, rester sur ses gardes et jouer la carte de la prudence. Katharina n'aimerait pas qu'elle commence à faire des siennes en public - même au milieu de la nuit - alors qu'elle n'était même pas intégrée à la Confrérie.

Alors, la forme brûlante répondit à l'injection lancée par Macha, forme qui s'avéra être une fille de l'Institut dénommée Paige et possédant le pouvoir de vulcanologie. Maintenant qu'elle comprenait mieux la situation, l'Irlandaise fut intérieurement soulagée. Elle la connaissait et savait que Paige ne provoquerait pas de duel si elle ne la titillait pas. Macha s'intima à la prudence, car le fait qu'elle lui demande où elle en était par rapport à la Confrérie l'irrita.


*Reste calme, bon sang ! s'ordonna-t-elle intérieurement. C'est une bête question, elle ne t'agresse en aucun cas. Vous vous connaissiez, elle a le droit de savoir...

Macha lui fit face et lui répondit en s'obligeant à se montrer la plus amicale possible. C'était inutile de piquer une crise maintenant. Inutile et parfaitement idiot.


- Paige... Même si j'estime que ça ne regarde que moi, c'est vrai, je suis partie, déclara-t-elle d'un ton plus froid qu'elle ne l'aurait souhaité. Je n'étais plus à ma place à l'Institut, j'ai évolué dans un sens que ne me permettait plus de suivre les X-Men sans être hypocrite vis-à-vis d'eux, et aussi par rapport à moi-même...

Elle eut un drôle de rictus, presque mauvais, qu'on ne lui avait encore jamais vu.

- Lors des missions, j'ai pu me rendre compte que je n'avais rien d'une héroïne, reprit-elle, et j'ai toujours su que je partirai un jour ou l'autre, même sans rejoindre les Confréristes. J'y ai été dans le but d'apprendre à contrôler mon pouvoir, je le savais depuis le début. Disons que... la donne a changé. Nous sommes libres de nos choix et c'était mon droit de partir si j'en avais envie, si je ne me sentais plus à ma place. On m'a simplement montré qu'il y avait une autre manière de voir les choses et que le clan des petits héros intègres n'était pas le camp qu'il me fallait.

Elle fixait Paige sans ciller et son ton était cynique, tranchant, presque dur. Macha ne faisait aucun geste vers son ex "collègue" qui aurait pu l'inciter à la bagarre mais elle se dressait de toute sa taille, montrant inconsciemment qu'elle ne tenait pas à ce qu'on essaie de la ramener dans le droit chemin.

- Est-ce que ça te suffit ou faut-il que je te déballe toutes les raisons qui m'ont poussée à partir ? Je me suis expliquée avec les X-Men, j'ai été honnête et ils n'avaient pas à me retenir. Après, tout le monde n'avait pas à savoir les détails de l'histoire. Vous l'auriez su bien assez tôt.

Même si Macha avait déjà fait certains progrès, elle avait encore des efforts à fournir. Les pierres autour d'elle tremblaient sur le sol et la jeune femme inspira profondément dans l'intention de se clamer...


[HJ : désolée pour le retard, j'ai eu du boulot.]

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Dewitt
Chef Modo
Chef Modo
avatar

Nombre de messages : 511
Age : 25
Pouvoirs : Pouvoir géothermique
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Lun 22 Aoû - 23:07

[HJ : Ce n'est pas grave, je suis moi-même en retard, et de plus la qualité de mon post est assez médiocre du fait de mon manque d'inspiration, je m'en excuse d'avance.]

L'atmosphère était pesante entre les deux jeunes femmes. L'ancienne élève se tenait face à Paige, droite, froide, tendue, sans pour autant être menaçante. Paige repris donc sa forme humaine, tout d'abord pour éviter de se faire remarquer, mais aussi aussi afin de montrer à Macha qu'elle ne cherchait pas l'affrontement. De plus si la situation dégénérerait, Paige pourrait contré la nouvelle recrue des confrériste sans grand mal, en effet Macha étant géomorphe notre jeune mutante aurait un certain avantage du fait de son pouvoir géothermique. Macha répondit à toutes les interrogations de Paige sur un ton assez froid, expliquant qu'elle n'avait rien d'une héroïne et qu'elle ne se sentait plus à sa place au sein de l'institut ce que la jeune femme pouvait comprendre, mais de là à rejoindre la confrérie des mauvais mutants, enfin c'était sa décision et Paige n'avait pas à tenter de lui en dissuader.

- "Cela me suffit, comme je te l'ai dit c'est ton choix et je le respecte, je voulais juste avoir ta version... Et même si nous appartenons désormais à deux clans bien distinct cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas rester en contact. Tu dégages une énergie, un je ne sais quoi que j'apprécie beaucoup en toi, tu ne caches pas ton jeu, tu es toujours franche et ça... c'est une grande qualité." Dit-elle d'un ton amical, tout en regardant Macha droit dans les yeux.

Les deux jeunes femmes se fixaient, les yeux dans les yeux, quand Paige ressentit quelque chose. Les pierres situées autour d'elles tremblaient depuis maintenant un petit moment, laissant au départ pensé à Paige que Macha étant assez tendue manifestait son pouvoir. Mais là, ce n'était pas pareil, la géomorphe n'y était pour rien, une chose de grande ampleur faisait trembler tout Central Park. Soudain dans un vacarme assourdissant, une lueur aveuglante apparue juste derrière Macha, lueur qui approchait à grande vitesse. N'écoutant que son courage, Paige sauta sur la confrériste afin de la protéger.

- "ATTENTION !!!" Cria-t-elle en direction de Macha.

Les deux jeunes mutantes étaient désormais à terre, un peu sonné par ce qui venait de se passer. Paige se releva doucement tout en ayant un oeil sur Macha afin de vérifier qu'elle n'avait pas été blessée dans la chute, puis elle se retourna vers la chose qu'elle venait d'esquiver et qu'elle ne fut pas sa surprise en découvrant un train en plein milieu du parc. Un train rouge composé d'une dizaine de wagons, sur lesquels était inscrit « Poudlard Express ». Elle n'en revenait pas, un train, venu de nulle part était là, à deux pas d'elle, sans aucun dégâts apparents. Elle se retourna alors vers Macha.

- "Macha, pince moi que je me réveille, parce que là si je ne rêve pas, on est en plein délire. On m'avait dit que l'on pouvait voir d'étranges choses dans New-York mais là... Un train tu te rends compte ? C'est quoi se bordel ?" Dit-elle complètement désorientée.

Paige semblait perdue avec toutes ses histoires, une chouette lui avait volé son livre, Macha avait définitivement quitté l'institut, et désormais elle faisait face à un train sortie de je ne sais où.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Mar 23 Aoû - 14:47

À peine eut-elle répondu à Paige que Macha regretta immédiatement de s'être montrée désagréable et hautaine. Cela avait été son choix de changer de camp mais ses anciens amis n'avaient pas à en pâtir, elle ne les combattrait que si cela était réellement nécessaire, si cela était un réel cas de force majeur. Tous les Confréristes n'étaient pas des monstres assoiffés de sang, souvent juste des mutants qui tenaient à défendre leur cause en usant parfois des grands moyens. Des mutants qui avaient trop souffert par le passé et dont la rancune était trop tenace pour que les actions pacifiques de Charles Xavier puissent l'apaiser. Macha avait beau avoir changé de camp, il n'empêchait qu'elle gardait certains principes comme ne pas faire de mal à quelqu'un par simple plaisir ou par simple cruauté. Parfois, cela serait nécessaire mais la jeune femme n'en tirerait aucune fierté.
En face d'elle, Paige reprenait sa forme humaine et le visage de Macha s'adoucit instantanément, soudainement un peu honteuse. Ce n'était pas parce qu'elles appartenaient à deux clans distincts, pour reprendre les mots de Paige, qu'elles ne pouvaient pas pour autant garder contact ou même être polies l'une en vers l'autre. Et Macha venait de se montrer assez impolie, ce qui l'amena à se traiter d'idiote. La politesse n'avait jamais tué personne.


- Écoute, c'est toi qui as raison, admit-elle, le ton plus doux et le regard un peu honteux. Toi et les autres aviez parfaitement le droit de connaître mes raisons après tout, vu que nous avons vécu un certain temps ensemble et que vous appréciais tous. Et je te présente mes excuses pour m'être montrée impolie et de t'avoir aboyé dessus...

Macha esquissa également un sourire quand Paige avoua qu'elle appréciait ses qualités et s'apprêtait à lui répondre qu'elle avait également une grand estime d'elle quand les pierres autour d'elles continuaient à s'agiter et que le sol se mit plus sensiblement à trembler. Au début, c'était bien l'Irlandaise qui manifestait son agacement à travers les pierres mais elle avait repris le dessus et désormais elle n'y était pour rien dans ces manifestations sismiques. Tendant une main vers le sol, elle comprit immédiatement que ce n'était pas la terre en elle-même qui bougeait, quelque chose devait la faire trembler... Gardant ses yeux gris acier sur Paige, Macha fronça les sourcils, montrant qu'elle ne comprenait pas non plus ce qui se passait.
Dans un bruit du tonnerre et dans une lumière aveuglant, quelque chose d'énorme surgit alors dans Central Park, surprenant les deux jeunes femmes. Macha fut d'abord surprise mais se rendit compte trop tard que la chose qui donnait cette lumière venait de derrière elle et par conséquent lui fonçait droit dessus. Par chance, Paige eut le réflexe de lui sauter dessus avant de l'écarter de la trajectoire de cette... chose.
Un train, en fait. À terre et un peu sonnée, Macha se redressa sur un coude, qui la fit un peu souffrir. Lorsqu'elle comprit qu'un train rouge venait de débouler en plein Central Park, elle se demanda si elle n'était pas également cogné la tête. Qu'est-ce que c'était que ce souk ? Rendant son regard étonné à Paige, elle se redressa et contempla un instant ce train étonnant qui semblait débarquer d'un autre monde. Poudlard Express... elle rêvait ou quoi ? Ce n'était peut-être même pas un rêve, plutôt un délire...


- Je n'en ai aucune idée, répondit-elle enfin, interloquée. C'est peut-être une hallucination ? Et je dirais même plus : c'est quoi ce bordel ?! Une chouette ? Bizarre... Moi j'ai trouvé ça, juste avant de te voir.

Passé le moment d'hébétude et de franche surprise, elle sortit de son sac l'étrange baguette de bois qu'elle avait trouvée dans les buissons, une baguette trop parfaite pour n'être qu'une vulgaire branche d'arbre. Elle la tendit à Paige pour qu'elle lui dise ce qu'elle en pensait puis elle s'approcha alors lentement de l'un des wagons, une main en avant. Ses doigts entrèrent en contact avec la tôle froide, lui prouvant ainsi que le train était bien réelle et qu'elles ne nageaient pas en plein délire. Le train s'était complètement immobilisé à présent, ayant écrasé des arbres dans sa course et de la vapeur se dégageant encore de sa locomotive. Tout était redevenu silencieux dans le parc. Le fracas de l'arrivée du train ayant été retentissant, ce silence s'en retrouva plus pesant.
Alors que Macha continuait d'observer le train de plus près, remarquant qu'il n'y avait pas de lumières dans les wagons, une porte du premier wagon s'ouvrit alors à la volée, la faisant tressaillir. La jeune femme revint alors aux côtés de Paige, les muscles tendus, prête à l'attaque. Quelqu'un descendait du train, une silhouette haute de stature et à la démarche volontaire. Homme ou femme ? Ami ou ennemi ? À cette distance et dans la semi-obscurité, Macha n'aurait su le dire, ce pourquoi elle restait en alerte et prête à user de ses pouvoirs. La personne s'approchait d'elles d'un pas certain et très vite, se retrouva dans la lumière d'un lampadaire.

Macha échangea alors un nouveau regard franchement surpris avec Paige. Elles étaient en face d'une femme mince, aux épais cheveux bruns et aux traits à la fois un peu lourds mais néanmoins non dénués d'une certaine grâce. Elle avait sincèrement l'air d'une folle, de par son regard, mais elle avait également un port de tête élégant et hautain. L'Irlandaise ne sut quoi dire durant quelques instants, se demandant qui pouvait être cette bonne femme et comment elle devait réagir. mais avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit, déjà pour demander qui elle était et ce que fichait ce train dans Central Park, la femme prit la parole la première :


- Est-ce vous qui avez ma baguette, gamines ?

Une voix sèche et un ton méprisant et hautain que jamais Macha n'aurait pu imiter.


[HJ : Fabuleux, le coup du train xD En espérant que ça joue ainsi^^]

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Dewitt
Chef Modo
Chef Modo
avatar

Nombre de messages : 511
Age : 25
Pouvoirs : Pouvoir géothermique
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Mar 23 Aoû - 18:43

Macha se releva également, légèrement sonnée par ce qui venait d'arriver et après un échange de regards des plus perplexes, elle rétorqua à Paige qu'elle aussi n'avait aucune idée de ce qui venait de se passer et supposa même une hallucination des deux jeunes femmes avant d'évoquer le fait qu'elle ait trouvé elle aussi une chose étrange avant qu'elles ne se rencontrent. Paige fut encore plus étonnée quand la géomorphe sortit de son sac de ce qui était à première vue une brindille assez épaisse en bois. Une fois en main, la jeune femme pu remarquer l'étrange légèreté de ce qui était en réalité une sorte de « baguette magique » tel celle de Merlin l'enchanteur, tandis que Macha, elle, s'attardait sur le train dans un silence des plus lourd et angoissant.

- "C'est étrange mais quand j'étais petite, j'allais souvent chez ma grand-mère et cette dernière avait un ancien grimoire de sorcellerie et d'après mes souvenirs, on dirait que ce que tu as trouvé est... Enfin tu vas rire, mais on dirait vraiment une... baguette, oui une baguette magique !" Dit-elle dans un étonnement total.

Le train était immobile au milieu des arbres déracinés et de la terre éventrée, et Paige se demandait toujours comment et pourquoi un train sortie de nulle part venait d'atterrir en plein Central Park.

* Non mais c'est quoi ce délire, une chouette me vole mon livre, je rencontre Macha, qui elle trouve une « baguette magique » et maintenant je manque d'être écraser par un train, c'est une blague de Danielle ou une caméra cachée !!! * Pensa-t-elle, énervée par cette situation incompréhensible.

La jeune mutante fut tiré de ses pensées quand un bruit de porte se fit entendre, un bruit qui laissa paraître peu après une silhouette sortant du premier wagon. Elle se tenait trop loin pour réussir à distinguer s'il s'agissait d'un homme, d'une femme ou toutes autres choses, en effet après tous ces étranges phénomènes, il fallait s'attendre à tout. Macha se replia à ses côtés et étaient toutes deux prête à se défendre en cas d'attaque.


Les deux jeunes femmes échangèrent à nouveau un regard emplit de surprise, puis la silhouette leur fit enfin face, silhouette qui était en fait une femme, d'une quarantaine d'années, aux cheveux bruns longs et frisés, un peu en broussaille. Grande et mince à la limite du squelettique, ses yeux quant à eux laissait paraître son arrogance. La tunique noire qu'elle portait et sa démarche n'était pas sans rappeller une certaine élégance. Et avant même que l'une ou l'autre des deux jeunes femmes n'ouvre la bouche, l'inconnue les interrogea d'entrer de jeu d'un ton froid et arrogant, en effet elle voulait savoir où se trouvait sa baguette.

Paige qui avait la fameuse baguette entre les mains, la regarda encore un peu avant de s'exprimer en direction de la voyageuse du Poudlard Express.


- "Ah euh... Oui ! Enfin si vous parlez de cette chose, oui c'est bien nous qui l'avons, mon amie l'a trouvé dans le parc..." Puis elle regarda Macha avant de reprendre. "Veuillez excusé ma curiosité, mais vous venez d'où là comme ça, parce que votre arrivée n'est pas très discrète !"

L'inconnue scruta de haut en bas les deux jeunes femmes, ainsi que sa baguette avant de briser le silence environnant avec un ricanement strident pour reprendre enfin avec sa voix puissante et grinçante !

- "Je fais ce que je veux et je souhaite récupérer ma baguette sur le champs, et peut être que je vous épargnerais !"

Qui était donc cette mystérieuse femme, et pourquoi voulait-elle récupérer cette étrange baguette, dans tous les cas il allait falloir rusé pour éviter que l'inconnue du Poudlard Express ne fasse usage de la force.

[HJ : Oui le train, fallait marquer le coup x) Sinon j'évoque une certaine "Danielle" dans mon post, c'est en fait une référence à la mutante Danielle Moonstar alias Mirage dans les Comics X-Men.]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Mar 30 Aoû - 20:25

Macha était Irlandaise et son enfance avait baigné dans les contes et traditions irlandais, alors s'il y avait quelqu'un pour croire en la magie, c'était bien elle. Le merveilleux des leprechauns, des lutins et de la sorcellerie... Elle connaissait et y avait souvent rêvé, ce fut pourquoi elle ne fut qu'à moitié incrédule lorsque Paige supposa d'un ton parfaitement étonné que c'était peut-être une baguette magique qu'elle avait trouvée avant de se rendre compte de la présence de Paige dans les buissons.

- Tu sais, je suis une Irlandaise pure souche et j'ai passé onze ans de ma vie là-bas, répondit-elle avec un demi-sourire malicieux. J'ai grandi dans le folklore irlandais, alors ce n'est pas moi que les histoires de magie pourraient étonner.

Le train n'avait rien de spécial ou de différent des autres en soi, le seul truc était qu'il était apparu en plein milieu de Central Park et que si des humains le voyaient, cela allait forcément poser problème. Macha ne voyait pas comment il était arrivé là et malgré le fait qu'elle ait grandi dans un pays peuplé de créatures légendaires et qu'elle soit elle-même une mutante capable de commander à la terre, elle gardait un esprit très cartésien, très... terre-à-terre. Elle savait que le train ne resterait pas inaperçu longtemps, on était à New York tout de même !
Au moins, elle était contente d'avoir Paige à ses côtés pour s'obliger à garder son calme. Elle sentait une veine palpiter au niveau de sa tempe, les gens qui la prenaient de haut ayant un don tout particulier pour la mettre en rogne. Macha se força donc à garder son sang-froid, tout d'abord pour éviter que l'inconnue ne s'en prenne à elles et également pour tenter d'obtenir des informations sur elle et sur le train. En tout cas, la femme semblait tenir particulièrement à cette baguette et l'Irlandaise se demandait s'il s'agissait d'une véritable baguette magique. Paige prenait les devants pour tenter d'en savoir plus mais l'inconnue ne daigna pas leur fournir une réponse quant à sa provenance. Macha se demanda une seconde si cette femme ne travaillait pas dans un cirque, mais elle n'avait rien de comique, voire même d'artistique. Ce n'était pas le genre de femme qui pouvait sortir tout droit du monde du spectacle, elle n'en avait ni l'allure ni l'attitude.


- Nous épargner ? J'ai simplement retrouvé votre... baguette, on n'a rien fait de mal, intervint Macha, le plus calmement du monde. Pourrions-nous au moins savoir qui vous êtes ?

La femme, quittant sa baguette des yeux, toujours dans les mains de Paige, reporta son regard méprisant sur Macha. Un regard qui fit froid dans le dos à la jeune femme, on aurait dit que cette femme observait un cafard et qu'elle se demandait comment il pouvait avoir l'audace de s'adresser à elle. Pourtant, Macha avait mesuré son ton et ses paroles pour se montrer la plus calme et la plus polie possible. La femme parut d'autant plus outrée par cette question, voire même scandalisée.

- Comment oses-tu me poser cette question, petite vermine ?! Je suis Bellatrix Lestrange, issue de la noble lignée des Black...! Et maintenant, rendez-moi cette baguette, c'est mon dernier avertissement !

La voix de la femme prenait des accents hystériques qui inquiétèrent d'autant plus Macha sur l'état psychologique de celle qui disait s'appeler Bellatrix. En tout cas, ni Paige ni Katharina ne pourraient lui en vouloir si elle s'énervait un peu, c'était elle qui venait d'être insultée par une folle sortie de nulle part. Le temps de risquer un nouveau coup d'œil vers Paige et d'aviser un rocher de taille moyenne de la main juste derrière Bellatrix, juste au cas où. À ce moment-là, une nouvelle ombre sortit du train.
Un homme, cette fois-ci. Grand, blond et les mêmes airs d'aristo que Bellatrix. C'était quoi, ce délire ?! Y avait-il moyen d'être un peu tranquille ?


- Ne t'emballe pas, Bella. Ces Moldues ne comprennent pas, voilà tout, interrompit l'homme d'une voix suave.

Macha en convint intérieurement, elle devenait folle à lier.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Dewitt
Chef Modo
Chef Modo
avatar

Nombre de messages : 511
Age : 25
Pouvoirs : Pouvoir géothermique
Date d'inscription : 06/08/2008

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Jeu 10 Mai - 22:33

Une baguette « magique » tombée du ciel, la rencontre de Macha, un train en plein milieu de Central Park et une folle hystérique hurlant à tout bout de champs là c'était sûre soit Paige était en train de rêver, soit elle nageait en pleins délires. Bref la situation était tout, sauf réaliste.
Dans sa tête ça cogitait à une allure fulgurante, à gauche ou à droite, tout droit, la jeune femme regardait un peu partout afin de ne pas croiser le regard de l'étrange passagère. Elle n'avait pas l'habitude de se rabaisser face aux autres mais là fallait avouer que son interlocutrice avait le don de vous donner des sueurs froides.

Prenant son courage à deux mains, Paige se redressa aux côtés de Macha et face à l'inconnue osant la défier du regard. Au bout de quelques instants elle révéla enfin son identité, une certaine Bellatrix Lestrange. Apparemment selon elle, tout le monde l'a connaissait mais pour Paige, elle restait une simple inconnue. Les insultes fusionnaient vers les deux jeunes mutantes quand soudain une voix suave, masculine, retentit. Une voix qui semblait provenir du train encore stationner en plein milieu du parc. Faisant volte face regardant de là ou elle arrivait, la jeune pyrokinésiste aperçu l'individu à l'origine de cette voix. Il s'agissant d'un homme blond, à l'allure élégante, un homme probablement issus d'une noble famille. Ce dernier tenta de calmer sa comparse tout en désignant les deux jeunes femmes comme des moldus. Oui des moldus, un nouveau mot désignant des jeunes femmes ou bien une expression désignant les mutants tel était la question que se posait Paige.


- « Euh tu sais ce que c'est toi des moldus ? » Souffla-t-elle discrètement à l'oreille de Macha.

Elle devenait de plus en plus nerveuse, n'osant même plus faire sortir un son de sa bouche...puis ce qui devait arriver arriva...elle sentit quelque chose de visqueux s'enrouler autour de sa jambe stoppant net ses réflexions. Mademoiselle Dewitt baissa la tête avec anxiété pour découvrir avec stupeur qu'un boa avait décidé de se servir de sa jambe comme nouveau joujou. Paige poussa un cri qui retentit au delà du parc. Se retournant sans attendre, elle se saisit d'une bûche qui se trouvait non loin de là et leva les bras bien haut, le bout de bois dans les mains et la rabaissa de toutes ces forces sur la bête ne lui laissant aucune chance de survit.

Paige n'y avait pas était de mains mortes avec l'animal, des bouts déchiquetés étaient éparpillés tout autour d'eux, quelques lambeaux ayant même atérit sur la méchante sorcière. Un long silence suivit...elle avait relever les bras brandissant la buche bien haute prête à se défendre et cogner une fois de plus...mais ses yeux s'écarquillèrent, à la limite du regard qu'aurait pu avoir une psychopathe tout droit évadée d'un hôpital psychiatrique. Devant ses pieds ne gisait personne, enfin ou presque...juste la dépouille du pauvre reptile. Rebaissant ses bras...elle laissa la buche lui glisser des mains au sol...s'adossa contre Macha pour reprendre ses esprits, son regard ciblant ses agresseurs.

Là s'en était beaucoup trop pour Paige qui perdit son sang froid et qui laissa exploser sa colère.


- « Non mais vous êtes des gros malades ! Bande... Bande... Bande de fous furieux ! Je sais bien que l'on est à New-York et que l'on peut voir vraiment n'importe quoi, n'importe où, mais là ça dépasse l'entendement. C'est pas Halloween ni une soirée déguisée bande de timbrés du ciboulot ! Vous débarquez de nul part avec vos costumes ridicules avec un train en plein milieu de Central Park nous réclamant une stupide baguette ! Et puis d'abord vous avez fait comment pour arriver là avec votre train ! Non laissez tomber ! Reprenez votre fichue baguette et repartez d'où vous venez. Vos menaces ne nous effraies pas, vous ne savez pas à qui vous avez à faire c'est moi qui vous le dit ! »

La jeune femme s'arrêta un instant puis reprit en direction de Macha.

- « Dis-moi Macha on leur montre de quoi sont capables des « moldus » ? »

Elle avait à peine fini de s'adresser à Macha que son corps se métamorphosa. Petit à petit la jeune femme perdit son apparence pour arriver à sa forme mutante, entièrement recouverte de lave en fusion.

- « Préparez-vous messieurs dames, ça va chauffer pour votre matricule ! » Lança-t-elle sur un ton ironique.

[HRP : Je suis désolée, j'avais complétement oublié ce RP. J'imagine que tu as du attendre un sacré bout de temps et j'en suis vraiment navrée Embarassed ]

_________________


Dernière édition par Paige Dewitt le Lun 14 Mai - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 26
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   Dim 13 Mai - 23:41

Macha sentait la migraine débouler dans son crâne tel un cheval au galop. Peut-être devrait-elle cesser de se torturer les méninges afin de savoir ce qui se passer dans ce foutu parc était le fruit de son imagination ou non. Quand cet homme élégant était descendu du train et avait intimé à sa comparse de ne pas s'emballer, qu'elles n'étaient, Paige et elle, que des Moldues qui ne comprenaient rien, la jeune femme dut se rendre à l'évidence. Elle ignorait ce que signifiait ce mot étrange, mais sorti de la bouche de cette femme, elle devinait que cela ne présageait rien de bon. Et elle dut bien se faire à l'idée que tout cela devait être réel, et non une hallucination que partageait Paige. Le train avait tout l'air d'être bien solide et les deux personnes devant elles semblaient en chair et en os, et non des êtres immatériels. Inutile de chercher le pourquoi du comment pour l'instant.

- Aucune idée, mais ça m'étonnerait que ça soit un compliment, répondit Macha dans un murmure égal à celui de Paige. Surtout venant de la part de ces deux guignols.

Macha n'était franchement pas à l'aise. L'homme et la femme dégageaient quelque chose d'obscur, de limite malsain. Quelque chose qui semblait venir... d'ailleurs. Même si elle n'était pas adepte de science-fiction, elle n'avait néanmoins jamais entendu parler d'extraterrestres venus en train de la quatrième dimension, même s'il fallait néanmoins accorder aux deux zigotos que leur entrée avait été plutôt spectaculaire. Alors qu'elle se demandait comment elles allaient pouvoir se sortir de cette situation saugrenue, Paige poussa un hurlement qui résonna dans tout le parc. Un énorme serpent s'était enroulé autour de sa jambe comme il l'aurait fait autour d'un tronc d'arbre - ou pire, autour d'une proie dans le but de l'étouffer. Macha serra les poings pour mettre en état de lévitation le rocher qu'elle avait avisé quelques instants plus tôt, mais son ancienne condisciple fut plus rapide qu'elle. Cette dernière attrapa une bûche à sa portée et assena de coups furieux sur la pauvre bête, dont il ne resta bientôt qu'une véritable charpie. Macha, qui avait toujours vu Paige comme une fille sérieuse, tranquille et enjouée, resta bouche bée devant la fureur qu'elle manifestait à l'encontre du serpent qui n'en avait sans doute pas tant demandé. Ensuite, elle s'égosilla contre les nouveaux venus qui échangèrent entre eux un regard consterné (du genre, "on est vraiment tombés sur des folles") alors qu'elle les traitait de fous furieux, de timbrés et que ce n'était pas des clowns dans leur genre qui allaient les effrayer. Ça, c'était bien dit. L'Irlandaise n'avait aucune envie de se laisser enquiquiner par deux fêlés qui se prenaient pour des aristos. Non mais.

Alors, Paige ayant repris le dessus sur ses nerfs (Macha sachant pertinemment qu'elle-même n'aurait pas réagi différemment), se retrouva vers la brune Confrériste. Et lui proposa de leur montrer ce dont les "Moldues" étaient capables, avant de prendre sa forme de lave.


- Tu me connais. Je ne peux jamais refuser ce genre de plans ! renchérit joyeusement Macha.

De suite, l'énorme rocher ainsi qu'un arbre mort qui penchait dangereusement dans un bosquet non loin se mouvèrent, sous les ordres de la géomorphe. Cependant, c'était sans compter sur la rapidité de l'homme en face d'elle, qui, après un instant de stupeur devant les capacités des deux "Moldues", sortit sa propre baguette de bois et lança une étrange exclamation.


- Accio !

- À tes souhaits,
ironisa Macha, qui n'avait aucune idée de ce que cela signifiait, elle qui avait étudié le gaélique irlandais et non le latin.

Alors, la baguette de la dénommée Bellatrix revint dans les mains de sa légitime propriétaire, qui eut une exclamation triomphante en la saisissant. Mal barrées, les deux filles ? Peut-être bien, du moins cela s'annonçait mal.


- Alors mes jolies, on dirait qu'on a aussi de petits pouvoirs ? susurra la cinglée, armée de son bâton de bois. À qui les avez-vous volés ?

- Si tu veux mon avis, Bella, je pense qu'on devrait peut-être les amener au Maître,
ajouta son comparse. Encore aucun Moldu n'avait manifesté de tels dons.

Macha fronça les sourcils. Le Maître ? C'est quoi, ça ? Et pourquoi la femme insinuait-elle que Paige et elle avaient volés leurs pouvoirs, alors qu'il était prouvé qu'ils étaient d'origine génétique ? Franchement agacée, la jeune femme répliqua instantanément :

- Nous n'avons rien volé du tout ! Nous sommes des mutantes, nos pouvoirs sont le résultat d'une mutation génétique !

La réponse se fit sans attendre, sous la forme d'un "Stupéfix !". Un éclair fusa de la baguette de Bellatrix mais les réflexes de Macha étaient tout aussi excellents que la rapidité de son adversaire. Une légère torsion du poignet pour que l'arbre sous son contrôle vienne s'interposer et dévier l'éclair qui enflamma le feuillage. L'arbre retomba à terre dans un nuage d'étincelles brûlantes, et la jeune Irlandaise jeta un coup d’œil à Paige.

- Dis-moi, tu contrôles aussi les plaques tectoniques dans une certaine mesure, si j'ai bien compris ? Il faut qu'on combine nos deux pouvoirs, la secousse n'en sera que plus puissante !

En tant que géomorphe pure et dure, Macha avait sans doute une maîtrise plus fine et plus précise des mouvements des plaques et des secousses sismiques (et avec peut-être une portée plus grande pour ces dernières), mais combinée au pouvoir de vulcanologie de Paige, elles pourraient sans doute créer un puissant séisme, ce qui conduirait à une explosion de magma, ce qui était du domaine de l'apprentie X-Men. Après tout leurs pouvoirs n'étaient pas si différents et il serait vraiment intéressant de voir ce que donnerait cette combinaison. Aussitôt dit, aussitôt fait. Macha abandonna le rocher et ses deux mains libres pointèrent vers le sol, qui fut très rapidement pris d'une secousse de plus en plus perceptible, atteignant gentiment un niveau encore doux sur l'échelle de Monsieur Richter. Inutile de trop se fatiguer d'un seul coup. Le train tremblait sur ses roues et les deux sorciers sur leurs jambes. Cependant, concentrée sur ce qu'elle faisait, Macha n'entendit pas le "Endoloris" envoyé par le sorcier dans sa direction...

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand deux mondes se mêlent [Paige]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand deux mondes se mêlent [Paige]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: Hors Jeu :: Délires-
Sauter vers: