X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Une lumière dans la rue

Aller en bas 
AuteurMessage
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Une lumière dans la rue   Lun 9 Aoû - 15:06

C’était une mauvaise journée, très mauvaise. Déjà au niveau du temps, la pluie ne cessait de tomber depuis le petit matin. De plus, dés son réveil, Kara avait su que ce serait un lundi difficile, où elle allait devoir travailler du matin jusqu’au soir. Quelle idée elle avait eu de venir à New-York, tout était cher, les gens étaient peu tolérants avec les mutants : elle devait cacher à tout prix ses pouvoirs, ce qui était relativement difficile. En effet, ayant du mal à contrôler ses émotions, souvent négatives, la jeune fille avait de plus en plus de mal à les réprimer… Heureusement qu’elle avait trouvé un hôtel discret dans un recoin perdu de la ville, même s’il était miteux, personne ne venait la chercher là-bas. Cependant, il fallait tout de même payer. Et c’est là que les choses se compliquaient : elle avait dû trouver un petit boulot, donc un patron qui ne suivrait pas la loi comme il se devait, quelque chose de clandestin et peu payé. Mais c’était toujours ça. C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée dans une ruelle mal fréquentée le soir, et peu fréquentée la journée. Son boulot était simple : elle était le petit chien d’un patron de bar. Elle servait, elle lavait…
Ce matin, elle devait rentrer les caisses de produits (boissons, cigarettes…) dans l’arrière-boutique. Kara n’était pas de ceux qui détestaient la pluie au point de se mettre en colère dés qu’elle pointait le bout de son nez… Sauf quand elle se trouvait dessous, trempée jusqu’au os avec des caisses dans les bras, comme aujourd’hui. Tant bien que mal, elle soulevait tout ça et les entreposait. Jusqu’à ce qu’elle mette le pied dans un trou de la rue, dans l’eau, trébuche, et fasse tomber tout ce qu’elle tenait par terre.


*Mais quel boulet je fais ! Et cette pluie ! Rah je commence à en avoir vraiment marre d’être la bonne à tout faire ici, servir les ivrognes, laver ce bar crade, rentrer les bouteilles sous une pluie battante dans un entrepôt complètement sombre ! *

Kara s’accroupit pour ramasser les caisses quand le patron l’interpella de l’intérieur de l’entrepôt :
- Mais qu’est ce que tu me fais là ? Mais qu’est ce que j’ai embauché ?! Je savais bien que je m’en mordrais les doigts. Ma bonté me perdra ! s’écriait-il
- Ce que je fais ? Ce que je peux ! Parce qu’au cas où vous n’auriez pas remarqué, porter des caisses sous cette pluie, ce n’est pas simple, elles sont lourdes ! répliqua Kara, et elle poursuivit tout bas, quant à ta bonté, je ne vois pas comment tu pourrais la perdre étant donné que tu n’as jamais su ce que c’était…
- Et qu’est ce que tu marmonnes maintenant ? Sale gamine ! Beaucoup t’auraient déjà renvoyé d’où tu venais pour ton manque de respect !
- Beaucoup auraient renvoyé un employé normal pour ce manque de respect, mais peu renverrait un employé sous-payé et qui se plie à faire toutes les taches qu’on lui demande ! s’énerva la blonde. *Surtout calme-toi, tu ne voudrais pas utiliser tes pouvoirs par erreur, alors calme toi…*
- Oui tu marques un point. Alors ramasse moi ça et rentre vite le reste, on a des clients à servir, et on ne peut pas nier qu’ils t’apprécient. Dit-il avec un sourire narquois.

*J’imagine oui, ces ivrognes ne voient jamais d’autre blondes que leurs bières, ni de brunes d’ailleurs, en fait, ils ne voient pas de femmes. Alors quelle joie pour eux d’avoir de la chair fraiche pour leur tendre une bière décapsulée…*

Elle repensa au nombre de fois où elle avait dû repousser les avances d’hommes qui avaient un peu trop bu, combien elle avait dû en mettre dehors. Elle aurait bien pu leur infliger une bonne correction, mais il valait mieux pour elle qu’elle fasse profil bas. Quel sale quartier. Kara continuait sa besogne et entra dans l’arrière-boutique pour déposer ses cartons, mais en sortant, le patron avait éteint la lumière.

*Quel idiot celui-là, avec le temps sombre qu’il fait je n’y vois rien du tout… si j’essaie d’atteindre l’interrupteur à l’autre bout de la pièce, avec ce foutoir c’est la gaufre assurée. Et si…*

Kara regarda autour d’elle et dans la ruelle, il n’y avait presque personne.

*Je pourrais peut-être essayer de mettre un peu de lumière là-dedans, ce ne serait pas la première fois que mes pouvoirs engendreraient un flash de lumière… Juste le temps de voir où je pose mes paquets, et de trouver comment atteindre l’interrupteur, personne ne me verra.*

La jeune fille s’avança sur le palier et se concentra, elle ne se servait presque jamais de ses pouvoirs sciemment, elle avait du mal. Mais générer un peu de lumière ne devrait pas être trop difficile. Après quelques secondes, la lumière inonda la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Lun 9 Aoû - 17:29

Macha mettait souvent à profit les moments de libres pour se rendre en ville, cela lui permettait de s'aérer un peu l'esprit et de retrouver le monde "normal". Ou plutôt, se retrouver parmi une foule massive de gens qui menaient une vie tranquille et qu'on considérait comme normale, c'est à dire aller à son boulot, rentrer le soir chez soir et retrouver sa famille. Beaucoup de mutants se bornaient à essayer de mener cette vie-là, tout en dissimulant leurs pouvoirs. Certains y parvenaient très bien, d'autres pas. Macha faisait partie de ceux qui avaient fini par se dévoiler, soumise à un trop grand stress qui avait déclenché son pouvoir de façon involontaire.
Par un lundi matin particulièrement pluvieux et morose, la jeune femme s'était rendue à New York afin de faire quelques achats. Elle avait grandement besoin de trouver de nouveaux vêtements, et elle recherchait des magasins un peu... particuliers. Disons qu'elle n'aimait pas vraiment s'habiller dans ces grandes chaînes de magasins à la mode, parce que tout le monde y faisait ses achats. Et par la suite, une centaine de filles se retrouvaient avec le même T-shirt, la même veste... Très peu pour Macha. C'était pourquoi elle ne se dirigeait donc pas dans le centre-ville mais un peu en dehors, là où commençaient les quartiers qu'on décrivaient comme "mal famés", parce que c'était dans ce genre d'endroit qu'elle trouvait les magasins qui faisaient son bonheur.

La jeune Irlandaise marchait d'un pas assuré sous son parapluie pour se protéger de la fine pluie qui s'abattait sur la mégapole. La pluie ne la dérangeait pas tant que ça, elle aimait être au plus proche de la nature. Elle ne craignait pas les badauds qui fréquentaient les rues moins bien tenues, ce n'était pas une faune qui l'effrayait tant que ça. Il fallait dire qu'elle avait de la répartie et qu'elle savait se défendre, déjà au temps où elle n'avait pas encore son pouvoir. Si un type un peu louche tentait de l'enquiquiner, Macha n'avait qu'à concentrer son énergie dans ses mains et à la diriger sur le sol, qui se mettrait invariablement à trembler suffisamment pour que le lourdaud ne tienne plus sur ses jambes. Oh, rien de bien méchant, elle ne se contentait que de simples secousses sismiques. Rien qui ne puisse déchirer le sol et faire s'écrouler des immeubles, elle ne s'était jamais risquée à une telle extrémité simplement parce qu'elle savait que c'était dangereux. Dans ces moments-là, elle devait déjà être dans un état avancé de rage, rage qui faisait qu'elle ne contrôlait plus rien. C'était cette rage qui décuplait son pouvoir et qui lui permettait de créer un violent tremblement de terre, ce qu'elle ne pouvait faire en état normal sans ressentir une violente douleur.
Macha descendait une rue particulièrement sombre, là où se trouvaient des hôtels miteux, des bars peu recommandables et des magasins que peu de gens connaissaient. Il y avait très peu de monde, elle et un ou deux motards, bière à la main.


*J'commence à avoir soif, j'me payerai bien un bière...* pensa-t-elle alors en croisant les deux motards qui sortaient visiblement d'un bar.

En passant devant une porte entr'ouverte qui donnait sur l'arrière-salle du bar, Macha pensa au pub de son oncle Eddie, là-bas en Irlande. Une salle accueillante, bien tenue et joyeuse, où régnaient la bonne humeur et la musique irlandaise. On trouvait rarement des ivrognes malpropres Eddie les mettait généralement gentiment à la porte pour qu'ils aillent cuver leur vin ailleurs. Bien entendu, il n'était pas étonnant de trouver des gens quelque peu éméchés, c'était normal dans un pub. Ahlàlà, c'était la bonne époque, quand même...
Tout à coup, une lumière aveuglante jaillit de l'arrière-boutique au moment pile où Macha passait devant. Une lumière pure, belle, qui ne semblait pas vraiment venir d'une ampoule. Intriguée, la brunette jeta un coup d'œil à l'intérieur par la porte ouverte. Une fille de son âge était là, au milieu d'un fouillis indescriptible, composé surtout de caisses et de cartons. La lumière éclairait tout la pièce et conformément à la première pensée qu'avait eue Macha la lumière ne venait pas de l'ampoule mais de la fille elle-même.


* Une mutante, sans aucun doute.* se dit-elle.

Elle devait certainement travailler dans ce taudis et elle n'avait pas l'air spécialement heureuse. Cela se comprenait, beaucoup de mutants devaient se cacher afin d'éviter la persécution. Alors, l'Irlandaise s'avança à son tour dans la pièce, restant juste sur le palier, et d'un coup de main désinvolte elle ordonna à quelques caisses en bois de se déplacer sur le côté. Comme elles étaient faites de bois, elle pouvait encore les contrôler, mais sans doute pas aussi bien que si elles avaient été en pierre.


- Salut, lança-t-elle gentiment. Je ne voudrais pas te déranger, mais... Ça fait longtemps que tu peux faire ce genre de choses, créer de la lumière ? Aussi longtemps que moi, j'agis sur la terre ?

Mmh, dit comme cela, Macha devait plutôt passer pour une folle que pour une jeune femme qui se voulait rassurante. Si elle parlait tout de suite de son propre pouvoir, la blonde ne paniquerait pas et Macha pourrait lui parler calmement sans créer d'incident. Elle ne pouvait se résoudre à laisser une innocente jeune femme dans un tel endroit.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Mar 10 Aoû - 15:17

[HRPG : "innocente jeune fille" ? Kara ? C'est pas le genre Wink]

La lumière était très intense, Kara la sentait affluer de son corps, elle la sentait en elle, un flux d’énergie qu’elle maitrisait plutôt bien. Utiliser ainsi ses pouvoirs lui procurait une sensation de bien être assez fort. Elle ne s’en était jamais réellement servi autrement que quand elle était en danger, elle ne savait donc pas quel effet cela faisait. Elle se rendit compte que la lumière était beaucoup trop forte quand elle entendit quelqu’un l’aborder. Elle se raidit, sa lumière s'évanouit, et se retourna pour s'apercevoir qu'une jeune fille se tenait dans l’encadrement de la porte. Elle avait dû être attirée par l’intensité de la lumière. Kara se maudit de ne pas avoir fait plus attention. La jeune femme possédait une longue chevelure noire et des yeux gris qui semblaient vouloir la mettre en confiance. Tous ses vêtements étaient noirs. Cela fit sourire Kara intérieurement étant donné qu’elle aussi ne s’habillait que de noir, de plus leurs couleurs de cheveux étaient strictement opposées. Une les avait noirs comme l’ébène et l’autre blonds, presque blancs, comme le soleil se plaisait à penser Kara. Pendant ce temps, l’inconnue avait déplacé les caisses d’un seule geste dans le vent, ce qui étonna grandement la blonde.

*Une mutante ? Une télékinésiste peut-être…*

Enfin, la brune prit la parole :
- Salut, lança-t-elle gentiment. Je ne voudrais pas te déranger, mais... Ça fait longtemps que tu peux faire ce genre de choses, créer de la lumière ? Aussi longtemps que moi, j'agis sur la terre ?

*Mais qu’est ce qu’elle raconte ?! C'est une blague, elle dévoilerait ainsi sa condition de mutante ? Avec tous ces gens qui rêvent de nous enfermer ? Non, c’est impossible. Alors qu’est ce qu’elle me veut… Il faut que je fasse attention.*

Sur ses gardes, Kara détailla encore une fois la jeune femme qui lui faisait face. Elle prenait un air plutôt engageant. Mais ce n’est pas ça qui allait la convaincre. Beaucoup avaient déjà pris cet air sympathique avant de la trahir ou de tenter de lui faire du mal. De ce fait, Kara avait appris à se méfier. Elle ne savait rien de cette mutante et lui lança donc un regard rebelle.

- Créer de la lumière… De toute façon, je ne peux pas nier, puisque tu m’as vue. Et oui ça commence à faire un bail, et ça ne m'a valu que des ennuis. Tu agis sur la terre... C'est une blague pour te moquer de moi ? Si oui rebrousse chemin, ça vaudra mieux. Sinon pourquoi me le dire ? Ici c’est chacun pour sa peau il me semble. Alors qu'on soit mutantes l'une et l'autre, qu'est ce que ça change ?

Kara disait ce qui lui passait par la tête sans même chercher à donner un quelconque sens à ses phrases, elle ne savait pas vraiment comment réagir. Cette fille se moquait-elle ? En tout cas, ça ne lui plaisait pas beaucoup. Elle alluma enfin la lumière de la pièce et poussa quelques caisses en tentant d’ignorer la brune. Au bout d’un moment, agacée et ne sachant de quelle façon réagir, Kara planta son regard bleu clair dans celui gris de la jeune inconnue. Nerveuse, elle détacha son ruban de dentelle noire de son cou pour l’entortiller dans ses doigts puis l’attacher dans ses cheveux. C’était une sorte de tic qu’elle avait depuis la mort de sa mère, elle ne quittait pas ce ruban et il l’accompagnait partout, elle le touchait toujours quand elle était agacée.

*Peut-être qu’elle veut m’aider, enfin c’est ce qu’elle semble laisser entendre. Mais même si c’est le cas, pourquoi je me laisserais aider, je me suis toujours débrouiller seule. Me reposer sur quelqu’un, ça ne me porte jamais chance. Et puis, à vue d’œil, elle ne me semble pas tellement plus vieille que moi, alors qu’est ce qui lui fait croire que j’ai besoin d’elle. Je n’ai besoin de personne. Si elle cherche autre chose en revanche, elle va être reçue !*

- Et puis laisse-moi, je dois me dépêcher de rentrer au bar, j’ai un boulot, et si je veux avoir mon argent je dois y aller. Lança Kara se dirigeant vers la porte menant au bar.

Elle jeta un dernier regard à la jeune femme avant d’ouvrir la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Mer 11 Aoû - 13:20

[HJ : On s'est bien trouvées, alors ^^]


Trop impulsive. Sans doute Macha aurait-elle dû réfléchir un peu à la façon dont elle aurait dû aborder la blondinette. Les X-Men devaient s'y prendre beaucoup mieux, pour parler aux jeunes mutants... Quoiqu'il en soit, elle devrait y réfléchir à deux fois, avant de révéler sa condition de mutante. Elle savait que tous les mutants n'étaient pas des saints, et que les humains ambitionnaient de voir les mutants soigneusement enfermés derrière des barreaux. Certains mutants avaient galéré, les rendant méfiants et plus prompts à se servir de leurs pouvoirs, parfois dangereux, pour se protéger. Macha avait été inconsciente, Cyclope lui aurait certainement passé un savon pour s'être montrée si imprudente.
La jeune femme en face d'elle n'avait pas l'air aussi réceptive à la nouvelle qu'elle ne l'aurait pensé. Généralement, les jeunes mutants étaient souvent soulagés de rencontrer l'un des leurs, parce qu'ils étaient souvent paumés face à leur nouvelle condition et surtout face à eux-mêmes, face à cette part de leur être qu'ils ne soupçonnaient pas et qu'ils ne contrôlent pas. Macha, après s'être enfuie de chez elle, avait bourlingué dans New York pendant quelques temps avant d'entendre parler de l'Institut et de s'y rendre. Si elle avait toutes les raisons de se méfier des X-Men (elle avait quand même tué quelqu'un à cause de son pouvoir), elle avait assumé son pouvoir et accepté qu'on lui donne un coup de main, ce qui était un grand pas pour elle. Elle n'était pas vraiment le genre de fille qui ravalait facilement sa fierté et qui n'était pas capable de se démerder toute seule.

La jeune blague la croyait, mais son discours était incroyablement fataliste. "Chacun pour sa peau". C'était ce que Macha pensait au début, avant de rentrer à l'Institut. On l'avait aidée à réaliser qu'elle n'était pas seule et qu'en agissant ensemble, on arrivait à changer énormément de choses. L?Irlandaise garda son calme, sentant déjà un certain agacement monter en elle. Ne pouvait-elle donc pas maîtriser son mauvais caractère ? Elle aurait eu envie de lui dire qu'elle était idiote de ne pas chercher à se sortir de cette galère, même si elle comprenait que la vie à New York n'était pas facile du tout, elle était très bien placée pour le savoir.


- Ce que ça change, quoi que tu aies vécu, c'est qu'on est tous dans la même galère, déclara Macha d'un ton calme mais direct et assuré. Et quand à me ficher de toi, je n'y ai même pas pensé. Ayant vécu comme toi pendant un temps, je ne crois pas que j'aurais non plus apprécié qu'on se paie ma tête.

Avec le caractère de cochon qu'elle avait, Macha se serait très vite emportée, dans une telle situation. Elle se serait sentie insultée et elle serait elle-même passée aux insultes avant d'en venir aux mains, ou à utiliser son pouvoir. Il y avait des gens comme cela, qui étaient capables de piquer une colère pour un rien, et malheureusement Macha en faisait partie. Elle essayait tout de même de s'arranger mais dès qu'elle rencontrait une difficulté ou une contrariété, c'était plus fort qu'elle, elle était dans tous ses états et cela lui jouait souvent de mauvais tours. Cependant, c'était dans cette colère qu'elle puisait l'énergie pour utiliser son pouvoir de géokinésie, et souvent pour parvenir à créer des tremblements de terre. Elle avait compris cela à l'Institut, il ne fallait pas voir ses émotions comme quelque chose de dangereux, mais comme une source d'énergie pour décupler son pouvoir...
Lorsque la blonde se dirigea vers la porte du bar en intimant à Macha de la laisser tranquille, cette dernière lança alors :


- Il faut vraiment que tu aies eu des ennuis pour que tu sois obligée de bosser dans un endroit pareil. Je sais ce que c'est, j'étais pareille avant. Moi, mon pouvoir a tué quelqu'un, quelqu'un de ma famille. Je me suis barrée de chez moi, mais au moins j'ai ensuite accepté qu'on m'aide. Beaucoup d'entre nous sont là pour nous aider, ceux qui en sont réduits à se terrer dans des endroits malpropres comme celui-ci. Les X-Men, ça te dit quelque chose ?

Dardant son regard acier sur son interlocutrice, Macha tendit les mains devant elle, paumes face au sol. Elle inspira profondément afin de se concentrer totalement sur l'agacement grandissant qu'elle éprouvait, cet agacement qu'elle utilisa comme une sorte de détonateur.
Dans les secondes qui suivirent, il ne se passa rien. Puis, lentement, on sentait que quelque chose se passait là, sous leurs pieds. La lampe du plafond tressaillait imperceptiblement, les caisses et les cartons tremblotaient... Le visage tendu, concentré, Macha appelait toute la force qui était en elle. Le sol commençait à trembler plus violemment, les piles de caisses s'écroulaient et dans la salle du bar, on entendait des bruits de verres brisés, des verres qui tombaient de leurs étagères...
Alors, la jeune Irlandaise, qui commençait à ressentir une raideur de plus en plus douloureuse dans les muscles, baissa ses mains et le sol cessa aussitôt de trembler. Il avait longtemps qu'elle ne s'était pas essayée à un tel exercice en dehors de l'Institut...


- Tu vois, les X-Men m'ont filé un coup de main et c'est grâce à eux que j'ai appris à contrôler mon don, expliqua-t-elle. Il ne faut pas croire que tous les gens sur Terre sont mauvais, humains et mutants compris. Il y a encore des personnes qui se soucient véritablement de la pauvre carcasse de jeunes mutants comme nous.

Elle se retourna à son tour et s'approcha de la porte.

- Si tu as tant besoin de travailler dans ce taudis, je ne te retiendrai pas, ajouta-t-elle. Mais je n'aimerais pas non plus qu'on me dise ce que je dois faire...

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Mer 11 Aoû - 15:47

Tout en ouvrant la porte, elle pensait au regard agacé que lui avait jeté l’inconnue. C’est vrai que Kara avait mauvais caractère, mais elle n’arrivait pas à changer ça. Mais au moins, il lui servait à repousser ceux qui voulaient se servir d’elle. En général, on n’avait pas envie de s’encombrer d’une fille au caractère de chien, difficilement manipulable et incontrôlable. En tout cas, son attitude assez détestable n’avait pas eu l’air d’ébranler son interlocutrice, ni de la décourager puisqu’au moment où Kara allait quitter la pièce, elle reprit la parole :

- Il faut vraiment que tu aies eu des ennuis pour que tu sois obligée
de bosser dans un endroit pareil. Je sais ce que c'est, j'étais pareille
avant. Moi, mon pouvoir a tué quelqu'un, quelqu'un de ma famille. Je me
suis barrée de chez moi, mais au moins j'ai ensuite accepté qu'on
m'aide. Beaucoup d'entre nous sont là pour nous aider, ceux qui en sont
réduits à se terrer dans des endroits malpropres comme celui-ci. Les X-Men, ça te dit quelque chose ?


Kara s’arrêta net et referma la porte qui était entre-ouverte. Ce que la brune lui révélait était si personnel, si touchant. La blonde avait envie de lui faire confiance. Est-ce qu’on pourrait mentir là-dessus ? Oui, mais on ne pouvait pas mentir avec ce regard, et le regard de la jeune fille était empli de regrets et de tristesse. La jeune mutante n’avait pas l’air de mentir, elle semblait avoir traversé des épreuves difficiles… Peut-être que quelqu’un tendait réellement la main à Kara pour une fois… Mais elle n’avait pas l’habitude. Quant aux X-Men… Oui elle en avait entendu parler. Ces mutants qui se servaient de leurs pouvoirs pour aider les autres.

- Oui j’ai entendu parler d’eux. On les dit très doués avec leurs pouvoirs. On dit qu’ils sont là pour faire le bien. Ils n’ont pas peur de faire ainsi étalage de leurs pouvoirs ?
demanda Kara, sceptique.

Comme pour lui répondre, la jeune fille en face d’elle planta son regard dans le sien et tandit les mains. Comme pour se concentrer. Il ne se passa rien pendant quelques instants. Quelques instants pendant lesquels le scepticisme de Kara grandit.

*Elle se moque de moi là. Qu’est ce qu’elle fabrique ? Elle se concentre ? Ouais possible finalement, je vais attendre on verra bien. Pour l’instant elle est plutôt… convaincante si je puis dire…*

Kara attendit quelques secondes, elle rejeta ses longs cheveux qui lui tombaient devant le visage et sentit une sorte de secousse sous ses pieds. Les caisses et les tous les objets de la salle se mirent à trembler. Elle entendait des bruits de verrerie dans le bar, des cris étonnés. Alors c’était ça son pouvoir ? « Agir sur la terre » avait-elle dit, elle pouvait créer des tremblements de terre… La blonde vit sa vis-à-vis faiblir, comme elle quand elle se servait une peu trop longtemps de ses pouvoirs. Car elle avait déjà essayé de nombreuses fois, dans une chambre d’hôtel, dans une rue vide, et à chaque fois qu’elle réussissait, elle se sentait faiblir après une utilisation prolongée. Ce n’était pas arrivé quand elle l’avait utilisé quelques minutes auparavant, car ce n’était pas un gros effort qu’elle avait dû effectuer. En revanche, la brune semblait à bout de force, en même temps, provoquer un tremblement de terre ne devait pas être de tout repos. Une caisse, mise mouvement par les secousses de plus en plus violentes, heurta les jambes de Kara qui se sentit tomber en arrière. Elle vit l’inconnue baissait les mains, comme pour arrêter, et en effet, les secousses se stoppèrent au même instant. La jeune fille au mauvais caractère devait avouer qu’elle était stupéfaite, cette fille maitrisait bien son pouvoir ! Elle se demanda si un jour elle pourrait le contrôler de cette façon. Une lueur d’admiration passa dans les yeux de Kara, avant qu’elle ne se souvienne qu’elle était encore au sol, l’air ridicule. Elle reprit son air revêche et tenta de se releva avec tout la grâce dont elle était capable, elle avait sacrément amoché sa fierté en se rétamant ainsi devant une inconnue. De nouveau sur ses pieds, elle plissa ses vêtements et reposa son attention sur celle qui lui faisait face. Elle semblait être à bout de force mais reprit la parole :

- Tu vois, les X-Men m'ont filé un coup de main et c'est grâce à eux que j'ai appris à contrôler mon don, expliqua-t-elle. Il ne faut pas croire que tous les gens sur Terre sont mauvais, humains et mutants compris. Il y a encore des personnes qui se soucient véritablement de la pauvre carcasse de jeunes mutants comme nous.

Kara l’écoutait attentivement. Si ces X-Men l’avaient aidé à contrôler ainsi ses pouvoirs, peut-être qu’ils pourraient faire de même pour elle. Et ça devait être d’ailleurs dans ce but que la brune l’avait abordé. Alors elle avait vraiment l’intention de l’aider… Des personnes qui se soucient encore d’eux ? La blonde repensa à sa mère. Sa mère se souciait d’eux, sa mère prenait le parti de ces jeunes que le monde rejetait. Elle prenait même leur parti contre son mari… Mais n’avait jamais réussi à le faire changer d’avis. Si elle avait réussi, ou si elle était restée en vie, tout aurait pu être différent. Mais non, tout avait joué contre la jeune mutante, elle avait découvert ses pouvoirs après la mort de sa mère, sa famille l’avait trahie et rejetée et maintenant elle n’avait plus rien. Plus rien à perdre justement… Alors pourquoi ne pas écouter cette fille ? D’ailleurs la brune s’apprêtait à partir car elle se retourna, mais avant, elle lui lança :

- Si tu as tant besoin de travailler dans ce taudis, je ne te retiendrai pas. Je n'aime pas non plus qu'on me dise ce que je dois faire.

- Non je n’en ai pas besoin, dit précipitamment Kara pour retenir l’autre mutante, enfin si, mais juste pour me loger. Je n’aime pas du tout qu’on me dise quoi faire et qu’on commande ma vie à ma place. Mais tu ne le fais pas, tu m’offres une possibilité et je suis prête à t’écouter. Je ne suis pas complètement stupide, et je sais saisir une chance quand elle se montre. Tu dis vouloir m’aider, et tu m’as convaincue. J’ai envie de te faire confiance, j’espère ne pas me tromper une fois de plus. Mais qu’est-ce que je dois faire à ton avis ? Je n’ai pas d’argent, rien. Tu m’as parlé de ces X-Men, tu as dit qu’ils t’avaient aidée, mais comment ? Je ne les connais pas, pourquoi feraient-ils la même chose pour moi ?

C’est vrai, que devait-elle faire ? Les X-Men c’est bien beau, ils pourront peut-être l’aider à maitriser ses pouvoirs, mais en attendant, le problème est le même. Si elle ne travaille pas, elle ne pourra pas se loger ou se nourrir. Quelle solution pouvait lui trouver cette fille… Elle avait bien dit avoir été dans la même situation, alors comment s’était-elle sorti d’ici ? Kara se posait plein de questions, malgré tout ce qu’elle pouvait penser, dire, elle avait besoin d’un peu d’aide. Mais ça, elle ne le dirait pas, tout simplement parce que ça la tuerait de s’apercevoir qu’elle n’était peut-être pas à la hauteur… Tout en attendant une réponse, elle jeta un coup d'oeil à son interlocutrice qui était toujours à bout de souffle.

- En tout cas, t’es crevée. Besoin d’un rafraichissement peut-être ? On pourrait parler pendant que je t’offre quelque chose au bar. Proposa la blonde à la jeune fille épuisée. Suis-moi… Euh… Tu m’as parlé de toi mais je ne sais même pas ton nom !

Finalement, elle avait décidé de lui faire confiance. Il faut savoir avancer dans la vie, aller de l’avant pour progresser. Et si elle se trompait, qu’importe, elle n’avait plus rien à perdre, autant écouter cette fille. On verra bien ce qui se dira pendant cette discussion, on verra bien ce que l’avenir lui réservera quand elle l’aura écouté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Mer 11 Aoû - 19:18

Macha ne tenait pas non plus à s'imposer, mais elle était en mesure d'imaginer ce que la jeune blonde avait traversé. Vivre quasiment en SDF et devoir travailler dans des lieux plus que douteux, elle avait également connu. Bon, cela n'avait pas été très long, mais elle savait. Beaucoup de mutants étaient souvent réduits à une telle vie, après avoir découvert leurs dons. Tous n'avaient pas la chance d'avoir une famille compréhensive ou d'avoir été contactés par Charles Xavier et ses X-Men. L'Irlandaise s'était bien rendue compte que dormir dans un squat dégoûtant et d'être réduite à nettoyer des appartements crasseux, ce n'était pas pour elle. Elle était loin d'être une enfant pourrie-gâtée qui n'avait jamais la vaisselle et le ménage chez elle, mais les conditions dans lesquelles elle avait vécues étaient meilleures que celles-là. Elle était parvenue à trouver la volonté de s'en sortir, et surtout de trouver l'opportunité d'y arriver. On n'abattait pas facilement Macha O'Toole, même si certains jours, elle ne voyait plus la lueur de l'espoir.

Apparemment, Macha avait su trouver les mots pour convaincre son interlocutrice et sa petite démonstration avait fait son effet. Elle avait pu voir son scepticisme dans ses yeux bleus, et elle avait pensé qu'elle ne l'aurait pas cru non plus si les rôles avaient été inversés. Lorsqu'on mène une telle vie, on devenait naturellement plus méfiant. Il n'y avait pas beaucoup de gens très fréquentables dans cette zone de New York...
La jolie blonde était tombée lorsque le sol tremblait et Macha s'en voulut un peu. Peut-être y allait-elle un peu fort, elle peinait encore à nuances ces tremblements... Mais en tout cas, elle la retint alors qu'elle s'apprêtait à retourner dehors.


- Je t'avoue que je suis passée par-là par hasard, mais bien sûr que je veux t'aider, assura Macha. Quand je me suis enfuie de chez moi, je n'avais rien sur moi non plus, mais un jour, on m'a parlé de l'Institut Charles Xavier. C'est une école pour surdoués, au premier abord, mais là-bas, on nous aide à comprendre nos pouvoirs et à les contrôler. J'y suis allée et on m'y a très bien accueillie, même si je n'avais pas une thune.

À bout de souffle, Macha resta plantée debout même si elle se serait bien assise un moment. Faire trembler la terre, cela demandait un effort constant et considérable, c'était pourquoi elle avait besoin de la colère pour lui donner un coup de pouce. Mais elle était contente de voir qu'elle avait ainsi pu gagner la confiance de celle qui se tenait en face d'elle.

- Je suis désolée, j'y suis peut-être allée un peu fort..., s'excusa Macha avant d'afficher un sourire. Oh, oui, volontiers. Quelque chose de frais me ferait du bien, merci. Ah, euh... Je m'appelle Macha O'Toole. Et toi ?

Elle la suivit dans le bar et elles s'installèrent à une table au fond de la salle. La brunette avait pris un Coca, puis elle se tourna vers la blonde pour lui expliquer un peu la situation. À vois basse bien entendu, elles n'étaient sans doute pas dans le meilleur endroit pour parler de pouvoirs et d'écoles pour mutants.

- Je suis géokinésiste, je contrôle la terre et les matières naturelles qui en dérivent. Par exemple, tout ce qui est roches et minéraux à l'état brut, le bois... Mais je serai incapable de faire pousser un arbre une fleur, j'ai essayé mais ça n'a pas fonctionné !

Elle eut un nouveau sourire, avala une gorgée de son Coca, puis elle poursuivit :

- Je suis originaire d'Irlande, je suis arrivée ici quand j'avais onze ans. Mes parents ont laissé le pub familial à mon oncle Eddie pour venir au chevet de ma grand-mère qui se disait mourante dans une lettre. Elle nous a fait vivre un calvaire, à mon frère jumeau et moi, mais nos parents prenaient sans cesse sa défense... Je le reconnais, j'ai un très mauvais caractère : je réagis au quart de tour, un rien m'énerve et je devais être l'une des pires têtes-brûlées de Nenagh, la ville où je vivais avant. J'ai pris sur moi jusqu'au jour où la vieille peau m'a fait la remarque de trop, alors j'ai pété un câble. Le sol a commencé à trembler avec une force incroyable, ce que tu as vu avant, c'était pas grand-chose. Une faille s'est ouverte dans le sol, ça a détruit la maison. En tout cas, la vieille était morte.
Au bout de quelques semaines, je me suis enfuie de chez moi, l'ambiance était insupportable à la maison. Mon frère ne m'adressait plus la parole et mes parents me tenaient pour responsable de ce qui s'était passé. J'ai ensuite vécu quelques temps dans un squat, dans le Bronx, je faisais un peu de ménage ci et là, dans des immeubles pourris où les junkies se ramassent à la pelle...
Puis, j'ai entendu parlé de l'Institut, un type qui en parlait à un autre dans un coin de rue. J'en ai entendu assez pour prendre le peu d'affaires qui me restaient et me rendre dans cette école. J'ai très bien été accueillie, on m'a dit qu'ils recevaient pas mal de jeunes mutants dans le même cas que moi. J'ai rencontré une autre Irlandaise, son père l'a inscrite là-bas peu après mon arrivée et c'est un peu grâce à elle que j'ai exorciser ma culpabilité. Tous les gens qui y sont très chouettes.


Macha laissa retomber le silence, ne quittant pas le blonde des yeux. Elle avait pensé que si elle racontait son histoire et la façon dont elle avait trouvé l'Institut, cela créerait une confiance un peu plus stable. Elle voulait que son interlocutrice sache qu'elle aussi était passée par des moments qu'on ne pouvait pas qualifier de faciles. Bien entendu, ce n'était jamais facile de parler de ce genre de choses, mais elle parvenait à présent à raconter les événements sans se culpabiliser.

- Bon, je sais que je ne suis pas vraiment qualifiée pour venir trouver les jeunes mutants, mais si tu veux venir avec moi, il n'aura pas de problème, ils ne refusent personne. Tu as le choix, je ne t'obligerai pas à m'accompagner. C'est vraiment par hasard que je suis passée devant ce bar, au départ je comptais aller dans un magasin de vêtements un peu plus loin dans la rue.

Macha jeta un regard autour d'elle, puis elle ajouta avec un regard nostalgique et joyeux à la fois :

- Je suis sûre que tu aurais adoré travailler dans le pub de mon oncle. La journée, il servait de la petite restauration, genre sandwiches et salade verte. Et le soir, il y avait un ambiance super, comme tu peux imaginer un véritable pub irlandais. Pas de types ivres morts à ramasser, même si certains étaient un poil éméchés... Un groupe jouait, c'était sympa...
Et toi, ton pouvoir fonctionne comment, exactement ?
demanda-t-elle à voix basse.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Mer 11 Aoû - 20:53

La brune, épuisée, semblait soulagée de voir qu’elle avait réussie à convaincre Kara puisqu’elle souriait, et accepta sa proposition. Son prénom était donc Macha, maintenant la blonde saurait comment l’appeler.

- C’est pas grave, au moins j’ai pu voir ce que je risquais si j'avais continué sur ma lancée de tout à l'heure, dit Kara en affichant un petit sourire, moi c’est Kara, Kara Passoan.

La blonde ré-ouvra la porte de l’arrière-boutique et fit entrer discrètement Macha dans le bar. Si le patron la voyait venir par le cagibi, il allait encore poser des questions, elle n’était pas disposée à y répondre. Elle indiqua une petite table dans le fond de la salle, là-bas au moins elles seraient tranquilles pour parler de leurs pouvoirs et de leur nature. Pendant que la brune s’installait, Kara se rendit jusque derrière le comptoir pour prendre le Coca que lui avait demandé Macha. Elle-même s’en prit un, avec la discussion qui allait suivre, elle allait surement avoir besoin d’un peu de carburant. Kara réfléchissait tout en cherchant les boissons. Il existait donc un « Institut » pour mutant… Elle serait hébergée et aidée, Kara se félicita d’avoir fait parler la brune, une solution se présentait enfin à elle. Elle prit deux verres en songeant qu’elle n’aurait peut-être bientôt plus à farfouiller dans ces placards. Elle rejoint la deuxième mutante et lui versa son Coca dans un verre et lui tendit. La jeune fille laissa son interlocutrice boire un peu et se reposer avant de la questionner, intriguée :

- Alors raconte-moi, tu nous as déclenché un vrai petit séisme tout à l’heure ! Ton pouvoir c’est ça ou il s’étend sur plus de choses ?

- Je suis géokinésiste, je contrôle la terre et les matières naturelles qui en dérivent. Par exemple, tout ce qui est roches et minéraux à l'état brut, le bois... Mais je serai incapable de faire pousser un arbre une fleur, j'ai essayé mais ça n'a pas fonctionné ! Lui expliqua Macha.

Géokinésiste… Agir sur la terre, voilà ce qu’elle voulait dire tout à l’heure. En tout cas son pouvoir semblait sacrément puissant ! C’était comme… contrôler un des cinq éléments. La blonde se surprit à rêvasser en pensant au fait que Macha pouvait, en quelque sorte, faire corps avec l’environnement. Elle avait toujours adoré la nature, les forets, les animaux… Elle pensait qu’elle adorerait revoir une grande foret au lieu de tous ces immeubles, lorsque la brune reprit la parole. Elle lui raconta toute son histoire, ce qui surprit Kara qui ne pensait pas qu’elle puisse se confier de cette façon. Elle réfléchit et se dit que c’était peut-être un moyen pour établir un lien, si c’était le cas, cela lui semblait être une bonne idée. La jeune fille mit ses coudes sur la table et posa sa tête sur ses mains pour écouter attentivement celle qui lui faisait face. Elle sourit quand elle entendit que Macha était originaire d’Irlande, avec ses grandes étendues vertes, pas étonnant qu’elle contrôle la terre ! Son histoire était émouvante, en était-il de même pour tous les jeunes mutants ? Tous, Kara y compris, semblaient avoir un passé douloureux et dramatique. Quand elle eut fini, la blonde sut qu’elle pouvait lui faire confiance, dans un sens elles se ressemblaient, elles avaient vécu des choses similaires. Se doutant que la brune avait surement pris sur elle pour raconter tout ça, Kara prit la parole :

- Et bien nous sommes deux à avoir vécu des choses difficiles à ce que je vois. Et puis tiens, moi aussi j’ai très mauvais caractère, tu as dû t’en rendre compte tout à l’heure d’ailleurs. J’en suis désolée d’ailleurs, j’ai eu une histoire compliquée moi aussi et j’ai du mal à faire confiance aux gens. Je pense qu’il est légitime d’en partager un peu avec toi puisque tu n’as pas hésiter à t’ouvrir… Je vivais en Allemagne avec mes parents et ma sœur. J’ai découvert mon pouvoir à 11 ans, dans un accident de voiture dans lequel ma mère a été tuée. J’ai réussi à m’extirper de la voiture avec un rayon d’énergie. Il y a eu un témoin, on a cru que j’étais responsable de tout ça alors les flics ont essayé de m’arrêter à ma sortie de l’hôpital, je me suis enfuie pour m’apercevoir que j’avais été trahie par mon père et ma sœur. Je me suis rendue chez ma tante qui elle aussi m’a vendue. Mais je me suis toujours échappée. Et pour survivre j’ai dû travailler dans des endroits comme celui-là… J’ai quitté l’Europe en pensant m’éviter les plus gros ennuis, j’ai sillonné quelques états avant de me décider pour New-York, une ville qui fait rêver. Plusieurs fois on a voulu se servir de moi alors tu comprends pourquoi j’étais un peu sur mes gardes tout à l’heure. Et j’ai atterri ici… Je loge dans un petit hôtel miteux à quelques rues, c’est pourri mais tranquille… Enfin tranquille… Quand on sait se défendre. Mais j’avoue que j’en ai marre de travailler ici, ce n’est pas servir qui me dérange, c’est l’endroit. Avec des ivrognes et de la crasse partout… Enfin… Tu crois qu’ils m’accepteraient à ton institut ?

Kara but une gorgée de sa boisson tout en jaugeant Macha du regard. En lui racontant son histoire, la brune savait maintenant à qui elle parlait. Une chose est sure, si elle était acceptée dans l’Institut, elle ne s’ouvrirait pas aussi vite. Seulement, il y avait quelque chose, la situation peut-être, qui l’avait aidé en cet instant. Après tout Macha s’était dévoilée, lui avait offert une chance de se sortir de cette galère… Autant lui montrer qu’elle était reconnaissante. D’ailleurs, la brune reprit la parole :

- Bon, je sais que je ne suis pas vraiment qualifiée pour venir trouver les jeunes mutants, mais si tu veux venir avec moi, il n'aura pas de problème, ils ne refusent personne. Tu as le choix, je ne t'obligerai pas à m'accompagner. C'est vraiment par hasard que je suis passée devant ce bar, au départ je comptais aller dans un magasin de vêtements un peu plus loin dans la rue.

En entendant ces paroles, Kara sourit. Un petit sourire soulagé, un sourire qui apparu quand elle se rendit compte que la chance qu’elle avait vu venir se concrétisait. Un sourire teinté d’espoir qui longtemps ne s’était pas peint sur son visage. Probablement encouragée, Macha continua à lui parler, elle évoqua le pub de son oncle. Son regard brillait et suintait la nostalgie, elle devait vouloir y retourner, chose que Kara pouvait comprendre. De plus, cet endroit semblait vraiment sympa. Enfin, elle lui demanda de lui parler de son pouvoir…

- Pas d’ivrognes à ramasser ? Alors oui j’aurais adoré ! S’exclama Kara en un petit rire. Elle reprit, mon pouvoir, je n’en connais pas encore l’étendu, mais apparemment, je contrôle l’énergie sous plusieurs formes. Par exemple la lumière, comme tu l’as vu, je peux créer des flashs ou bien une lumière assez constante. En fait ça dépend de ma façon de me concentrer. Je peux aussi contrôler la chaleur, l’électricité, enfin contrôler est un bien grand mot, je dirais plutôt agir pour l’instant. Parce que je m’exerce, mais j’ai du mal à ; justement ; contrôler tout ça. Je me suis aperçue aussi que je pouvais générer des sortes de rafales d’énergie, c’est ce qui m’est arrivé une fois. J’étais furieuse et je faisais les cent pas dans une chambre d’hôtel… Et le mur a été complètement détruit. Inutile de te dire que j’ai déguerpi en vitesse ! Mais je ne sais pas vraiment comment tout ça fonctionne, souvent c’est sous le coup d’une émotion, expliqua Kara.

La blonde se trouvait tellement inexpérimentée face à Macha, il faut dire que recevoir un enseignement de la part des X-Men devait aider. Avec difficulté, un ego aussi épais que celui de Kara était difficile à ravaler, elle reprit :

- Tu m’as dit que les X-Men t’avaient aidé à contrôler tes pouvoirs ? Ce qui veut dire que… Si je viens et que je suis acceptée, ils m’aideront aussi ? C’est ce qu’ils font en fait, recueillir de jeunes mutants pour leur apprendre à se servir de leurs pouvoirs ? Mais quel intérêt ont-ils à faire ça ? Je veux dire que… ils font ça avec une gentillesse désintéressée ? C’est rare de vouloir aider les gens de cette façon…C’est beau… Finalement, tu as raison, il existe encore des gens qui ne sont pas pourris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Jeu 12 Aoû - 17:23

Vraiment, ce bar n'avait rien à voir avec le pub d'oncle Eddie. Macha ne se sentait pas très à l'aise, du fait que les quelques personnes qui y étaient à part elles semblaient plutôt louches. Et le barman - le patron de Kara - n'en parlons même pas. La brunette était plutôt contente de ne pas avoir eu à faire avec un type comme lui, lorsqu'elle traînait dans le Bronx. Dans un bar pareil, il fallait s'attendre à se faire violer à tout moment si on était une jeune femme plutôt attrayante. Mais Macha ne doutait pas que Kara sache se défendre, elle semblait être sortie du même moule qu'elle. Elle n'avait rien de la jolie blonde fragile à laquelle Macha avait d'abord pensé en la voyant pour la première fois. Elles pouvaient très bien s'entendre, c'était toujours un atout d'avoir des fortes têtes dans son entourage. Ce genre de filles qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et qui prenaient sans problème les devants.

- Je comprends tout à fait, Kara. Moi-même, j'aurais réagi de la même manière. Ça n'a pas été facile non plus pour toi... Et rassure-toi, il y a largement la place, à l'Institut. C'est une belle baraque spacieuse, tu verras.

Le domaine de l'Institut était incroyable et idéal pour de jeunes mutants qui cherchaient à comprendre leurs pouvoirs. Il y avait parfois quelques petits incidents, comme un pyrokinésiste qui faisait brûler un meuble ou un téléporteur qui réapparaissait sur la tête de quelqu'un sans le faire exprès, mais c'était justement ce qui pimentait la vie à l'Institut.
Macha fut impressionnée par la description que Kara fit de son pouvoir. Un pouvoir aussi destructeur que le sien, certainement pas facile à doser et à contrôler. Ce n'était vraiment pas la personne à venir titiller, au risque de se prendre une rafale d'énergie en pleine poire. Elle s'étonnait d'ailleurs qu'elle n'aie pas encore carbonisé son patron, vu la façon dont il devait lui causer... Mais ça n'aurait sans doute pas tardé.


- Oui, ils m'ont beaucoup aidée. Il y a plusieurs cours, des entraînements en simulation... Ils voient comment fonctionnent tes pouvoirs et tous ces cours nous aident à gérer nos émotions et à entraîner nos dons, expliqua Macha. On va à notre rythme, mais les progrès se font assez vite voir, en général. Il y a une multitude de pouvoirs différents, certains plus complexes que les autres. Le professeur Xavier pense que les mutants et les humains peuvent cohabiter en paix, il nous explique que la tolérance et le respect font beaucoup avancer les choses, même si je conçois que ce n'est pas facile à avaler pour certains mutants qui ont été persécutés, maltraités à cause de ce qu'ils sont. Mais la violence pour la violence, c'est inutile.

À ses débuts en tant que mutante, Macha s'était sentie dégoûtée par l'attitude de ses proches, elle avait été rejetée, incomprise. Et d'autres avaient vécu encore pire qu'elle, ceux qui peinaient souvent à accepter ce que prônait Xavier. Mais dans l'ensemble, elle pensait qu'il avait raison. Si on répondait aux humains par la même violence qu'ils employaient, cela ne ferait pas avancer les choses, loin de là.

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Ven 13 Aoû - 14:17

Quand Macha lui expliqua en quoi consistait l’Institut, Kara se sentit comme émerveillée. Enfin un endroit où elle pourrait tester ses pouvoirs, s’entrainer et trouver ses limites. Et surtout il y aurait quelqu’un d’expérimenté pour l’aider. Enfin il ne faudrait pas qu’il lui donne trop d’ordre quand même, parce qu’une rafale d’énergie, c’est vite arrivé.

*Ouah… Une multitude de pouvoirs… j’ai bien envie de voir ce que donnent tant de mutants cohabiter… Certaines situations doivent être assez drôles…*

- J’avoue qu’après ce qu’on a vécu… C’est assez difficile de croire à une paix entre humains normaux et mutants. J’y ai renoncé depuis longtemps et je n’avais jamais entendu parler de quelqu’un qui croyait encore à ça. Les autres sont si bornés. Ils n’arrivent pas à comprendre que nous sommes aussi humains, que nous avons juste quelque chose de différents. En plus, nous avons tellement de possibilités avec ces pouvoirs ! A leur place, j’admirerais de tels pouvoirs… Mais non, ils ne comprennent pas, alors ils nous persécutent. Heureusement que tout le monde n’est pas comme ça, répondit Kara.

La blonde pensait à sa famille. Seule sa mère l’aurait accepté, mais elle est aussi la seule qui n’avait pas eu le temps de savoir. Son père, sa sœur et sa tante, eux, avait eu le temps de savoir et le temps de la rejeter. A cette idée la mutante serra les poings de rancœur. D’après ce que lui avait dit Macha, elle aussi avait vécu le rejet. Quelle attitude dégoutante, alors que ces même personne pourraient être à leur place…

- Et bien… Je suis d’accord, murmura Kara, je veux bien t’accompagner. On verra bien ce qui se passera de toute façon. Et puis, si je ne m’y sens pas à ma place, je pourrais toujours m'en aller… Mais tu m'offres une chance de me sortir de ce trou, alors je vais essayer je ne vais pa hésiter plus longtemps. Pour l’instant, c’est décidé je viens avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Ven 13 Aoû - 21:14

Macha termina son verre d'un trait et fixa Kara un court instant. Il n'était finalement pas plus mal qu'elle soit passée devant le bar au moment même où Kara avait utilisé son pouvoir. Ce serait toujours une mutante de plus qui pourrait s'en sortir et éviter la misère, la persécution et le rejet.
Il y avait longtemps que Macha avait cessé de garder espoir quant à sa famille. Ils n'avaient même pas essayé de la rechercher, de lui envoyer une lettre ou un sms... Même pas son frère jumeau. Mais bon, lorsqu'une cause est perdue, il faut savoir le reconnaître.


- C'est parfait, alors allons-y dès maintenant ! C'est une bonne qu'on se soit rencontrées.

Elle se leva et posait quelques pièces sur la table avant de donner un signe de tête en direction de la porte du bar.

[HJ : Un poil court mais faut que jy aille dans pas longtemps^^]

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Sam 14 Aoû - 0:24

Aprés sa tirade, Kara vit Macha boire la fin de son Coca d'un trait et lui dire qu'elles y allaient maintenant.

- Maintenant comme maintenant tout de suite ? Okay. J'arrive, le temps que je dise à ce lourdeau que je pars... Tout compte fait non, je m'en fiche. Je prend mon blouson et j'arrive. En tout cas, je pense aussi que c'est une bonne chose.

A l'instar de Macha, la blonde finit son verre d'un coup, tout en se levant précipitement puis elle se hâta d'aller chercher son blouson derrière le comptoir. Elle l'attrapa d'un geste vif et rejoint la brune à la porte. Jamais elle n'aurait laissé son manteau ici. Il était noir, en faux cuir et quelque peu amoché certes. Mais elle l'adorait quand même, il l'avait suivi et avait vécu tout plein de choses. La pluie avait cessé de s'abattre sur la ville, remplacée par une légére bruine. Il n'en restait que les rues détrempée, preuve de son passage. Kara ne l'avait même pas remarqué, dans le bar, elle devait être trop apsorbée par la conversation.

- Tu crois que je devrais passer à l'hotel d'abord ? J'aurais quelques affaires à y récuperer... Ou alors j'attends d'être allée à l'Institut et je reviendrais plus tard ? Demanda Kara.

[HRPG : Pas grave Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Macha O'Toole
Modo
Modo
avatar

Nombre de messages : 1067
Age : 27
Localisation : Un peu partout, histoire de planter les germes du Mal.
Pouvoirs : Géokinésie : elle peut contrôler et modeler la terre comme elle le souhaite. Créer des tremblements de terre ne lui pose aucun problème mais son pouvoir n'agit pas sur le principe de vie. C'est-à-dire qu'elle ne peut agir sur un arbre ou une plante quelconque tant qu'il n'est pas mort. Ressent les moindres mouvements et secousses telluriques, ce qui lui permet de localiser choses et personnes sans se servir de ses yeux.
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Sam 14 Aoû - 20:56

Macha avait maintenant hâte de retourner à l'Institut, espérant que les profs ne verraient pas d'inconvénients à ce que Kara reste parmi eux. Mais étant donné qu'elle, ils l'avaient bien accueillie, il ne devrait pas y avoir de problème. Avoir une personne de plus, c'était toujours excitant.
Kara s'inquiéta du sort de ses affaires, et l'irlandaise pensa qu'il valait mieux qu'elle les prenne avec elle. À quoi bon les laisser dans un hôtel crasseux dans lequel elle ne reviendrait sans doute jamais, si ce n'est pour se les faire voler par un truand quelconque ?


- Passons juste les chercher, répondit-elle alors. Je ne pense pas que tu aurais envie qu'on te les pique, ni même de revenir ici le jour où tu partiras de l'Institut...

Macha l'accompagna donc à l'hôtel, ce bâtiment dont on se demandait ce qui pouvait bien l'aider à tenir debout. Kara prit toutes ses affaires et lorsqu'elles ressortirent de l'hôtel, Macha dit :

- Eh bien voilà, on y va !



[HJ : Termine seulement le rp, vu que je pars quelques jours, tu n'auras pas à attendre ma réponse...^^]

_________________
~*Gaïa*~

Gach rud a thagann leis an té a fanann.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Passoan

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Là où mes pieds me mèneront...
Pouvoirs : Maîtrise l'énergie sous toutes ses formes : force, chaleur, électricité, lumière, etc. et peut donc générer des rafales d'énergie destructrices puissantes.
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   Dim 15 Aoû - 13:11

Macha avait accepté d'accompagner Kara à l'hotel pour prendre les affaires qui lui manquaient. Quand elle vit le batiment en quesion, la brune sembla assez étonnée. C'est vrai qu'il ne payait pas de mine, mais c'était mieux que de dormir sur le pavé. La blonde sortit les clés de sa chambre et entra. Elle sortit en vitesse un grand sac de sport rapiécé et sortit quelques habits d'une buanderie, elle les fourra en se dépechant dans le sac. Elle fit de même avec quelques affaires et annonça à géokinésiste qu'elle avait terminé. En descendant, elle se rendit au comptoir et sortit un vieux portefeuille. Elle tendit quelques billets au gérant du lieu avant de le quitter.
Kara devait bien avouer qu'elle avait plutot hate d'arriver à cette école. Hate de voir ces "X-Men", ces jeunes mutants... Avec un peu de chance, elle aurait trouvé sa place.
Macha annonça qu'elles étaient arrivées lorsque qu'elle s'arréta devant un immense batiment de pierre, qui semblait un peu ancien. Elle s'était stoppé devant une grande grille qui portait une plaque. Il y avait indiquer l'Institut Xavier, celui là même que lui avait indiqué Macha. En détaillant l'endroit, Kara détacha de nouveau son ruban de dentelle et le renoua à son cou.


- Alors c'est ici ? C'est grand. Et elle ajouta plus bas : Et c'est beau. Et maintenant ? Je dois me présenter chez le directeur ?

[HRPG : Merci beaucoup Macha Smile et maintenant, qu'est ce que je fais x) ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lumière dans la rue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lumière dans la rue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Son et Lumière dans le bassin du château de Lunéville
» Essai Reflet des lumières dans l'étang de Pont l'abbé
» Rendez vous place Stanislas / Son et Lumière
» De la lumière dans mon ombre...
» Le chemin vers la lumière.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: Hors Jeu :: Topics finis :: Ville-
Sauter vers: