X-Men

Jeu de Rôle sur X-Men, l'academie des mutants
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Arrestation mouvementée

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Arrestation mouvementée   Dim 9 Nov - 17:59

Le policier se lança à sa poursuite. Basch évita une poubelle, bousculant des passants, et se hâtant vers le centre commercial, histoire de se perdre dans la foule, et espérant que le poulet à sa poursuite serait fatigué avant lui. Hélas, chacune de ses respirations étaient douloureuses, chaque fois qu'il avalait sa salive trop rare, un gout de sang envahissait sa bouche, sans parler des petits caillots de sang qu'il devait recracher régulièrement. Il trébucha soudain sur un amas de déchets apparus comme par magie. S'étalant de tout son long, il se redressa le plus vite possible, et reprit sa course. Malheureusement, sa chute avait permis au flic de le rattraper, et il agrippa solidement le col de Basch. Aïe, il était mal.

Tout pantelant, l'homme assena à brule-pourpoint :


- Basch Silver, vous êtes...

Il expira rapidement, reprit son souffle et termina sa phrase :

- ...en état d'arrestation. Pour meutre.

Basch, étonné, se réprimanda pour avoir fuit si vite lorsque le policier l'avait appréhender. Maintenant, avec sa photo, son nom, et son "aveu" par la fuite, Basch était sur d'être coffré...Son avenir s'annonçait mal. Il tenta de se dégager, mais la poigne de l'homme était suffisament forte pour l'empêcher de s'enfuir de nouveau. Le flic raffermit sa prise, et le força à se retourner, avant de l'emmener à sa voiture de service, non sans l'avoir menotté. Son coéquipier les avaient suivis, et Basch fut balancé sans ménagement sur le siège arrière. Farouche, il tenta de sortir de la voiture par la portière opposée, mais les deux hommes avaient bien fait leur boulot, les deux issues étaient fermées. La voiture démarra et, résigné, Basch mit sa ceinture. Puisque, de toute façon, il allait atterrir au commissariat, autant arriver en un seul morceau. Le conducteur le conduisit rapidement au poste le plus proche, sans activer la sirène ni rien, contrairement aux gendarmes des séries TV.

*Là, c'est pas une fiction, et t'a intérêt à te débrouiller pour sortir vite fait de cette situation...*

Basch tenta vainement de s'enfuir ou, au moins, de rendre le travail des keufs plus difficile. Aussi, il rua des quatre fers lorsque l'homme qui l'avait attrapé ouvrit la portière, et essaya vainement de se libérer de sa poigne lorsque celui-ci, las de la résistance futile du garçon, lui montra son revolver. Ca le calma tout de suite, et ce fut la tête basse et d'une démarche trainante que Basch entra dans le commissariat. On le soumit à plusieurs contrôles d'identité, puis on l'enferma dans une cellule nue et froide, avec juste un lit pour mobilier. Basch s'assit dessus, le faisant grincer atrocement, et rumina des idées noires pendant quelques minutes, tout en expectorant quelques gouttes de sang supplémentaires. Bientôt, les draps du lit furent tachés de sang. La porte s'ouvra soudain sur un type sans uniforme. Basch se leva d'un bond, et l'homme lui fit signe de reculer, tout en refermant légèrement la porte. Le garçon obtempéra, et l'employé du commissariat déposa un simple sandwich jambon-fromage et un pichet d'eau par terre, avant de s'en retourner.

Basch dévora rapidement le repas frugal, puis resta encore assit quelques instants avant qu'un autre policier ouvre la porte de la cellule et lui fasse signe de sortir. Il l'ammena à une salle d'interrogatoire peinte en blanc, avec deux chaises, un verre d'eau, et un mirroir sans teint. Lorsqu'il fut seul dans la salle, Basch s'avança vers la vitre et, tentant de voir au travers, colla son visage dessus, s'autorisant même à faire une grimace ou deux. Enervé par le manque de réaction, il s'assit, et but le verre (il avait encore soif).

Après avoir un peu patienté, il entendit le bruit d'une porte qui s'ouvre derrière lui et se retourna d'un coup, jaugeant la personne qui venait de l'ouvrir. Encore un policier anonyme, sans doute. L'homme avança lentement vers lui, et avec encore plus de lenteur, s'assit sur la seconde chaise. Puis il s'avança vers la table, et, posant ses deux coudes dessus, appuyat sa tête sur ses mains. Après quelques longs instants passé ainsi, il se redressa et posa la première question.


- Vous appelez-vous Basch Silver ?

- ...


Un long silence. L'homme lassé mit en valeur le dossier qu'il avait posé sur la table dès son arrivée.

- Savez-vous ce qu'est ceci ?

Basch hocha lentement la tête. Le type satisfait ouvrit la pochette presque vide et en sortit quelques papiers qu'il tendit au jeune homme.

- Alors vous savez bien que votre silence est inutile, et pour vous, et pour nous. Vous appelez-vous Basch Silver ?

- Oui.

- Quel âge avez-vous ?

- Quinze.

- Votre mère se nomme bien...


Les questions inutiles se succédèrent pendant de longues minutes puis, enfin saisfait, le commissaire sortit une nouvelle feuille de son dossier, et la donna à Basch. Celui-ci la parourut rapidement des yeux et, étonné, se rendit compte qu'il s'agissait de la déposition de sa mère.

- Que...

Il fut rapidement interrompu par le policier.

- Tout d'abourd, c'est moi qui pose les questions, ici. Et oui, c'est bien votre mère qui a posé cette plainte au commissariat. Est-ce que tout ce qui est écrit là dedans est vrai ?

- ...


Nouveau silence. Exaspéré, l'homme frappa la table de son poing fermé, avertissant Basch de ses droits :

- Bien...Vous avez le droit au silence, tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous.

De nouveau, il l'assomma de questions, auquelles Basch ne répondit pas. Puis, las, il le fit ramener dans sa cellule. Là, le jeune homme se demanda comment sortir de cette galère où il s'était fouré jusqu'à la gorge...

Gorge...Oui ! Il pouvait essayer de refaire ce qu'il avait (bien malgré lui) réussit à accomplir chez lui. Regardant par la fenêtre, il admira derrière les barreaux la rue...et la liberté. Inspirant profondément, il se prépara à hurler...

Quelques instants plus tard, on entendit un cri inhumain et effroyablement puissant dans tout le commissariat et les environs. Les policiers furent obligés de se boucher les oreilles, tant le bruit était assourdissant. Lorsqu'ils arrivèrent à la cellule d'où semblait provenir le hurlement, il était trop tard. Une large section de mur s'était écroulée, et le lit avait volé plusieurs mètres plus loins, de même que de nombreux blocs de béton armé. Et aucune trace de Basch.



Arrow : Centre commercial.
Revenir en haut Aller en bas
 
Arrestation mouvementée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 13 octobre 1307: Arrestation des Templiers
» L'arrestation immediate
» "Tournantes" : arrestation au Val-de-Marne.
» Arrestation de Bosco Ntaganda
» FLASH: ARRESTATION DE MAITRE YALA TUTU, CADRE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men :: Hors Jeu :: Topics finis :: Ville-
Sauter vers: