X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mar 25 Jan - 20:12

Manhattan centre, quartier des affaires et de ces tours de verre... une vrai image de carte postale.

-"Ça fait 48h que Sergei t'as demandé ces infos Madrox ! tu ne comptes tout de même pas le faire attendre ?"

Le rayon de soleil de ma journée, alors que je comptais prendre contact avec Rick - un ami trader - qui s'intéressait de près aux flux boursiers de LeadBio@, voila pas que ce bon vieux Yuri, un petite escroc me rendait visite. Visiblement, la mafia Russkof avait du emménager dans un de ces nids d'aigle à financier véreux, c'était pas de bol !

Le balafré à l'accent à couper au couteau enfonça son gros doigt dans le cuir de Madrox, juste sur l'épaule gauche :
-"Tu dois un service à mon frère Sergei, et il s'intéresse de près à cette boite alors tu vas ferrer le poisson, entendu petite frappe ?!"
-"Relax Yuri... mon ami Yuri, je t'ai connu plus détendu, c'est le quartier qui te met dans cet état ? on dirais que ça te gerce le cul d'être ici... je vais les avoirs tes infos, donne moi une rallonge de temps, ces cols bleus c'est pas de la tarte", avais-je répondu d'un rythme aussi rapide que saccadé avec un sourire amical au possible,
-"DOURAC !!", dit Yuri dans son patois originel tout en me poussant pour me faire trébucher - je jouais le jeu et m'étalais de tout mon long sur le trottoir ou plus d'une vingtaine de passant semblait battre le pavé au mètre carré. La combinaison que je portais sous mon cuir de motard joua son rôle à la perfection : amortir ce choc modéré pour éviter que j'entame un nouveau duo.

-"Dis à ton si sympathique frangin qu'il aura tout un dossier demain mon vieux", fis-je ne me relevant, "sans faute !"
Yuri jeta un regard circulaire avant de me foudroyer des yeux et de partir les mains dans les poches comme si de rien n'étais.
Je sortais une paire de lunette de soleil de ma poche intérieure et enfourchais ma Fat Boy... pas trainer ici ! Numéro 3 était en retard...
D'un coup de poignet, le moteur se mit à ronronner doucement.
Ne voyant rien, je jetais un autre regard panoramique le long de l'avenue (ah, au fait ! je suis le Numéro 2, l'orignal bulle dans son appart face à CNN) ; comme prévu je vis rappliquer Numéro 3 qui allait à son rendez vous avec Rick. Fringué avec un très élégant costume vert sombre tel un golden boy à la veille du week-end. Il m'accosta :
-"C'était comment ?"
-"Chiant ! le russkof à voulu me boxer, va falloir se magner le cul !"
-"Je m'en charge"

Pour l'être humain - mutant ou pas - parler, c'est une seconde nature ; mes frères clones et moi n'en avions pas vraiment besoin. Nous pouvions ressentir tout de l'autre en permanence tel un seul être... mais il fallait l'avouer, c'était plus sympa.

Numéro 3 s'éloigna vers le quartier boursier d'un pas nonchalant, tandis que moi, le Numéro 2 attendais là quelques instant pour guetter la scène. Avoir la mafia au trousse me rendait nerveux.

Dans son modeste 2 pièces situé à Montauk (l'extrémité nord de l'île de Manhattan), l'original alla se prendre une bière... pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Cyclope
Admin/X-men Professeur/Tuteur
Admin/X-men  Professeur/Tuteur
avatar

Nombre de messages : 5187
Age : 42
Localisation : avec vous...
Pouvoirs : rayons lasers
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mar 25 Jan - 20:51

Scott avait décidé de faire un tour avec sa moto de sport, ce jour-là, et Jean avait tenu à l'accompagner, comme elle le faisait quelquefois. Ils avaient roulé plus de deux heures autour de la ville, profitant plus de la vitesse, grisés par cette sensation étrange qui mêle le danger à la certitude de tout maitriser, que du paysage. De toute façon, qu'y avait-il à voir autour de New-York ? Rien, absolument rien d'interessant. Ils profitaient uniquement du plaisir de rouler, et d'être libre. A présent, il était temps de rentrer, et le plus court chemin pour retourner à l'institut consistait à traverser la grosse pomme de bout en bout, en passant par Manhattan. C'était un rituel pour le Xmen, il en profitait pour prendre la mesure de la ville et jeter un coup d'oeil un peu partout. En traversant plusieurs quartiers, des plus pauvres aux plus cossus, il avait une vision d'ensemble. Aussi, ce trajet-là se faisait-il à une allure très modérée.

Alors qu'il roulait, jouant habilement dans la circulation tout en observant les trottoires, Scott fut attiré par quelque chose. Au début, il ne sut pas vraiment quoi, mais il fit tout de même demi-tour pour vérifier et s'arrêta au feu rouge providentiel. Au premier abord, rien d'anormal : deux jumeaux discutaient, l'un en costume-cravatte, et l'autre en cuir sur une Harley. Puis ils se séparèrent. Pourtant un signal d'alarme se déclenchait dans la tête de Cyclope. Pourquoi ?


-" Jean, ces types me disent quelque chose, mais je n'arrive pas à les remettre. Je vais m'approcher un peu "

Le feu passa au vert et il démarra, passant doucement près du motard qui était resté sur place. Il paraissait surveiller quelque chose. Soudain, Scott se souvint. il avait déjà vu cette tête-là quelque part. Charles Xavier lui en avait parlé. Il s'agissait de... Arf, pas moyen de remettre un nom sur cette tête. Pourtant, si son mentor lui avait montré le dossier qu'il avait sur lui, c'est qu'il y avait une raison...

A nouveau, il fit demi-tour, au risque de paraitre suspect. Ca y est, il le remettait. Il n'avait pas vu des jumeaux, mais des clones ! Il venait de rencontrer celui qu'on appelait l'homme-multiple, en raison des multiples clones qu'il pouvait réaliser de lui-même. Charles n'en était pas sûr, mais il pensait qu'il pouvait en faire à l'infini, sans savoir quelles conséquences cela avait pour l'original ou les doubles. A l'époque, Charles lui avait expliqué qu'il surveillait ce mutant car il avait peur qu'il interesse Magnéto pour ses pouvoirs, et que si c'était le cas, il faudrait tenter de le dissuader de rejoindre les rangs de la confrérie.


-" L'homme-multiple" dit-il tout haut, à l'attention de sa passagère. " Il faut savoir ce qu'il fait ici "

Pour l'heure, le mutant ne semblait pas représenter de danger, mais le fait qu'il surveille les alentours ainsi pouvait suggérer qu'il préparait un mauvais coup, alors puisqu'il était là, autant que Scott s'en assure. Il arrêta sa moto à la hauteur de Jamie sans savoir s'il allait être reconnu lui aussi ou non :

-" Salut, chouette moto dis donc ! Elle est nerveuse ? "

_________________


Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mer 26 Jan - 11:52

La bouillonnante big-apple déversait son flot ininterrompu de passant sur l'avenue et Madrox jeta un dernier regard autour de lui avant d'appuyer sur l'accélérateur et partir loin de ce traquenard...
...UNE MINUTE... Une homme se dirigeait vers lui ; pilotant une moto high-tech aux couleurs vives, il ressemblait à un jeune frimeur de la cote ouest avec ses ray-ban rouge rubis.

Madrox Numéro 2 relâcha la poignée des gazs.
-" Salut, chouette moto dis donc ! Elle est nerveuse ? ", dis l'homme en s'arrêtant à son niveau,
-"La Fat est un monument à la gloire de notre beau pays...", répondais-je en baissant la tête ainsi que mes lunettes noires pour jauger l'inconnu.
*J'ai l'impression de connaitre ce gars... bizarre*
Je rangeais mes lunettes dans la poche intérieure de mon cuir et mettais la béquille de la Fat-Boy sans pour autant arrêter le moteur.


Plus loin, au cœur de la city, Numéro 3 arriva dans le Hall d'accueil tout de marbre brun et de plexiglas du siège social de LeadBio@ et posa un sourire sur ses lèvres :
-"Bonjour, je suis M.Stevens, j'ai rendez-vous à 15h30 avec Monsieur... mmmm..."
-"Stevens, dites-vous ? je vérifie sur mon registre Monsieur", dit l'insipide secrétaire dans son tailleur gris cendre,
-"Arf, je l'ai sur le bout de la langue !", j'ironisais presque,
-"Désolé, monsieur, je ne vous ai pas sur mon registre, je vais vérifier avec mon collègue... je vous laisse à la salle d'attente", dit-elle en souriant et pointant une salle au parois de verre totalement vide.
-"Merci mademoiselle !", répondis-je en allant m'asseoir dans la salle d'attente.
La salle d'attente était sous le regard des deux vigiles du Hall mais elle était vide ; j'attendis que ceux-ci se tourne pour donner un tape du creux de la main sur la pile de magazine : ainsi apparu Numéro 4 qui me sourit, je fis 'oui' de la tête et dégainais une casquette de la poche de mon costume pour lui tendre.
Numéro 4 retira la veste de son costume et la cravate couleur criarde pour chausser la casquette et quitter la salle d'attente vers l'ascenseur principal. Numéro 3 attendit sagement le retour de la secrêtaire.


-"On se connait ?", dis-je avec un air désappointé au type aux lunettes flashy.

Dans l'appartement de Montauk, Madrox se prenait la tête en sirotant sa 3ème bière :
*Ou ai-je déjà vu ce type, ça remonte à des années...*
Je coupais la télé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Jeu 27 Jan - 2:42

Scientifique talentueuse, la jeune mutante répondant au doux nom de Jean Grey était las. Elle avait envie de souffler, épuisée entre ses recherches et la surveillance des jeunes mutants qui pouvaient s’avérée éreintante au plus haut point. Aussi studieuse qu’elle était, elle était comme toute jeune femme et elle avait mérité un peu de répit.

Grey comptait passer un peu de temps avec Scott, une petite balade, loin de tout ce vacarme et ce stress, pour pouvoir souffler et s’évader! Evidemment sa féminité faisait que la belle avait fait attention au moindre détail de sa coiffure pour paraitre élégante (sans que cela ne se voit, tout un art)!

La grimace apparaissant sur le visage de la mutante à la vue de la moto, démontre qu’elle ne s’attendait surement à devoir utiliser cette locomotion qui allait juste dépareillé son allure, mais la jeune femme ne montra pas se léger désagrément, et le simple fait de voir le visage de Scott l’a rendit radieuse!

Jean se posa sur le siège arrière faisant attention de ne pas trop coller son bassin à celui de « son ami », ce côté pudique dont elle faisait toujours preuve, elle enlaça néanmoins chaleureusement ce dernier à la taille et prit gare à bien se cramponner. A force, elle s’avait à quoi s’attendre, et savait que la vitesse serait de la partie. Son cœur était sur le point d’imploser à chaque fois, et involontairement elle avait tendance à se rapprocher de peur de chuter.

Lançant une moue réprobatrice à son comparse qu’il ne pouvait point voir, elle se demandait s’il s’ennuyait à tel point qu’il devait aller vérifier quelque chose. La belle n’avait rien remarquée, bien trop occupée à poser sa tête sur l’épaule de Cyclope et garder les yeux clos. Le voilà qu’il avait ralenti son allure, et qu’il jouait au jeu du demi-tour.

Jean répéta bêtement « L’ homme Multiple ? », observant les individus au loin, elle venait de comprendre. Cyclope allait assurément s’en mêler. Sa technique laissait à désirer, Jean aurait préféré une autre méthode que celle qui consiste à interpeler l’individu, une méthode plus stratégique.

Empoignant Scott pour lui faire comprendre que son ressenti était mauvais, Jean tentait de repérer où pouvait se trouver les clones.

Enfin de compte se déroulait devant elle une conversation des plus banales

* Hé bien, une conversation pour gens emplis de testostérones, si je dois supporter une de ses longues conversation sur les engins mécanisés …*

Jean Grey posa ses mains sur ses oreilles pour faire taire ce bruit dont seuls les amoureux de moto pouvaient comparés à une douce mélodie.

* Evidemment, ce serait trop demandé juste une journée au calme, une journée sans obligation, mais Scott avait raison, si un mutant se risquait à faire une chose illégale, ils étaient là pour l’en empêcher*

[HRP: Tu m'as devancé ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Cyclope
Admin/X-men Professeur/Tuteur
Admin/X-men  Professeur/Tuteur
avatar

Nombre de messages : 5187
Age : 42
Localisation : avec vous...
Pouvoirs : rayons lasers
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mar 15 Fév - 16:00

[hrp : vraiment désolée Embarassed ]

Scott sentit Jean lui serrer la taille avec force pour le dissuader d'engager la conversation mais il était trop tard, le mal était fait. Alors que l'autre lui répondait fièrement que sa moto était une gloire à elle seule, il comprenait que sa séduisante amie ne partageait pas l'interêt de la discution. Il savait depuis longtemps qu'elle ne venait à ses cours de mécanique que pour passer du temps avec lui, mais elle avait reconnu plus d'une fois que ces cours "imposés" lui avaient été bénéfiques. Elle était d'ailleurs capables maintenant de réparer dans l'urgence n'importe quel engin, qu'il ai des roues ou des ailes. Cependant, un savoir-faire n'apportait pas forcément la passion, et c'était loin d'être le cas de Jean.

Scott se sentait empêtré dans une logique qu'il n'avait pas eu le temps de préparer. Il s'était lancé tête baissée parce qu'il ne voulait pas laisser échapper Jamie, mais il n'avait en réalité aucune idée de la façon dont il pourrait apprendre ce que le mutant faisait là. Alors, espérant que Jean profitait de son ennui pour lire dans ses pensées, puisqu'il ne pouvait lui-même entrer dans la tête de sa compagne, il se mit à lui parler, dans sa tête.


-" Jean, tu m'entends ? J'espère que oui. Charles m'a parlé de ce Jamie Madrox il y a longtemps, je sais qu'il le surveillait car il ne veut surtout pas que son pouvoir entre au service de Magneto. As-tu une idée de ce qu'il mijote ? Je suis sûr de l'avoir vu avec un double, que va-t-il faire à ton avis ? "

En attendant de savoir si elle l'entendait ou non, Scott se concentra sur l'homme en face de lui. Il avait mit sa moto sur béquille, c'est donc qu'il était interessé et ne comptait pas partir tout de suite, même si le moteur ronronnait toujours, c'était déjà ça. Jamie jouait avec des gestes qui paraissaient naturels tout en dégageant un message universel : je suis sûr de moi et tu ne m'impressionnes pas. Un message que tous les hommes du monde tentaient de faire passer plus ou moins avec succès. Mais ces gestes-là, biasser ses lunettes, les ranger dans sa poche, Scott ne pourrait jamais les faire. Pour tenter de savoir ce qu'il faisait là, il fallait gagner du temps.

-" Je ne crois pas que l'on se soit déjà vu... J'ai la mémoire des visages, en général. C'est votre moto qui m'a attiré, je suis fan de mécanique. Et je ne crois pas vous avoir déjà vu par ici, en tout cas pas avec cet engin, je m'en souviendrais. Vous êtes du coin ? "

_________________


Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mer 16 Fév - 2:21

Abe venait d'arriver en ville, Portant un long manteau et un pul à capuche large, il tente de passer inaperçu. Il n'en revenait pas de voir un endroit pareil! On aurait dit une fourmillière humaine!
Alors qu'ils se baladait il passa près d'un type à moto en train de discuter avec un couple. Il ralentit surpris des odeurs qui lui vinrent... le motard avait une odeur fade, comme diluée... et le type à lunettes sentait très légèrement l'ozone...
Il continua son chemin puis s'arrêta un peu plus loin, faisant semblant de regarder une vitrine. Ce qui lui permit de les observer tranquillement.


"Ils sont bizarres ceux là..."

Tant d'informations étranges, tant de monde... Abe respira profondément, espérant garder un calme olympien.

"Zen mon vieux! respire..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Mer 16 Fév - 12:25

(Cyke : Merci, je vais tâcher de t'aider un peu ^^)
(Forest : Inventif, la description des odeurs, amusant !)


Proche du trottoir sale et bondé de monde, une conversation se poursuivait sur le ton du badinage :
-" Je ne crois pas que l'on se soit déjà vu... J'ai la mémoire des visages, en général. C'est votre moto qui m'a attiré, je suis fan de mécanique. Et je ne crois pas vous avoir déjà vu par ici, en tout cas pas avec cet engin, je m'en souviendrais. Vous êtes du coin ? "
Madrox Numéro 2 sourit au couple - visiblement amusé ; une silhouette encapuchonné passa non loin de là sans qu'il s'en aperçoive...
-"Hé-Hé-Hé, je suis de plein de coins différent mon vieux..."
Au loft, l'original s'impatientait :
*Bon sang ! je dois en savoir plus !*
Numéro 2 pointa son doigt d'un air taquin vers le couple & sourit de toute ses dents,
-"Mmm, bas les masques ! j'ai pas envie de jouer avec vous deux... on se connait, j'en suis sur ! ...du moins, nous avons un ami commun, mais là c'est à toi de m'en dire plus", il retourna la tête à droite puis à gauche légèrement nerveux ; Madrox se sentait observé... mais ne vis rien.

D'un pas strict, la secrétaire de LeadBio@ se dirigea vers la salle d'attente ou résidait sagement Numéro 3 :
-"Je suis désolé M.STEVENS, mais nous n'avons aucune trace de vous sur le registre...", dit-elle d'un air à peine gêné,
-"Ce n'est pas grave Mademoiselle, je repasserais une autre fois et prendrais rendez-vous", dit Madrox en se levant pour se diriger vers la sortie aussi sec sans lui laisser la possibilité de répondre. Numéro 3 quitta la tour de verre et s'éclipsa dans une ruelle non loin de là, il se retourna pour constater que personne ne l'observait et fit un clin d'œil au building avant de disparaitre, réabsorbé par l'original !

-DING-
L'ascenseur s'immobilisa au 12ème étage et les portes s'ouvrirent sur Numéro 4 qui abaissa sa casquette pour éviter d'être reconnu. Après un léger panoramique pour lorgner les employés de bureaux de cet étage, il s'avança...
*La salle des archives n'est plus loin*

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Ven 18 Fév - 21:35

Abe n'avait pas encore été repéré, il en était heureux.
Etrangement son instinct lui disait de surtout se méfier de la rouquine...


"Je ne comprend pas... Elle n'a pourtant pas l'air dangereuse... " Se dit-il.

Il continua à les observer, plusieurs détails le génait... Tels que les lunettes étranges et l'odeur d'ozone dégagée par l'homme du couple, ou cette odeur diluée, chôse incompréhensible pour lui.
Depuis qu'il était arrivé en ville il sentait de plus en plus de personnes au parfum légèrement différent. et le plus souvent il remarquait chez eux une tendance à être plus prudents, à être aux aguets...

Abe sentait aussi une tension entre "l'homme fade" et le couple.

Malheureusement, il sentait aussi que l'autre partie de lui, cette bête féroce tentait par tous les moyens de prendre le pas sur lui.


"Calme toi mon vieux calme toi! respire calmement..." se dit il en lui même.

Ses muscles tremblaient, la sueur perlait sur sa peau...

Abe se concentra sur sa respiration, il espérait garder le contrôle de lui, simplement garder le contrôle...
Revenir en haut Aller en bas
Cyclope
Admin/X-men Professeur/Tuteur
Admin/X-men  Professeur/Tuteur
avatar

Nombre de messages : 5187
Age : 42
Localisation : avec vous...
Pouvoirs : rayons lasers
Date d'inscription : 16/03/2006

MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   Lun 4 Avr - 19:20

(hj : si je fais "bas les masques" tu risques de le regretter affraid )

Scott ne vit pas la silouhette avec le manteau et la capuche passer près d'eux. Il faut dire qu'à New York aucun style ne surprenait plus, ce qui faisait qu'on pouvait devenir totalement invisible au milieu d'une foule !

Alors que Jean ne semblait pas vouloir lui répondre, derrière son dos, Scott fut étonné de la soudaine réaction de l'homme. Alors qu'il souriait, il s'ennerva soudain et annonça qu'il était sûr d'avoir un ami en commun avec lui, passant d'un coup au tutoiement. Le visage de Scott refleta aussitôt sa surprise, puisqu'il était certain qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés. Tout ce qu'il savait de Jamie lui venait du professeur X.

-" Un ami ? Là, je ne vois pas ! Ou alors nous n'avons pas la même définition du mot ami " lui répondit Scott, sur ses gardes. De qui pouvait-il bien parler ? Le professeur l'aurait-il déjà contacté ? Même si c'était le cas, cela n'expliquait pas comment il pouvait connaitre Scott. Restait Magneto, si Jamaie l'avait déjà rencontré, mais là encore... A moins que le chef des confréristes ne lui ai montré son ennemi, d'une façon ou d'une autre. Et dans ce cas, ils n'étaient déjà plus dans le même camps. Scott décida d'abattre ses cartes, et de jouer franc jeux pour en apprendre plus.

-" Je suis Scott Summers, et voici Jean Grey. Nous travaillons à l'institut de Charles Xavier. Et toi, qui es-tu ? Et de quel ami parles-tu ? "

Pas besoin d'ne dire plus. Si l'ami en question était Magnéto, il devait de toute façon tout savoir. Sinon, autant qu'il ne sache pas qui ils étaient réellement, en tout cas pour le moment. Scott voulait l'amener à se présenter et à lui en dire plus sur ce qu'il faisait en ville.

_________________


Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mafieux sont nos amis... (ouvert à tout New-Yorkais)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amis de Camille sont vos amis !
» Un poète au coeur simple
» Acariens et cloportes sont bons amis !?!
» Scènettes(ouvert à tout le monde^^!)
» Fruits Basket

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: Hors Jeu :: Topics finis :: Ville-
Sauter vers: